48

7 questions à se poser pour gagner (vraiment) de l’argent avec un blog

les questions pour vivre de votre blogFranchement, vous n’êtes pas obligé de lire cet article.

Si votre blog n’est qu’un simple loisir, ou un moyen de partager vos pensées sur votre journal, quittez cette page immédiatement, et allez lire un autre article de TraficMania.

Ne vous méprenez pas, je ne veux pas vous mettre dehors. Au contraire. J’adore que vous lisiez mes articles. Mais c’est juste que ce post est destiné à ceux qui veulent gagner de l’argent avec leur blog.

Toujours là. Ok. Admettez-le. Je sais que ce rêve vous tient.

Repensez au jour où vous avez découvert que certains blogueurs arrivaient à vivre de leur site. Pas juste à gagner quelques centaines d’euros, mais à payer leur loyer, leur crédit, à faire vivre leur famille.

Laissez-moi deviner. Vous avez sans doute d’abord douté. Foutaises, avez-vous pensé.

Puis, intrigué, vous avez approfondi la question. Vous avez commencé à parcourir internet, à rechercher d’autres exemples de blogueurs professionnels. Et vous avez sans doute était stupéfait, et peut-être un même peu jaloux. Oui. Il existe une communauté d’entrepreneurs indépendants qui a réussi à monétiser leurs blogs.

Qui ne voudrait pas de cette vie : écrire sur ce que vous aimez. De chez vous, ou en voyage. En vivre. Sans que plus jamais, aucun patron, aucun collègue ne vous dicte votre conduite.

Je préfère vous prévenir : si vous y arrivez, vous ne reviendrez plus jamais en arrière. Le salariat classique vous sera aussi agréable qu’un séjour à Guantánamo. Comme si vous ingurgitiez du beaujolais nouveau après avoir gouté au Château Margaux.

Alors c’est pour cela que vous lisez TraficMania. Pour trouver un moyen de vivre de votre blog.

Et c’est d’ailleurs ce dont je vais vous parler. Parce que pour gagner assez d’argent pour vivre d’un blog, vous allez devoir changer de costume. Vous allez devoir penser en entrepreneur. Et vous poser les bonnes questions.

Je sais que vous n’avez qu’une envie : créer un produit au plus vite et le vendre. Je sais aussi que vous êtes malin (ou maligne). Je sais que vous voulez réussir votre projet pour changer votre vie. Mais ne vous précipitez pas. Réfléchissez un peu avant.

Parce que ces 7 questions vont vous éviter de faire des grosses conneries irréparables.

C’est un peu comme si vous partiez un tour du monde à pied. Vous devriez prendre un peu de temps pour organiser votre projet. Si vous oubliez de partir avec des soins anti-ampoules, vous n’iriez pas plus loin que le département d’à côté, banane.

Alors voici les questions que vous devez vous poser, très vite.

Question n°1 : la question qui vous évitera de pleurer des larmes de sang dans un an

Il y a des jours où je suis désolé pour vous. Vraiment.

En général, c’est lorsque je reçois un email du genre : « Salut André, je blogue sur l’univers des téléphones Android depuis 3 ans. J’ai fédéré une communauté de lecteurs fidèles, qui lisent mes articles en masse. J’aimerais bien vendre des formations pour vivre de mon blog, merci de me dire quel genre de produit je pourrais proposer ».

Je suis désolé pour toi, Android man. Mais je ne sais pas. Fallait y penser avant. Tu aurais pu créer un blog avec du potentiel business. Là, à part vendre des encarts de pub qui te rapporteront des cacahouètes…

C’est plutôt triste, un tel gâchis. Je déteste répondre que vous avez créé le mauvais blog. J’imagine le coup poing dans le foie lorsque vous lirez ma réponse. 3 ans à trimer…pour vous rendre compte que la monétisation est quasi-impossible.

Cela semblait pourtant une bonne idée. Des millions de gens possèdent un téléphone Android. Et en effet, de nombreux de geeks vont être intéressés par cette actualité…Mais personne ne dépensera un euro pour apprendre à passer un coup de fil ou organiser ses photos.

Vous devez éviter cette erreur terrible.

Comprenez bien que contrairement à ce que claironnent bien des blogs marketing, vous ne pouvez pas monétiser toutes les thématiques. Parfois, c’est mission impossible.

La solution ?

Prenez une heure, aujourd’hui.

  • Traduisez votre thématique en anglais avec Google en tapant : traduire (votre thématique) en anglais.traduction
  • Allez sur Google et cherchez des concurrents anglophones avec la requête Top blogs about (votre thématique en anglais).trouver des blogs populaires dans sa thématique

Vous verrez plein d’articles listant les meilleurs blogs de votre thématique.

  • Plongez-vous dans ces blogs. Lisez-les, encore et encore, et essayez de voir s’ils vendent des ebooks, des formations, du coaching, des produits en affiliation. Plus la thématique semble riche, et plus cela montre qu’il y a un marché porteur.
  • Listez les problèmes auxquels font face les gens qui lisent ce genre de blog. Réfléchissez aux solutions que vous pourriez apporter. Demandez-vous si les gens seraient vraiment prêts à payer des sommes significatives pour avoir votre solution.
  • Tadam ! Vous venez de valider que votre blog est monétisable.

Cet exercice est fondamental. Il ne s’agit pas de trouver précisément le sujet de votre produit, mais juste de valider que vous allez bloguer sur un domaine qui permet la monétisation.

Cela vous évitera de bouffer votre chapeau lorsque vous réaliserez après des mois d’efforts que votre blog ne vaut pas plus que l’estime qu’on lui porte.

Question n°2 : devez-vous créer un blog, ou juste une chaine YouTube ou une page Facebook ?

Ah, le débat.

Les blogs sont morts, c’est la guerre atomique, tous sur Youtube et Facebook !

Cela a été un message très entendu au cours des 24 derniers mois. Plusieurs marketers ont ainsi décrété qu’avoir votre propre site n’était plus vraiment utile, qu’il suffisait de publier sur d’autres plateformes. Là où se trouverait le trafic aujourd’hui. Plus de blogs. Tous vlogueurs sur YouTube et Facebook.

Bonne idée ou pas ?

Je vais vous donner mon avis, et vous en ferez ce que vous voulez. En tout cas voici pourquoi je ne ferai jamais, au grand jamais, reposer mon business entièrement sur Facebook ou YouTube.

Un exemple.

Imaginez que vous êtes fromager (j’aime aller chez le fromager, la bonne bouffe, c’est mon péché mignon). Vous louez votre local commercial dans une rue passante. Les affaires tournent bien car vous vendez le meilleur Livarot de la ville.

Et paf. Du jour au lendemain, votre loyer triple. Parce que votre propriétaire l’a décidé.

Lamentez-vous, car en une journée, votre business est mort, et vous ne pouvez rien y faire. Votre fromagerie fermera. Et dans 3 mois, il y aura un affreux Starbucks à la place.

Je sais que l’exemple est caricatural. En France, on ne peut pas tripler un loyer professionnel comme cela. Mais si vous faites reposer votre business en ligne uniquement sur Youtube, vous prenez le même genre de risque. Vous êtes à la merci du proprio.

C’est-à-dire ?

Du jour au lendemain, un directeur de Youtube peut changer les règles, et vous pouvez perdre la moitié de votre trafic. Idem avec Facebook. Un matin, Mark Zuckerberg peut décider en se grattant les fesses qu’il en a marre des vidéos de vente sur son réseau social.

Terminé, votre affaire juteuse.

Tout miser sur YouTube ou Facebook, c’est faire la même erreur que ceux qui ont mis toutes leurs économies en actions Eurotunnel il y a 25 ans.

D’ailleurs, panique chez les vidéastes, c’est déjà arrivé! YouTube a changé les règles du jeu et les youtubeurs râlent déjà.

problèmes entre youtube et les youtubeurs

Merde, on gagne moins, juste parce que YouTube a changé son algorithme !

conflit youtube youtubeur

Alors retenez bien :

Le business en ligne, c’est comme l’investissement boursier.

Pour éviter les naufrages, il faut diversifier.

Si les gogos n’avaient mis que 5% de leur argent en Eurotunnel, ils n’auraient pas perdu beaucoup. Ils auraient investi le reste un peu en actions variées, un peu en obligations diverses, un peu en matières premières et un peu en immobilier. Le résultat, c’est que lorsqu’un secteur baisse, un autre compense.

Idem avec votre business en ligne. Regardez TraficMania. Mon trafic vient de Google. De ma liste d’inscrits. De la pub Facebook. Des articles invités. De Twitter. Des opérations de promotion que j’organise pour faire connaitre mon site. De mes clients qui parlent de moi dans les évènements blogueurs.

Donc si demain, au lieu d’être premier Google sur la requête « comment faire connaitre son blog », je passe en page 10, je m’en fous.

Ma grand-mère me disait de ne pas mettre tous mes œufs dans le même panier. Mon blog, c’est mon gagne-pain. Un banquier m’a suivi pour acheter un appartement, dans Lyon. J’ai deux gosses dont un autiste. J’ai besoin de sécuriser mes revenus.

Avertissement :

Je ne dis pas que vous ne devez pas mettre de contenu sur YouTube ou Facebook. Je dis que vous devez avoir un blog, et utiliser YouTube et Facebook comme des à-côtés. Un peu comme les moteurs auxiliaires d’une fusée. Mais surtout pas comme moteur principal.

Le moteur principal de votre business, c’est votre liste. Un inscrit à votre liste à bien plus de valeur qu’un inscrit à votre chaine, ou un follower Twitter.

Les blogs ne sont pas morts. Ceux qui ont coulé, ce sont les blogs merdiques avec des articles de 800 mots déjà vu 1000 fois. Les gros, les bons, sont toujours là. Les gros, aux Etats-Unis, ceux qui ont 100 000 inscrits et plus, continuent de publier leur contenu, chez eux. Car ils y sont maîtres. Sur Facebook, c’est Zuckerberg le maître.

Non, le trafic des bons blogs n’a pas chuté. TraficMania va très bien, merci. Copyblogger (le plus gros blog marketing du monde) a même fermé sa page Facebook. Ça sert à rien, a dit Brian Clark, qui n’est pas le dernier des glandus.

Alors faites attention. Celui qui vous dit que le blogging est mort et que l’avenir c’est le vlog YouTube a peut-être simplement besoin de renouveler son stock de formations.

Question n°3 : votre blog est-il bien positionné ?

Je vais vous demander d’être attentif, parce que ce point est le plus important, le plus décisif pour le succès financier de votre blog.

En plus, si vous vous gourez là-dessus, vous échouerez aussi sûr que 2 et 2 font 4. Après avoir coaché une petite centaine de blogueurs au cours de 18 derniers mois, j’affirme que c’est le pire tueur de blog, comme un croisement maléfique entre Dark Vador et Hannibal Lecter.

Et pas de bol, c’est un point complexe.

Je parle du choix de votre thématique, mais aussi celui de votre positionnement.

De quoi s’agit-il ?

Pour être lu, il vous faut 3 choses :

  • Du bon contenu : c’est la raison pour laquelle votre audience est fidèle.
  • De la promotion : c’est la raison pour laquelle votre audience vous découvre.
  • Le bon positionnement : c’est ce qui fait que votre contenu colle à un besoin.

Et le positionnement, c’est difficile.

Il obéit à trois niveaux.

Le premier niveau du positionnement : y-a-t-il du monde ?

Par exemple, si vous bloguez sur les brosses à dents, vous n’allez pas intéresser grand monde. Mais hélas, les choses sont encore plus compliquées.

Parce que vous pouvez bloguer sur une petite thématique, tout en réussissant à vendre : par exemple, mon minuscule blog sur le tir sportif, avec une petite audience, fait 30 000 euros de CA par an.

Donc la quantité de gens présents dans la thématique est une chose, mais la possibilité de faire un achat en est une autre.

Donc le second niveau du positionnement c’est : y-a-t-il du monde prêt à acheter ?

Voici un exemple que je prends souvent. Le bricolage. Des millions de gens bricolent. Pourriez-vous gagner votre vie avec un blog vendant des formations expliquant comment carreler une salle de bain ? Je ne pense pas.

Pourquoi ?

  1. Si c’est vraiment complexe, les gens prennent un artisan.
  2. Si les gens n’ont pas les moyens, ils vont le faire avec un copain qu’y si connait. On a tous un pote qui sait carreler.
  3. Si les gens ne connaissent personne, ils vont demander conseil chez Casto, vont acheter une encyclopédie du bricolage ou vont regarder un tuto YouTube (il y en a des tonnes sur le bricolage).

Bref, pour faire cette vente, c’est pas gagné. Un peu le même problème que le blog sur les téléphones Android dont je vous parlais au début. A part un peu d’affiliation ou de pub, cela va être chaud.

Par contre un autre positionnement pourrait marcher. Mais oui!

Vous pourriez faire un blog qui explique aux carreleurs comment développer leur affaire. Cela existe et ça cartonne.

Par exemple ?

Au lieu d’apprendre à cuisiner, vous expliquez aux restaurateurs à faire tourner leur établissement. Parce que là, oui, du monde est prêt à acheter. La clé, c’est donc de s’adresser clairement à la partie de votre audience intéressée. Ce qui nous amène au 3ème niveau du positionnement.

Le troisième niveau du positionnement : mon message est-il clair pour les gens que je vise ?

Là encore, un exemple sera parlant. Je coachais une blogueuse qui vendait des formations sur les méthodes alternatives d’éducation.

Son blog parlait de méthodes Montesorri, d’algorithme cognitif…Et cela ne marchait pas. Un résumé de notre discussion :

"- Pour qui veux-tu vendre ?

- Pour les profs, mais aussi pour les mamans qui retirent leurs enfants de l’éducation nationale et qui font les cours chez elles.

- Crois-tu que les profs, qui sont formés par l’Etat vont dépenser leur propre argent pour acheter des méthodes qui ne feront pas l’unanimité dans leur école et auprès des parents ?

- Ah, non.

- Et crois-tu que les mamans qui veulent faire les cours chez elles comprennent quelque chose à des titres qui parlent d’algorithme cognitif ?"

On a là en fait un cas classique de mélange éditorial. Une maman qui lit ce blog à l’impression qu’il est fait pour les professionnel de l’éducation, et les professionnels de l’éducation ne vont pas y acheter de produits.

La solution ? Simplifier le contenu et l’orienter vers les mamans qui veulent faire la classe elles-mêmes à leurs enfants. Concrètement, voici des exemple de titres :

« Comment apprendre l’alphabet à votre bambin en une semaine, la méthode alternative »

« 10 problèmes que les enfants hyper-actifs rencontrent dans les salles de classes classiques »

Etc.

Et en produit à vendre, quelque chose du genre : « La classe à la maison : faites suivre vous-même le programme de CP à votre enfant ».

C’est clair, et cela s’adresse à une clientèle en particulier.

Le positionnement est diablement important. Vous pouvez avoir le meilleur contenu du monde, vous pouvez mettre en place des campagnes de promotion assourdissantes pour vous faire connaitre, si votre blog est mal positionné, cela ne peut pas marcher.

Si vous voulez gagner de l’argent en ligne, si vous voulez fédérer une audience composée de clients, je vous en supplie : prenez vraiment le temps de réfléchir à votre positionnement.

Et si le positionnement n’est pas bon ? Essayez de recadrer le tout en virant vos vieux articles. Ou même, fermez votre blog et refaites en un qui aura de réelles chances de succès.

Je sais que c’est dur à entendre, mais encore une fois : agissez en entrepreneur si vous voulez en faire votre métier. Si cela peut vous réconforter, j'y suis passé: j'ai du fermer des blogs pour des problèmes de positionnement, donc je m'efforce de ne plus faire cette erreur.

Question n°4 : qu’allez-vous apporter de plus que vos concurrents ?

La concurrence est une bonne chose. Si vous hésitez sur le sujet de votre blog, voici mon conseil : allez dans une thématique où il y a plusieurs blogueurs qui gagnent leur vie.

Pourquoi ? il est moins risqué de choisir un sujet porteur que de vous positionner sur une thématique qui ne marche pas.

Mais s’il y a du monde, comment réussir à vous imposer ?

En deux mots ? Faites mieux. Faites plus complet. Plus sincère. Bousculez les idées reçues.

Par exemple ?

Il y a des nouveaux blogs webmarketing toutes les semaines. Il y en avait des tonnes quand TraficMania a déboulé il y a 20 mois. Et pourtant, j’ai fait mon trou très vite. Pourquoi ? Parce que mon contenu est bon.

Pas parce que je promets des résultats rapides pour devenir riche. Pas parce que je fais le buzz en me filmant sous les tropiques. Pas parce que je publie à haute fréquence. Bien au contraire.

J’affirme que le blogging est un art difficile. Je blogue de chez moi, en ayant une vie presque normale de père de famille, et je ne publie que 20 posts par an.

Et honnêtement, financièrement, je cartonne.

Ça marche pour la simple et bonne raison que vous, mes chers lecteurs, trouvez mon contenu valable.

Maintenant que vous avez compris pourquoi vous devez faire mieux, vous vous demandez surement comment y arriver.

Il faut tout simplement que vous appreniez à rédiger pour internet. Et le mieux est de suivre des structures éprouvées. Voici quelques pistes :

Vous avez peur de perdre en originalité ?

Suivez des structures, mais mettez-y vos mots. Et pratiquez, encore et encore. L’écriture a ceci de cool : en s’y mettant tous les jours, vous atteindrez un niveau correct en quelques mois.

Question n°5 : Devez-vous parler de votre super idée de blog autour de vous (ou même sur internet ?)

Vous avez eu l’idée du siècle. Vous avez une idée de niche porteuse. Une idée de produit. Vous avez une stratégie trafic.

Vous en êtes certain, vous allez cartonner. Un produit à 300 euros, une cinquantaine de ventes par mois. Vous aurez sans doute avoir des revenus supérieurs à un pilote d’Air France.

Le problème ? Vous n’avez jamais tenu un business basé sur un blog. Malgré toute votre intelligence et votre volonté, je vous le dis en face, vous n’êtes qu’un débutant.

Et une des grosses erreurs que font les entrepreneurs débutants, c’est de rester seuls dans leur coin parce qu’ils ont peur qu’on leur pique leur idée.

Laissez-moi vous raconter une histoire. Un de mes meilleurs amis est un de mes anciens collègues, lorsque je n’étais qu’un simple chef de projet dans un groupe aéronautique.

Il a toujours parlé de devenir son propre patron, comme un rêve. Un jour, il m’a appelé, ravi d’avoir trouvé l’idée du siècle. Une idée de logo fantastique, à imprimer sur des vêtements. Aucun doute, ce flash allait lui permettre de fonder le nouveau Zara.

Il n’a jamais voulu me dire en quoi consistait son idée de design. Secret défense.

5 ans après, rien n’a été concrétisé. Il est toujours dans la même boite. Aucun T-shirt n’a jamais été imprimé.

Je ne dis pas qu’en parler avec moi l’aurait fait réussir. Je ne connais rien au business de la mode, et je n’envisage pas de me lancer là-dedans. Mais en tout cas, si nous avions échangé, j’aurais pu lui suggérer des idées, des contacts. Il aurait avancé.

Mais la peur de se faire piquer son idée était trop forte.

C’est idiot. Parce qu’une idée, ce n’est rien. La preuve?

Imaginez que vous croisez Victor Hugo.

  • Salut Victor, quoi de neuf ?
  • Oh, je prépare un nouveau bouquin. L’histoire d’un bagnard, qui, après une rencontre décisive, se met à faire le bien autour de lui.
  • Oh, ça a l’air prometteur. A plus, vieux. Et bonne chance pour ton nouveau livre.

Si vous aviez piqué l'idée de V. Hugo, auriez-vous été capable d’écrire les Misérables pour autant ? Jamais de la vie. C’est le génie d’Hugo d’avoir brodé un récit sublime, universel, autour de cette simple idée.

Il y a 20 mois, j’aurais pu vous dire que j’avais le projet de créer un blog webmarketing hyper-qualitatif, pour que les blogueurs puissent enfin réussir.

Et alors, l’auriez-vous fait à ma place ?

L’idée de business, ce n’est qu’une simple pierre dans la cathédrale de votre blog.

Alors échangez. Allez sur les forums. Sur les groupes Facebook. Parlez avec ceux qui ont l’expérience de la vente en ligne. Vous pourriez vous rendre compte facilement que vous êtes sur une mauvaise voie, et éviter de saccager votre idée prometteuse.

Question n°6 : dans quel domaine avez-vous besoin d’aide ?

Je vais vous faire un aveu.

Il y a des choses sur lesquelles je suis une quiche. La technique, par exemple. Je ne sais pas bien coder, et dès que je dois bidouiller du HTML, j’y passe des plombes et je le fais mal. Ça me soule.

Idem pour la compta. Lorsque j’étais autoentrepreneur, tout allait bien. Une déclaration de chiffre d’affaire par trimestre, un virement, terminé. Mais une fois que vous avez une vraie société, ça devient autre chose. Immatriculation, statuts de l’entreprise, TVA, RSI. C’est un métier et vous aurez besoin d’un expert-comptable.

Il y a forcément des choses que vous ne savez pas bien faire.

Et souvent, ce sont des basiques du blogging.

Par exemple, savez-vous vraiment ce qu’il faut faire, étape par étape, pour avoir du trafic ? Publier souvent ? Raté.

Savez-vous rédiger des articles qui vont captiver votre audience ? J’ai de gros doutes, désolé.

Savez-vous vendre une formation ou un ebook ? Je ne parle pas d’envoyer un email à votre liste et de pomper une page de vente, mais d’organiser une campagne complète. Oui ? Non ?

Pourtant, vous en aurez besoin. Autant que d’un thème WordPress premium et responsive.

Alors investissez.

Je ne cherche pas à vous pousser à l’achat, mais le meilleur de TraficMania n’est pas gratuit. Ce sont mes formations. Agissez en entrepreneur, et apprenez ce qu’il vous manque pour avoir une audience et faire des ventes.

Je me revois à mes débuts de blogueur. On est toujours réticent à se former. On pense qu’en y passant un peu de temps, on va y arriver.

Alors vous lisez un, deux, trois, dix blogs marketing. L’un vous parle de SEO, alors vous commencez à installer des plugins référencement. Puis un autre vous parle de la pub Facebook, et hop, vous dépensez de l’argent dans une campagne. Un autre vous parle de campagnes evergreen, et vous vous y mettez.

On a l’impression que chaque jour, des génies de la vente trouvent 20 nouvelles méthodes pour créer et vendre des produits en ligne. Pour vendre 10 fois plus, et tripler son trafic en un mois, et bosser 5 fois moins.

Dans votre tête, cela donne quoi ? De la confusion.

En fait, vous ne faites que de la soupe marketing. Une pincée de ceci, un zeste de cela. Mais vous n’avez pas la moindre idée de ce que vous devez faire, quand le faire, comment le faire.

Au lieu d’avoir une stratégie solide, vous êtes dans l’improvisation et vous vous sentez perdu.

Cette différence, c’est la différence entre l’échec et la réussite, tout simplement. Le blogging est un art difficile. Il ne s’agit pas de balancer quelques lignes de texte sur un site 1&1, et d’empocher la mise.

Prévoyez un budget formation conséquent, chaque année. Parce que votre chiffre d’affaire n’aura rien à voir si vous faites les choses correctement.

Question n°7 : voulez-vous gagner trois sous, ou gagner votre vie ?

Je pense que vous pouvez deviner la suite.

Je vous ai dit de bien réfléchir à votre thématique. De vous former pour attirer une audience et la fidéliser. De concevoir du contenu qui écrase en qualité celui de vos concurrents. D’apprendre à vendre sur internet.

La suite logique : tout cela prend du temps, et demande vraiment des efforts. J’adorerais vous dire que c’est facile de faire fortune en ligne. Cela ne l’est pas.

Alors réfléchissez bien. Si votre but n’est que de gagner 500 ou 1000 euros par mois, peut-être que le blogging n'est pas une bonne idée. Honnêtement, bosser aussi dur pour un si petit résultat c’est simplement idiot.

Le blogging demande du temps. Vraiment. Construire votre audience vous prendra 20 heures par semaine. Bosser 20 heures par semaine pour se faire quelques centaines d’euros, il y a plus intelligent à faire.

Un temps partiel dans un fast food et c’est fait. Et vous en baverez moins.

Pensez aux sacrifices. Si vous avez déjà un emploi, il va falloir trouver ces 20 heures dans votre emploi du temps chargé. Regardez cet article, que vous lisez en ce moment. Plus de 4300 mots. J'y ai passé deux jours.

Il faudra sacrifier des week-ends et des sorties. Votre famille vous reprochera d’avoir moins de temps pour elle. Vos amis tiqueront parce que vous devrez refuser une invitation, tout cela pour fignoler des emails de vente.

C’est juste la réalité.

Vous vous demandez peut-être si cela vaut le coup.

Mon avis ?

Putain, oui cela vaut vraiment le coup.

Mais arrêtez de considérer votre blog comme un hobby. Pour vous motiver, dites-vous  que lorsque vous vivrez de votre blog, vous ne bosserez plus que 20 heures par semaine.

Encore une fois, vous devez penser en entrepreneur. Un entrepreneur ne se dit jamais qu’il va monter un business pour se faire 800 euros par mois. Mais 8 000. Ou 50 000. Le blogging est un moyen minable de se faire 500 euros par mois, mais c’est le meilleur job si vous voulez commencer à gagner plus de 3000 ou 4000 euros par mois.

Parce que ces chiffres sont relativement faciles à atteindre une fois que vous savez ce que vous faites. Parce que cette vie offre une souplesse et une liberté que très peu de jobs peuvent offrir.

Je vous l’ai dit. Une fois que vous aurez fait l’équivalent de votre salaire, vous ne voudrez plus revenir en arrière.

Il est 11 heures, un vendredi. Je viens de finir cet article. Je vais aller faire du sport, et ensuite, un petit ciné. Puis j’irai chercher ma fille à l’école. Je n’ai pas prévu de bosser lundi. Juste un ou deux coups de fils. Je verrai avec ma femme comment passer cette journée à deux.

C’est ma vie, depuis 4 ans.

La vôtre sera celle que vous voulez.

Il suffit que vous évitiez l’improvisation. Il suffit que vous preniez quelques jours, pour réfléchir à ces questions. Cela fait des années que vous trimez dans votre boulot ou vos études. Vous n’êtes pas à 1 mois prêt.

Ça y est. J’ai l’honneur de vous annoncer que vous n’êtes plus un salarié ou un étudiant. Vous êtes un entrepreneur masqué qui mûrit son projet et qui passera à l’action, appliquant une feuille de route précise.

Avez-vous le feu sacré ? Voulez-vous enfin vivre cette bascule ?

J’en suis ravi.

A vous de tracer votre chemin.

Partagez les bonnes pratiques, merci!
  •   
  • 22
  •  
  •  
André Dubois
 

En ce moment, André doit être encore en train d'écrire un article de 3000 mots. Tout cela pour un objectif: vous apprendre à bloguer si bien que vous pourrez en vivre.

Cliquez ICI pour laisser votre commentaire 48 commentaires
Matt

Caprice du hasard, le point no 2, au sujet duquel toute ressemblance avec des faits réels et des personnes existantes ne saurait être autre que fortuite et involontaire, m’a fortement fait penser à une vidéo de l’année dernière, avec musique épique et image d’explosion atomique, issue d’un célèbre webmarketeur à trois lettres… 🙂

Répondre
    André Dubois

    Ah oui, celui qui a lancé une formation il y a quelques semaines pour avoir 1000 inscrits à sa liste, pour ne pas je cite, « trop dépendre de youtube ».

    Répondre
      Matt

      Ah, oui, en effet, recherches effectuées, je vient de la trouver. Mais ce n’était pas il y a quelques semaines : le produit a été lancé le 29 Mars 2016. 🙂 🙂 🙂

      Répondre
      André Dubois

      on y tous passé!

      Répondre
      André Dubois

      oh je suis certain d’avoir vu quelque chose il y a moins de 8 semaines…Peu importe au final.

      Répondre
      Matt

      Avec le système de promo flash, tout est possible… Ou alors, je ne l’ai pas trouvée, ce qui est très possible aussi. Mais en effet, cela n’a guère d’importance ! Lancer un nouveau site qui serait, lui, monétisable, est plus important que retrouver la date de cette formation ! 🙂 🙂 🙂

      Répondre
Gregoire photographe

Salut André,

Super article comme d’habitude!
Il est clair que sans feuille de route et pas de stratégie moyen/long terme pas de salut!
4000 mots bien dit

Répondre
Aymeric Mahieu

Merci André pour cet article très complet, très réaliste et honnête.
Une bonne bouffée d’énergie pour se retrousser les manches. Pour moi, la clé est de tester son idée sur le terrain, avant même d’initier une quelconque mise en ligne. Pas si simple. C’est plus facile de publier un article que de parler vraiment aux vrais gens 😉
Encore merci et bravo pour ton blog très instructif.

Répondre
    André Dubois

    Merci Aymeric, tu as raison de tester au maximum. Une fois que le sujet du blog est validé, les articles écrits… c’est très difficile de changer le cap. Le positionnement c’est le seul paramètre qui est quasi-définitif. Alors il ne faut vraiment pas se gourrer.

    Répondre
Jean-Luc Durand

Bonjour André,

Ton article résume parfaitement la problématique du positionnement du blog, et les choix à faire avant de se lancer (et pas après).

Problème : si j’écris sur le même sujet, je vais avoir du mal à faire mieux que toi 😉

Merci pour le lien vers mon article invité.

Et meilleurs vœux pour 2017, au fait.

A bientôt.

Jean-Luc

Répondre
    André Dubois

    Oh, je ne sais pas, les blogs reflètent les personnalité sde leurs auteurs. Tout le monde n’aime pas forcément mon ton, et peut trouver aussi du qualitatif ailleurs.
    A+ Jean-Luc.

    Répondre
DOUMALIN MATHIEU

Encore un bel article, inspirant et motivant.

Je pense aussi que la problématique du positionnement est capitale. Mais elle est souvent mise de côté par peur de ne pas toucher certains prospects…

Alors qu’en réalité, si notre audience est ciblée, alors il est plus facile de lui parler, d’entrer en communication avec elle. Et donc de la transformer en client à termes.

Sinon, notre message est trop généraliste et on ne crée pas cette fameuse connexion.

Donc prenez le temps de réfléchir à votre cible. Faites vous mal en vous séparant de certaines audiences trop éloignées de vous. Cela vous fera du bien par la suite (quand vous n’aurez plus que 20h à travailler par semaine 🙂 )

Répondre
    André Dubois

    Tuas tout dis: mieux vaut cibler fin et avoir un bon taux de conversion qui viser trop large et de ne convaincre vraiment personne. C’est pour cela que mon autre petit blog marche si bien. Peu de monde, mais vraiment passionnés par le sujet.

    Répondre
David Siegler

Hey super article comme toujours… disons que j ai valide et teste mon positionnemt de la maniere que tu le conseil dans cet article.. laquelle de tes formations me conseillerais-tu maintenant ?

Je cherche la meilleure feuille de route

Merci

Répondre
    André Dubois

    Salut David
    la formation dans laquelle je creuse a fond la question du positionnement est celle du trafic. Puisque le trafic = positionnement + bon contenu + promotion. J’y parle de ce sujet pendant des heures.

    Répondre
      André Dubois

      ouh j’ai répondu à coté. Une fois que ton positionnement est ok,la suite c’est de lancer et faire connaitre ton blog. Donc oui, mon grand cours trafic est pertinent pour ton besoin.

      Répondre
Lirone

Génial cet article réaliste et très honnête. Et dire qu’il y en a plein qui te disent que le blogging est quelque chose de facile… Loin de là et il y a beaucoup à apprendre et à faire !

Merci pour tes articles de qualité André 🙂

Répondre
Adrien

Hello André,

Un vrai régal cet article. Ma partie préférée : le positionnement car tu décortiques vraiment avec un exemple « réel ». De ce que je vois le positionnement est LE problème et la cause principal d’échec chez les blogueurs !

@ très vite pour un prochain article.

Adrien

Répondre
    André Dubois

    Merci Adrien. Oui, le positionnement c’est la cause de plantage n°1. Le trafic, la qualité de rédaction, la promotion, le bonus, les campagnes de ventes, ca se travaille. Mis si tu es sur une la mauvaise niche, ou mal positionné, tu te débats comme dans de la colle. Rien à faire, ca ne démarre pas.

    Répondre
Virginie

Bonjour,
Je me retrouve 100% dans votre article. Sans parler déjà de gagner ca vie (ce qui n’était pas le but lorsque j’ai créé mon blog de couture. Je cherchais à partager simplement ma passion) je rencontre des problèmes au niveau des visites. Au quotidien je ne décolle pas des 40-50 visites par jours… c’est trop peu !!
J’applique le referencement d’image avec le SEO, je fait de la promo à chaque sorti d’article sur des pages Facebook de couture, j’ai créé une page Facebook au nom du blog, j’ai publié 2 tutos sur un site qui les regroupe, et pour précision initialement tout est parti de mon compte instagram de couture (660 abonnés). Bref, c’est un peu la galère alors que je vois que certains blog de couture ont entre 5000 et 10 000 abonnés rien que sur instagram… alors d’où vient le problème ? Bon il faut dire que j’ai commencer mon blog en septembre 2016 mais je voudrais vraiment qu’il décolle et je souhaite par la suite pourquoi pas vendre des patrons de coutures. Auriez vous des pistes s’il vous plaît ?
Merci d’avance
Bonne journée

Répondre
    André Dubois

    Vaste question: un seul conseil. Lisez tous les articles de ce blog, il y en a une bonn trentaine. Et vous aurez une meilleure vision de ce qui cloche dans votre stratégie trafic.

    Répondre
Jocelyne Bertazzo

Bonjour André,

mille merci à vous pour ce super article hyper complet, comme d’habitude.

Pour moi, le traffic, ça va. J’ai du monde sur mon blog mais j’ai du mal à vendre mon produit. Ceux qui l’ont le trouvent génial…

Il faut m’y faire, malgré toutes les formations de marketing que j’ai suivi et les articles sur des blogs comme le votre, il y a encore un truc qui m’échappe.

Vos heures de coaching sont trop chères pour moi.

Je vais tenter l’affiliation. Comme cela, je vais me familiariser avec ce qui me fait défaut. J’espère que ça va marcher. Très bonne journée à vous. Jocelyne

Répondre
    André Dubois

    faites moi un email et expliquez moi rapidement comment vous vendez. Il y a un truc qui ne colle pas dans l’équation

    Répondre
Théo Rossi

C’est un superbe article André. Je partage car j’aimerais que plus de monde entende ce message et réponde à ces questions .. Elles sont si importantes si l’on veut transformer son blog en business.

Répondre
Astree

Merci beaucoup André pour ce fabuleux article! Je me suis reconnue encore une fois dans ton article. Je n’ai toujours pas franchi le pas pour mon blog pro. Je n’ai pas encore trouvé mon meilleur produit de vente dans le domaine du DIY. J’ai l’impression que mon blog n’est pas monétisable.
Après cette lecture, je vais y réfléchir plus sérieusement.
Je te suis et tu es de très bons conseils. Je suis certaine de trouver mon bonheur sur ton blog.
Bonne soirée!
Astrée

Répondre
    André Dubois

    Le DIY ca peut marcher, mais c’est délicat. Il faut vraiment réflechir, mais j’ai des exemples de clients en coaching qui ont cartonné.

    Répondre
      Astree

      Oui je pense aussi que c’est délicat car sur internet, beaucoup de choses liées au DIY sont gratuites. Il faut vraiment trouver l’idée du produit qui permet de monétiser le blog et ce n’est pas simple.
      J’ai pensé à des ebooks mais ce n’est pas très concret.
      Pour le moment, je rame dans un bel océan.
      Merci André pour ton commentaire.
      Astrée

      Répondre
Christine Kerverdo

Lecture motivante et réaliste à un moment où j’interroge mon projet de blog populaire… Je sens que je vais m’accrocher. Style vif et rapide, imagé simple, merci André

Répondre
Manuela

Hello André !

Comment toujours tes articles envoies du lourd ! J’ai adoré lire ce nouvel article. Il donne une tonne de matières pour bien penser sur business !

Merci encore pour ta plume

Répondre
Elodie Bougas

Merci André pour cet article ! ça me donne beaucouuuuup à réfléchir pour le positionnement de mon blog, qui est bien trop généraliste, même s’il y a beaucoup de visites. Je vais me plonger dans tes formations dès ce soir avec joie 🙂

Répondre
    André Dubois

    Ok Elodie, bon courage et prend le temps de la reflexion.

    Répondre
Pascal Lenormand

Merci André,
merci de rappeler que, même si tu as une feuille de route bien tracée (merci Trafic Mania), c’est déjà un sacré boulot à mettre en place proprement.
Donc évidemment, si on passe se temps à se demander vers où aller, ou pire, à changer d’avis deux fois par semaine, ca aide pas…
Merci encore de ton franc parler et du réalisme de la réalité que tu décris (qui d’ailleurs n’est pas spécifique au blogging, il me semble).

Répondre
PAul

Merci André pour cet article! A chaque fois que je vois que tu as écris un nouvel article, je me réjouis et le lis avec beaucoup de plaisir! Meme si la route est longue et sinueuse, ta motivation que tu transmets permet de faire le plein d’énergie pour avancer!
Merci encore et à bientôt sur trafficmania!
PS: J’ai vu sur un article qui parlait des meilleurs blogs de marketing que tu avais été cité parmis les blogs les plus apprécier! Félicitation!

Répondre
Christian

Bonsoir André Dubois,
Ah flûte! …je m’aperçois qu’après vous avoir lu, j’ai pas pensé à regarder la vidéo complète , or, je suis déjà sur ce commentaire. Pourquoi cette remarque ? parce que , j’allais vous dire que j’ai lu , entendu et vu un certain nombre de blogueurs sur le net…il y’a des gens sûrement très bien que j’ai zappé tout de suite mais aussi d’autres personnes dont je fréquente assidûment leurs publications…probablement , des personnes différentes de vous , mais qui ont le m^me accent d’authenticité, un caractère, une personnalité, une couleur (au contraire du gris, m^me pour les costards, il parait qu’il vaut mieux éviter…enfin bon!) et surtout qui semblent connaître leurs affaires dans ce secteur d’activité.
Moi, je suis d’avis qu’il se construire soi-m^me ou plutôt être construit soi-m^me avant de prétendre à réussir quoi que ce soit ..se réussir soi-m^me , enfin tout ce qui s’apprend de toute façon. En plus de m’avoir fait rire, j’apprécie vraiment votre raisonnement , votre présentation des choses et votre réalisme.
Le net est encombré de coachs très bien, mais on peut pas être partout au four et au moulin, vu qu’on a que deux bras…donc, après avoir trainé mes guêtres sur le réseau pour me positionner, prendre l’air du temps, mouillé mon doigt pour savoir d’où vient le vent..je pense que vous serez parmi les quelques professionnels qui vont m’inspirer. Vous êtes sur la liste des personnes à qui je vais certainement acheter une formation..je termine les deux en cours et il faut aussi que je crée ce putain de blog….salut & Bonne Année…Merci.

Répondre
lili

Merci André pour cet article
Bien vu encore une fois et pour cet article très intéressant…
chapeau…
Lili

Répondre
Alexandra

Bonjour et merci pour cet article qui vient de me donner le déclic qui me manquait pour la création de mon blog.
Je sais enfin comment me positionner car clairement une petite voix dans ma tête me disait qu’il manquait quelque. José, mais jusqu’à présent je ne savais pas quoi.
Maintenant que c’est beaucoup plus clair, je sais ce que je dois faire.
Je vois partout des blogs de pâtisserie, et des très bons que je suis assidûment, mais grâce à la lecture de cet article, j’ai compris ce qu’il leur manquait : tous parlent de recettes, comment les faire, les ingrédients, etc…. mais pas de comment on s’organise pour faire de la’ pâtisserie race que mine de rien, ça demande un sacré boulot !
Merci encore, maintenant, je sais où je vais!
Bonne journée!

Répondre
Benoit

Bonjour André,

Je suis en train de lire ton article et j’ai une question: Pourquoi il faut faire des recherches en anglais sur notre thématique et non en français?
Car mon anglais est un peu rouillé…

Sincèrement,
Benoit

Répondre
    André Dubois

    Parce que les blogs anglophones sont à des années lumière des blogs francophones en terme de qualité

    Répondre
Marie-Caroline Rey

Bonjour André,
A chaque fin de tes articles je ressors boostée avec mon lot de résolutions :). Je dirais qu’instagram est le dernier truc ultra tendance un peu partout,qui dépasserait facebook et les blogs,dit-on :)et qu’il serait mieux de poster ses tenues côté mode sur instagram plutôt que son blog,ça va plus vite…bref,je ne suis pas sûr et je continue à travailler ma présence sur mes différents réseaux,autant facebook,instagram,twitter,youtube,mes deux blogs.Je pense avoir un peu compris mon soucis mais mes atouts aussi,je pense qu’il s’agit de mon positionnement côté soucis,ça serait top que tu approfondisses le débat au sein d’un article.Je me tâte et pense peut-être savoir où est le soucis justement,j’aurais beaucoup aimé en discuter avec toi sur le fond du principe.

Répondre
    André Dubois

    Quel engagement vas tu avoir avec instagram. C’est un peu comme Twitter, c’est facile d’avoir des milliers de followers, mais ils engagent beaucoup moins que des lecteurs et des inscrits.

    Répondre
Etienne

Bonjour André,
Merci pour cet article très complet et pour tous les conseils, surtout sur le positionnement du blog. Et merci aussi pour ta franchise, de montrer que développer un blog c’est du travail, beaucoup de travail, pour réussir.
A bientôt et encore merci,
Etienne

Répondre

Laisser un commentaire: