fbpx

Théorie des 5 drapeaux: danger. Diminuer les impôts de son entreprise en ligne : lettre ouverte aux entrepreneurs en ligne qui trichent ou qui envisagent de le faire

On le voit très souvent, pas vrai ?

Un blogueur ou un Youtubeur qui a du succès, et qui cherche à diminuer ses impôts.

D’ailleurs, pas mal de webmarketeurs ont au catalogue une formation pour échapper aux taxes, et à l’Etat qui nous vole.

Et comme nous vivons dans le pays champion du monde de la fiscalité, c’est diablement tentant. Garder tous ses gains, et ne rien reverser au fisc.

Wahou, le pactole.

Un des modèles dont on entend parler ? La théorie des cinq drapeaux. La martingale des créateurs de contenus. La formule miracle pour tout garder.

Je vous explique le principe.

La théorie des cinq drapeaux expliquée en moins de 20 lignes

Vous allez mettre en place un système de vie basé sur 5 drapeaux (pays).

Le drapeau n°1 : c’est celui de votre passeport. Votre nationalité.

Le drapeau n°2 : c’est celui de votre résidence physique.

Le drapeau n°3 : c’est celui de l’immatriculation de votre entreprise.

Le drapeau n°4 : c’est celui où vous mettez votre argent. La domiciliation de vos comptes.

Le drapeau n°5 : c’est celui de votre terrain de jeu.

Beaucoup de blogueurs ont franchi le pas.

Observez bien les emailings. Il y a l’adresse de leur société en bas de chacun d’entre eux. Vous verrez tel blogueur dont l’entreprise est enregistrée à Hong-Kong, et qui vit au Vietnam.

Ou un autre dont la boite est aux USA, au Delaware, mais qui se garde bien de poser un pied aux Etats-Unis.

Ou un autre, résident Thaïlandais avec un Visa élite payant, qui interdit pourtant d’y travailler, mais qui le fait quand même.

Ou un autre, résident fiscal à l’ile Maurice. Ou un autre, dont l’immatriculation de société change tous les 6 mois.

L’idée : faire échapper aux impôts toute somme gagnée.

Alors.

Légal, ou pas ?

Durable ou pas ?

Je ne suis pas fiscaliste. Mais voici pourquoi, à mon avis, tous ceux qui ont joué à ce jeu vont s’en mordre les doigts.

Raison n°1 : les spécialistes que j’ai consultés à ce sujet me l’ont tous fortement déconseillé

A chaque fois que j’ai évoqué avec un expert-comptable ou un avocat le fait de déménager mon entreprise dans un premier pays, mon compte dans un autre, ma résidence ailleurs, il m’a averti sur le caractère très risqué de la chose.

Oui, échapper à la TVA, c’est bel et bien de la fraude. Il faut bien le dire. Ouvrez les pages jaunes, allez voir l’avocat fiscaliste le plus proche de chez vous avant de vous lancer.

Attention, la justice ne rigole pas. On parle de prison ferme.

Raison n°2 : la réglementation européenne va changer

C’est le tir en rafale, garanti.

Figurez-vous qu’en 2021, les plates-formes e-commerce seront tenues de déclarer la TVA pour les vendeurs tiers.

Vous faites du drop shipping depuis l’Asie sans déclarer de TVA ? Dommage, les sites e-commerce devront le faire pour vous. Vous serez découvert.

Voici une interview du patron de CDiscount. Mettez là à 1 min 40.

En clair, les dropshippers sont dans le viseur. Ca y est, Cdiscount communique déjà les coordonnées des vendeurs au fisc. Et en 2021, ils collecteront la TVA eux-même.

La prochaine étape : Stripe, Paypal, et autres outils de paiement seront très probablement de la partie. Ils devront très certainement déclarer les ventes que vous faites en France. Voire collecter la TVA, comme Cdiscount va le faire.

Là aussi, fini de passer sous les radars, même pour de la vente de formation. PayPal ne va jamais se compromettre en Europe pour protéger un petit blogueur qui « oublie » de déclarer son activité.

Que dira le ministère des Finances s’il voit des centaines de milliers d’euros de ventes, et aucune déclaration en face ? Ils auront vite fait de comprendre la combine.

Pour aller plus loin, voici un peu de documentation sur le sujet. C’est un document écrit par « Accountency Europe », un organisme qui regroupe les entreprises comptables européennes. C’est en anglais, c’est ennuyeux à mourir, mais cela montre que quelques-uns vont le sentir passer. Lisez-le.

En résumé : pour le e-commerce et les ventes de produits dématérialisés, la volonté des Etats est de faire porter les déclarations sur les plateformes.

Si demain, Stripe ou Paypal estiment que vous ne déclarez pas correctement, et refusent d’assurer vos ventes en ligne, vous faites quoi ?

Vous fermez boutique, direct.

Et ensuite, si Paypal communique l’info à la DGFiP? Vous risquez de passer un très mauvais moment.

Raison n°3 : cacher un achat en ligne, c’est impossible

Voici pourquoi je ne comprends pas les entrepreneurs en ligne qui trichent.

Qu’est-ce qui est le plus dur à prouver, en cas de contrôle fiscal ?

  • Un plombier qui facture 25% au black ?
  • Ou blogueur bien connu qui fait 95% de ses ventes en France et ne déclare rien ?

C’est plus dur de prouver la fraude du plombier. Parce que c’est en cash, et c’est dur à pister.

Pour les entrepreneurs en ligne, tout est enregistré. Chaque euro perçu est tracé dans les serveurs de votre prestataire de paiement. Tout est à portée de clic.

Se cacher est impossible quand on fait de la vente en ligne. On sait combien vous avez vendu, à qui, quand, et via quelle entreprise.

Raison n°4 : vivre avec la pression judiciaire, ce n’est pas une vie

Gamin, vous avez surement déjà fait une bêtise que vous avez tenté de cacher à vos parents. Ce n’est pas agréable. On vit avec la peur de se faire choper.

Bon avec les parents, une bonne engueulade, et c’était terminé.

Là, vous pouvez multiplier l’angoisse par 1000.

Imaginez…

Vivre avec la peur constante de se faire arrêter. Qu’une simple correspondance à l’aéroport finisse en interrogatoire chez Tracfin. Qu’un jour vous commenciez à recevoir des courriers de la direction Générale des Finances publiques…

… Et qu’on vous demande des sommes que vous ne pouvez pas payer, parce que vous avez tout claqué.

Vous savez que vous avez largement triché…et qu’un jour, vous risquez de tomber.

Je préfère vivre peinard. Je paye mon dû.

Comme tout le monde, je trouve que c’est trop, je râle sur le poids de l’Etat en France…. Mais 10 minutes après, je n’y pense plus.

Et je ne vis pas avec la sourde angoisse de devoir payer des amendes énormes, ou de finir au trou.

Raison n°5 : ils disent qu’on vous prend 70% en France, ce n’est pas vrai

Mon blog marche fort. Très fort.

Oui, je paye de la TVA, de l’impôt sur la société, des charges, et de l’impôt sur le revenu. Mais je vis très bien.

Au final, ce n’est pas 70% qui partent à l’Etat.

C’est bien plus nuancé que cela.

Tout d’abord, la TVA, on ne peut pas y échapper.

Si vous ne la payez pas, vous fraudez. Basta. Même si vous êtes en Roumanie ou en Estonie.

Ensuite, pour simplifier, son montant n’est pas sur le chiffre d’affaires, mais sur le chiffre d’affaires moins les achats.

Pour bloguer, je paye un hébergeur. Un autorépondeur. Des prestataires. Un comptable. Une salariée. Mon système de gestion de ventes…ceci entraine des dépenses, chaque mois…

Et diminue mon montant de TVA.

(D’ailleurs, plus vous payez de TVA, mieux c’est finalement : c’est une taxe sur la valeur ajoutée. Si vous payez une grosse TVA, c’est que votre business est très rentable…bon pour vous, bravo !).

Ensuite, les charges.

Oui, elles sont lourdes en France.

Mais en fait, c’est de la rémunération différée.

C’est de l’argent que vous toucherez quand vous serez malade. Ou retraité.

Je sais, les retraites en France, c’est un sujet permanent.

On a l’impression de ne jamais régler ce problème. Parce qu’en réalité, il est réglé progressivement, tous les 10 ans. Au lieu de faire une grande réforme, on avance difficilement, jusqu’à la réforme suivante. Tellement français.

Mais…

C’est combien, la retraite à Malte ? Au Vietnam ? En Estonie ? En Roumanie ?

Ah bon, c’est très peu, encore moins qu’ici…

C’est bien ce qu’il me semblait.

Vous pourriez me rétorquer que vous préférez investir dans vos propres solutions retraite et de protection sociale, via des contrats privés, oude l’immobilier.

Je vous dirais alors : pas de problème…

Mais dans ce cas, combien devez-vous investir ? Comment êtes-vous couvert ? Cette solution est-elle pérenne ? Ne pourriez vous pas acheter des appartements en France?

Est-ce donc si avantageux, au final ?

Et si la bourse se pète la gueule quand vous avez 59 ans…et que vous n’avez plus le temps de vous refaire la cerise ?

Pour info, en 2019, le CAC 40 a finalement retrouvé le niveau de points d’avant la crise de 2008…Cela a pris 11 ans…

Et si demain vous vous faites choper, que vous devez payer des amendes, les sommes dues, et les pénalités de retard…

…Aurez-vous encore assez d’argent pour financer votre contrat retraite ou santé ?

Raison n°6 : si on creuse, il existe de nombreux moyens légaux de baisser ses impôts en France

Nous sommes dans le pays des impôts… et des exceptions à l’impôt.

Il existe des quantités de solutions qui font qu’en France, l’imposition globale est à peu près la même que dans les autres pays comparables.

Contrat prévoyance Madelin. Avantage fiscal.

Contrat de mutuelle Madelin. Avantage fiscal.

Tickets Cesu, vacances, culture, qui permettent de faire financer par l’entreprise une belle partie des dépenses perso (faites le calcul, ça peut chiffrer très fort).

Investissements immobiliers défiscalisés en tout genre. Avantage fiscal.

Investissement dans les PME. Avantage fiscal.

Solution d’épargne entreprise, et de contrat retraite complémentaires. Avantage fiscal. Abondement de l’entreprise.

Possibilité de créer une holding et une société d’investissement immobilier pour financer des achats d’appartements

Et j’en oublie…

On peut déplorer que cela génère une jungle administrative, mais finalement, il existe un incroyable panel de solutions pour faire baisser les impôts de sa société et ses impôts personnels…

Il faut juste se renseigner.

On paye lourd, certes, mais…

Raison n°7 : on en a quand même pour son argent

Même si on toutes les raisons de se plaindre de l’hôpital public, de la sécu, de l’éducation nationale, (en tant que parent d’handicapé, je connais), des retraites, de la protection chômage, du minimum vieillesse, des aides au logement, des allocations familiales, de la CMU, des bourses étudiantes, des ALD prises à 100%, et du reste…

Faut quand même pas déconner.

Comparez avec ce qui se pratique ailleurs, on a un Etat qui protège beaucoup, on a des infrastructures. Un cadre de vie. De nombreux étrangers rêvent d’avoir autant d’aides que nous.

A 25 ans, en étant célibataire, on n’y pense peut-être pas.

Je comprends.

En avançant en âge, avec des enfants, l’équation n’est pas la même. Combien coute une bonne école dans votre paradis fiscal ? Combien coutent des études supérieures de qualité? Combien coute la santé étudiante ?

Là encore, un calcul global permet d’équilibrer les points de vue.

Raison n°8 : comment se gèrent les litiges dans un paradis fiscal

Imaginez. Vous êtes ravi. Clandestinité fiscale totale. Vous êtes sous les radars, personne ne sait que vous existez. Vous gardez tout.

Mais, un jour, vous avez un litige professionnel quelconque.

C’est quoi, l’indépendance de la justice au Vietnam ? Comment s’assure-t-on que la justice roumaine ne va pas se déchainer contre vous ? Qu’il n’y a pas eu un pot de vin ? Et si demain une loi américaine impose à l’Arabie Saoudite de déclarer les comptes bancaires suspects ?

Raison n°9 : vous êtes exposé au risque de change

Les monnaies, ça fluctue. On ne se rend plus compte de ça, avec l’Euro.

Et plus votre argent est stocké dans un pays risqué, plus le risque de fluctuation est grand.

Le bath Thaïlandais, ce n’est pas le dollar. Ce sont des monnaies qui ont connu des fluctuations énormes.

Si demain les cours montent ou baissent, vous pouvez gagner gros… Ou perdre un maximum. Et alors, comment payer le loyer de votre villa de rêve à l’ile Maurice?

Raison n°10 : le fisc surveille les réseaux sociaux

Vous avez 100 000 abonnés YouTube ? De nombreux fans sur Instagram ?

Génial ! C’est bon pour vos ventes.

Ah oui, mais maintenant que  que le fisc surveille les réseaux sociaux pour débusquer les fraudeurs…

..A votre avis, sur vos 100 000 fans, combien travaillent au ministère des Finances ? Zéro, un, deux…Trois ?

C’est tellement facile de se faire repérer. Je pense que dès que le fisc aura fait tomber un ou deux gars qui friment en Ferrari sur Instagram, ils enchaîneront les autres. Comme des dominos.

Raison n°11: cela donne de mauvaises habitudes business

Les blogueurs qui font du 5 drapeaux, ou qui se planquent du fisc, nagent littéralement dans le blé.

Parce que ce n’est pas le petit blogueur / Youtubeur qui met cela en place.

C’est déjà celui qui fait de belles ventes. Il ferme alors sa boite en France, pour recréer la même à Malte, à Hong Kong, à Dubai, ou en Estonie (ce qui est déjà fiscalement parlant très limite…)

Bref. L’argent coule à flots. Et cet argent pose problème. Car il est fiscalement sale. On ne peut donc pas l’investir…

…Car on ne peut pas justifier de sa provenance.

Conséquence directe : vous allez claquer bêtement (d’où les montres en or et les Ferrari sur Instagram).

Problème : ce n’est pas de la bonne gestion d’entreprise. Ces dépenses somptuaires pèsent… A tel point qu’en cas de normalisation fiscale, vous pourriez être non rentable.

Raison n°12 : il faut mettre en place du blanchiment

Que fait un narco colombien qui ne sait pas quoi faire de ses mallettes de billets ?

Il achète de l’immobilier via des prête-noms. C’est Escobar qui a financé l’explosion urbaine de Miami dans les années 70/80.

Que fait un blogueur fraudeur qui ne peut rien faire de son argent ? Il fait pareil. Il achète de l’immo dans des pays douteux, avec des stratégies suspectes.

Et c’est encore pire…écoutez :

Puisque tout ceci est limite, les avocats qui vous font les montages vous prennent des frais et des commissions délirantes. Mais vous allez vous plaindre à qui ?

Là encore, jusqu’au contrôle fiscal final. Ce qui arrivera forcément un jour, puisque ce métier empêche l’anonymat.

Raison n° 13 : retour impossible

Ouf. Nous sommes en 2040. Vous avez réussi à passer sous les radars tout ce temps. A vous la belle retraite. Vous aimeriez bien revenir en France sauf que…

Vous ne pouvez pas.

Les impôts vous attendent à Roissy avec le fusil à pompe fiscal.

Et vous ne pouvez pas rapatrier autant d’argent. Il faudrait en justifier la provenance auprès du banquier. Impossible. C’est de l’argent fraudé. Les banques ont l’obligation de déclarer à Tracfin les flux suspects.

Vous revenez en France avec 1 500 000 euros depuis les Iles Vierges Britanniques? Vous allez très vite recevoir la visite des enquêteurs.

Vous qui cherchiez la liberté absolue dans le business en ligne, vous avez créé votre propre bannissement.

Ironique, non ?

Raison n°14 : je suis à l’étranger, je ne risque rien

Vous êtes serein. Vous pensez qu’en étant au fin fond de l’Asie, le fisc Français ne pourra pas retrouver votre trace.

Peut-être.

Mais c’est ce que se disaient tous les contribuables qui avaient planqué de l’argent en Suisse. Secret bancaire absolu. Pas de problème. Pas vu, pas pris.

Jusqu’au jour où les Etats concernés ont dit stop, et ont mis un gros coup de pression à la Suisse. Qui a mis fin au secret bancaire. 40 000 dossiers transmis au fisc Français.

Boom.

Si la Suisse a lâché l’affaire, pensez-vous que Malte, le Vietnam, ou l’ile Maurice résisteront ? Et ne vous leurrez pas. Toute votre activité est stockée dans les serveurs de Paypal et de Stripe. Constater la fraude ne prend pas 30 minutes.

Autre problème: votre business vend à 90% à des Français résidents en France, il est en langue française… Donc le fisc peut considérer que le vrai lieu d’exercice de votre entreprise est la France, même si vous habitez le Vietnam, la Thaïlande, la Roumanie, ou Malte.

Et alors, vous risquez de vous faire redresser sur la totalité, avec rétroactivité. Sommes dues, pénalités de retard, amendes, prison avec sursis ou ferme, interdiction de créer une entreprise… Cela peut tourner au cauchemar, puisque la volonté de dissimulation était parfaitement délibérée.

Raison 15 : la revente est compromise

Imaginez. Vous bloguez depuis 20 ans. Vous avez une liste énorme. Un catalogue produit. Vous faites de sacrées ventes.

Et vous voulez vous retirer en beauté. Revendre votre blog à un groupe média ou internet (Ramsay Taplin a revendu Blog Tyrant au propriétaire d’Optin Monster, par exemple).

Vous pourriez encaisser un chèque du genre Loto. Des millions.

Dommage. Vous ne pourrez pas.

Quand votre acheteur verra que vos flux financiers reposent sur de la fraude à la TVA, des montages limites qui visent à tromper les impôts… il estimera que votre blog ne vaut… rien.

Raison 16 : vous ne pourrez plus faire des choses pourtant faciles

A partir du moment où vous êtes dans un système où vous vous cachez du fisc, tout est compliqué.

Imaginez. Vous résidez à l’étranger. Vous planquez tout. Vous avez envie d’organiser un séminaire à Paris. C’est bien les séminaires, ça rapporte.

Vous ne pourrez pas le faire. Car cela signifierait encaisser une somme en France, sur une activité en France, alors que vous êtes physiquement en France.

Vous prenez le risque d’avoir une trace comptable, identifiable par le fisc. De mettre la puce à l’oreille.

Libre, vous avez dit libre ?

Pourtant, on peut vivre à l’étranger

Soyons clairs.

Vous avez le droit de vivre à Malte, ou en Estonie.

C’est l’Union européenne. Pas de visa. Vous avez le droit d’y résider, et d’y créer une entreprise. Les impôts y sont moins lourds qu’en France. C’est vrai.

A vous de voir si vous y serez bien. Malte, c’est morne. Cela a une réputation limite. L’Estonie, c’est froid, les hivers sont longs et sombres. Il faut bien parler anglais, sinon, vous serez vite bouffé de solitude.

Dans tous les cas, vous devrez tout de même payer la TVA. L’impôt sur les bénéfices, et sur les revenus. La différence ne sera pas si énorme, si vous restez dans la légalité.

Vous pouvez aussi vivre en dehors de l’UE, si le pays est ok pour vous accueillir. (Et attention : les visas payants Thaïlandais vous interdisent formellement d’y travailler).

Je ne juge pas les gens qui veulent vivre à l’étranger, découvrir d’autres cultures. J’ai commencé ma carrière dans l’automobile en travaillant 6 mois à Tunis, et j’ai adoré.

Je ne dis pas que je ne partirai jamais à l’étranger. Il ne faut jamais dire jamais. Mais si je devais le faire, mon activité serait alors conforme aux règles fiscales.

Ce que vous ne devez pas faire, c’est frauder.

En matière fiscale, il y a ce qui est légal, et ce qui ne l’est pas. Et trop d’entrepreneurs franchissent une ligne rouge…et ne peuvent plus revenir en arrière.

Regardez.

En France, les professions libérales vivent bien.

Avocat à succès, médecin, entrepreneur, architecte, blogueur… Nous sommes dans un pays où il y a environ 2 millions de millionnaires. C’est plus qu’au Royaume-Uni.

Les entrepreneurs réussissent en France, c’est un fait.

Ne cédez pas à une vision court terme, cupide. Ne prenez pas des décisions irréversibles qui vous engagent sur le reste de votre vie. Une fois que l’on met le doigt dans cet engrenage, il n’y a pas de retour. L’argent est marqué « sale », et votre vie change pour toujours.

Un jour, vous serez vieux. Un jour, vous aurez un pépin de santé. Un jour, vous aurez des enfants.

Un jour, vous recevrez des courriers des impôts.

Et là, vous basculerez dans la peur de tout perdre.

Oui, l’administratif Français est lourd. Mais pour avoir bossé à l’étranger, c’est le cas de nombreux pays. Et au moins, notre administration fonctionne assez bien.

J’ai vu ce qu’Antoine Blanchemaison (que j’apprécie par ailleurs, et qui a le mérite de ne pas avoir succombé aux sirènes de l’evasion fiscale) a publié récemment sur le fait de partir de la France.

Pour lui, c’est une simple équation économique.

Un calcul coût / opportunité. La France, c’est cher d’y vivre, mais c’est bien. Malte, ce n’est pas cher, mais c’est pas terrible. Sortez votre calculette, et allez au plus intéressant.

Je ne suis pas tout à fait d’accord avec lui. Voici pourquoi.

YouTube

En chargeant cette vidéo, vous acceptez la politique de confidentialité de YouTube.
En savoir plus

Charger la vidéo

Il parle des créateurs de contenus qui veulent déménager leur activité… mais Antoine semble oublier que parmi eux se trouvent un nombre hallucinant de fraudeurs en puissance.

Car…

Ces entrepreneurs exilés ne se contentent pas juste de partir et d’exercer légalement dans un autre pays, moins imposé….

Là, il n’y aurait rien à dire.

Non… Beaucoup partent, et mettent en place des processus d’évasions et de dissimulation très limites, voire 100% illégaux.

Compte bancaire pro en Arabie Saoudite, en Andorre… On dans une banque peu sourcilleuse…Résidence fiscale Serbe, aux Iles Anglo-Normandes…Compte perso en Géorgie, ou à Dubaï (pourquoi on voit tant de vidéos de blogueurs à Dubaï, ces derniers temps, à votre avis)…Boite au Delaware, à Hong Kong, aux Iles Vierges Britanniques. Résidence réelle au Vietnam, à Maurice, en Estonie… Et j’en passe.

Il faut l’admettre: tout est là pour brouiller, dissimuler, cacher.

Et c’est très risqué. On voit vraiment des montages « acrobatiques », avec sociétés écrans, sub-merchants pour « effacer la TVA de la compta » et tout le toutim.

Tout ceci ne tient pas longtemps devant un tribunal.

La morale et l’éthique rentrent en jeu

Ce n’est pas qu’une question d’argent.

Nous sommes allé à l’école, au collège, au lycée (cout d’une année scolaire pour l’Etat : 8400 euros). Nous nous sommes fait soigner. Nos parents ont peut-être été un temps au chômage, ou étaient fonctionnaires.

Votre capital social, votre intelligence, qui vous permet d’être entrepreneur, doit beaucoup aux dépenses de l’Etat.

Même si les entrepreneurs adorent le mythe du « self made man », cela ne tient pas. La collectivité a largement participé à leur succès.

La fraude fiscale, c’est un vol que vous et moi subissons, effectué par une personne déjà financièrement à l’aise, et qui retire aux autres le droit de se soigner, de s’éduquer, de profiter d’infrastructures, comme lui a pu le faire.

Autre problème: le manque de discrétion: Car si vous suivez un peu ces personnes, elles parlent régulièrement et avec fierté de leur « impôt zéro ». Tout est déjà en ligne, dans les emails, dans les vidéos, les articles, les formations, dans les interviews. Ce ne doit pas être très dur de tirer le fil et de remonter la piste de l’argent, prudence.

L’opinion publique ne supporte plus l’optimisation fiscale des GAFA. Les Etats bougent. Ils ont besoin d’argent, ils ne vont pas lâcher.

Je suis convaincu que de nombreux blogueurs qui ont trop joué avec le feu auront de très sérieux problèmes.

C’est le sens des nouvelles réglementations. Les plate-formes de paiement devront un jour déclarer les flux. Un an, deux ans, 5 ans, je ne sais pas, mais cela viendra. Il faudra assumer les décisions prises, et peut-être que beaucoup aimeraient alors revenir en arrière, et faire différemment.

Alors si vous voyez des articles, ou des formations webmarketing pour échapper aux impôts, faites juste une chose.

Prenez un rendez-vous avec un avocat fiscaliste. Demandez-lui de valider ces stratégies. Ne faites pas cette économie. C’est un rendez-vous à 400 euros, mais qui vous évitera des erreurs bien plus chères.

Réfléchissez aussi à cette vie.

Plutôt solitaire. Dans les hôtels. A vivre dans la clandestinité fiscale. Dans le déménagement permanent. Avec la peur de se faire choper. A être juste tranquille le temps que la combine tienne, avant de devoir en trouver une autre…

C’est moins sexy que ce qu’ils veulent vous faire croire.

Photo of author

L'auteur:

En ce moment, André doit être encore en train d'écrire un article de 3000 mots. Tout cela pour un objectif: vous apprendre à bloguer si bien que vous pourrez en vivre.

79 réflexions au sujet de “Théorie des 5 drapeaux: danger. Diminuer les impôts de son entreprise en ligne : lettre ouverte aux entrepreneurs en ligne qui trichent ou qui envisagent de le faire”

    • Content que tu partages mon point de vue Hélène. je pense que les commentaires vont être tranchés. Certains seront en opposition, mais le débat est bienvenu.

      Répondre
  1. Bravo André pour cet article courageux sur un sujet « chaud » ! C’est vrai qu’il est troublant de voir de jeunes entrepreneurs ne parler de d’expatriation fiscale. C’est une question de vision globale, dans quel monde voulons-nous vivre ?

    Répondre
    • Je pense que le problème vient en partie de leur jeunesse. A 20 ans, on ne se projette pas à 35 ou 40… Et on commet des erreurs avec une vue très court terme, en prenant de très gros risques.

      Répondre
  2. Comme je suis contente de lire enfin quelque chose de sensé à ce sujet. Le beurre, l’argent, le camion du laitier, et tout ça en smoking de créateur… Quand j’étais gamine, il y avait une formule pour ça : faut pas pousser Mémé dans les orties ! Pas parce que Mémé risque de se faire mal, mais parce que Mémé, elle connaît la vie, elle va te renvoyer un de ces retours de bâton de derrière ses vieux fagots que tu vas en rester tout étourdi durant un sacré moment !

    Répondre
    • Ah oui, c’est exactement cela. Mais encore une fois, l’horloge tourne. Le jour où Paypal se meet à communiquer avec le fisc, les petites combines s’effondrent, et nos amis se retrouvent très mal. Des fraudes avec de tels montants, c’est de la prison ferme.

      Répondre
    • Oui, c’est la fuite en avant permanente, tout ca pour gratter quelques milliers d’euros par an, alors qu’ils vivraient très bien en faisant les choses légalement.

      Répondre
  3. ( j’en ai déja trop dit) Ce qui m’est insupportable c’est que Berçy donne l’impression de de s’occuper activement de l’évasion fiscale mais que le travail reste énorme tellement les chiffres sont hors de toute raison …et qu’on tape toujours plus sur les petits que sur les gros…voila, merci pour ton brillant article ( comme toujours) bonne semaine à toi et à tes fans

    Répondre
  4. Super article comme toujours.

    Je projette la vente d’ebook, donc un produit culturel à 5.5% de TVA.

    Quel statut conseilles-tu pour débuter ? La microentreprise me semble bien adapté étant donné qu’il y aura très peu de charges.

    Merci !

    Répondre
    • Oui, commence avec une autoentreprise. Au démarrage, il y a pas mal d’allègements fiscaux, en plus. mais ne fait pas une fixette sur les impôts. Focalise toi sur tes ventes. Et quand tu vendras beaucoup, et que tu passeras les seuil auto entreprise, va voir un expert comptable et un fiscaliste. Il te guideront précisément pour faire les choses dans les clous.

      Répondre
    • Mais, oui, sérieux, tous ces gars qui fraudent, et qui s’en vantent en plus, mais c’est quoi ce délire.

      Répondre
      • Oui je suis d’accord.
        La dernière situation et notamment la crise du Coronavirus risque de changer la donne.
        Pus rien ne part de Chine depuis quelques jours ou tres difficilement.

        Si la crise devait continuer, toutes les boutiques de Dropshipping vont souffrir et la plupart vont fermer.
        Donc pour ceux qui ont tout claqué comme tu l’expliques; ce sera retour chez Papa/Maman en France et pas en Ferrari.

        Cela dit, je vais nuancer un peu tes propos.
        C’est bien de s’attaquer aux entrepreneurs en ligne mais ils ne représentent peu par rapport à l’évasion fiscale totale.
        Depuis plus de 20 ans maintenant, beaucoup de grandes entreprises font des montages dans lesquels elles ont leur siege au Luxembourg et une antenne en Irlande et ce montage leur fait fortement baisser leurs impots .
        Et tout cet argent est soustrait de l’effort national avec la bénédiction de l’Union Européenne !

        et pendant ce temps, la caste politique a la tete du pays depuis 40 ans nous fait miroiter des jours meilleurs et un changement d’Europe qui n’arrivera jamais;

        En conclusion, je suis assez d’accord avec toi et il n’est pas si difficile de trouver des solutions pour faire baisser l’imposition en France.
        Il y a plus de 400 niches fiscales donc y’a de quoi faire.

      • La différence c’est le niveau de fraude. Quand les GAFA jonglent avec le Luxembourg et les filiales, ils optimisent. C’est moralement condamnable, mais légal. Aux Etats d’agir. Nos amis blogueurs, eux, savent pertinemment qu’ils dépassent la ligne rouge. Mais ils s’en foutent.

      • Je ne parlais pas des GAFA mais d’entreprises bien francaises !
        Mais tu as raison, c’est légal.
        La France se fait piller depuis plus de 30 ans dans l’indifférence et la complicité des politiques.

        Mais pour l’instant tout va bien !
        et personnelement j’ai décidé de rester malgré tout.

      • ce qui me rend optimiste, c’est que l’Etat cherche de l’argent, donc il sera de plus en plus dur avec ce genre de comportements.

  5. Merci beaucoup pour cet article honnête André.

    Personnellement, je pense que c’est par ignorance du système fiscal que beaucoup de personnes s’engagent dans cette voie. Il y’a ce mythe très persistant et non-fondé selon lequel « les entrepreneurs payent 70% d’impôts ». Je ne sais pas d’où ce mythe vient, mais il cause beaucoup de dégats.

    En tant que Résident étranger vivant en France, je trouve que le système fiscal français avantage beaucoup les entrepreneurs et qu’il y’a beaucoup de réductions fiscales ici. Je pense que c’est par manque d’éducation financière que certains vivent dans la clandestinité.
    Je suis par ailleurs en train de développer une formation là dessus pour mes abonnés.

    Tu as soulevé un très bon point dans la raison N°5 où tu précise que l’argent est différé pour couvrir la retraite. Je pense que beaucoup de gens l’ignore en fait !

    Par contre, je ne suis d’avis de laisser l’Etat s’occuper de ma retraite. Je recommande de s’éduquer financièrement et prendre la gestion de sa retraite en main.

    Merci encore pour les efforts que tu fais pour nous fournir des articles fouillés et documentés.

    Cordialement

    Répondre
    • Merci pour cette contribution. Effectivement pour la retraite, il vaut mieux être prévoyant et s’en occuper aussi de son coté, en épargnant, en investissant. Il y a de nombreuses possibilités en France, le nouveau PER, les assurances vie multisupport, l’investissement immo, les PEA etc, c’est large.

      Répondre
  6. Bonjour, André, je suis d’accord sur le fond, mais je me permet de nuancer ton point de vue.

    Il y a effectivement des fraudes fiscales indeniables vers des paradis fiscaux. Maintenant, comme tu le dis toi même, on peut légalement s’installer à l’étranger, même hors eu. De même, que l’on peut tout à fait ouvrir un compte en Suisse de manière légale. Tu abordes l’aspect fiscal, des impôts moins élèvés qu’en France. Et tu dis qu’il faut se projeter avec des enfants. Dans un pays comme la France, qui dégringole dans le classement de la sécurité chaque année, avec des impôts beaucoup plus élevés donc moins d’argent mais surtout pour tes enfants. De même que si on fait ce métier, on cherche souvent à investir, créer sa propre retraite. C’est préférable. Mes parents ont travaillé toute leur vie et vont toucher une pension minable. Et oui, le chômage, c’est une chose, mais combien de personnes sont nourries par l’État et inactives sur notre sol ? Pendant, ce temps, on crache sur des jeunes qui montent leur auto entreprise, parce qu’ils touchent 3 mois de chômage. J’en sais quelque chose, j’en suis passé par là. Pour finir, à titre personnel, je dirais que si j’avais à quitter la France, ce serait lié au climat délétère, morose. Et je le ferais évidemment en toute légalite. Pour finir, je dirais Jouons dans les règles, mais choisissons celles qui nous sont favorables. Et restons ouvert aux possibilités que nous offre le monde.

    Répondre
    • Mais je suis d’accord avec toi. Je en dis pas qu’il ne faut pas partir. C’est un choix respectable. Mais si on part, il ne faut pas le faire en fraudant. Et pour les niveaux de petites retraites, je te rejoins aussi, mais c’est combien la retraite à Malte, en Estonie, ou au Vietnam? A mon avis, très faible.

      Répondre
  7. Je vis en Chine depuis 2008. Fiscalement, ce pas le pays le plus légal du monde (euphémisme ; il y a quelques années en Chine, on apprenait littéralement comment blanchir son argent). Mais c’est fini, ça fait crier beaucoup de vieux l’instauration systématique et le suivi des taxes. Mais voyons, un pays qui veut continuer à se développer a besoin d’argent, qu’on soit en Europe ou en Asie ou ailleurs. Alors quand je paierai l’équivalent de 1000€ de taxes par mois, je serai content, car mon activité sera bien portante.

    D’un autre côté, étant Français et adorant publier du contenu dans ma langue, il m’est difficile de monter une boîte en Chine basée sur la promotion de contenu en français, ça ne marche tout simplement pas. J’ai testé récemment une vidéo de 7 minutes sur les réseaux chinois en fr-st chinois. Résultats unanimes : trop long et on voudrait du chinois. Ok, vous l’aurez, no pb.

    Avec un marché pareil (1 milliard et demi de gens) je dois pivoter car ça m’ennuie beaucoup d’être considéré comme un évadé fiscal alors que j’en suis pas un (des accords bilatéraux entre la Fr et la Ch disent qu’on doit payer même la double imposition dans certaines conditions – gros revenus dans chacun des pays) mais ce n’est pas mon cas.

    Donc plutôt que monter une boîte en Fr alors que je n’y réside pas et m’exposer à des risques dont j’ai pas besoin, je suis en train de remanier mes objectifs pour que ça colle avec le marché chinois qui est quand même bien différent de ce qu’on voit en France.

    En tout cas, qu’on soit en France ou en Chine, tes idées fonctionnent partout André, pour peu qu’on ait un peu de bon sens.

    Voilà un long message mais il me semblait intéressant d’en parler car dans mon cas, la fiscalité c’était une barrière dans mes choix stratégiques.

    Répondre
    • Je comprends parfaitement ta situation et ton choix. Le problème que je veux soulever n’est pas de vivre en France ou ailleurs. Ce sont des choix personnels que je respecte. le problème est celui de la légalité des montages financiers qui de nombreux entrepreneurs en ligne mettent en avant, et qui sont tout simplement de la fraude.

      Répondre
  8. Pendant quelques années, je me suis rendu au Salon des Expats sur les bords de Seine à Paris, chaque printemps. Nous étions plein de… rêveurs en quête d’eldorado ! Dingue comme chaque pays tentait de rameuter des « talents » ! Nouvelle Zélande, Quebec, Maurice, etc. Désir de faire venir des entrepreneurs éduqués, avec un savoir-faire. Des gens pour investir dans l’économie locale mais souvent avec un ticket d’entrée élevé (avoir au moins 150K $CAD ou équivalent pour la NZ).

    Nombre d’entre eux sont quand même honnêtes et disent « avant de venir vous installer faites déjà un voyage touristique ». C’est un peu bull shit quand même…

    Tiens, voila « Génération Expat », le « documentaire » qui m’a longtemps fait rêver avec ses 12 exemples de Singapour à Rio !! Où est la frontière entre rêve et galère ??

    https://www.youtube.com/watch?v=FQH-8iSzfak&feature=youtu.be

    Répondre
    • Merci Pierre Olivier, je vais regarder cela avec attention. Oui, vivre à Maurice pourquoi pas…mais la question est toujours la même: le montage qui sera mis en place sera t il légal? Si oui, je n’ai rien à y redire.

      Répondre
  9. Article complet et instructif ! Merci André.
    Pour avoir vécu 5 ans à l’étranger, je confirme qu’en France on est bien loti en regard d’autres pays.
    C’est bien vu de citer l’intelligence collective en fin d’article.

    Répondre
  10. Bonjour André, merci pour cet article très instructif. Une question simple que beaucoup de vos lecteurs se posent j’imagine:pour 100 euros que vous gagnez, quelle somme vous reste-t-il (environ) une fois toutes les taxes payées? Merci.

    Répondre
    • j’en sais rien. la TVA dépend des montants de mes dépenses entreprise. Je me vire le même salaire chaque semaine. et ce que je verse en charge comment le valoriser.

      Répondre
  11. Bonjour André,
    Voilà un excellent article très riche, qui va droit au but et met à plat toute la problématique de l’expatriation.

    Merci pour ce partage de qualité.

    Salutations,

    Wilfrid

    Répondre
    • Et tu sais, pour connaitre un peu les coulisses, je peux te dire qu’en réalité ils ne sont pas sereins. Ils vivent avec la peur constante du redressement, de l’amende, et de la condamnation. Mais ca, il ne le disent pas. Tout comme ce qu’ils payent en frais d’avocats, en commission pour leurs montages, en frais stripe (et oui, dans certains pays, les commissions stripe sont hallucinantes!) etc, etc, etc. Tout pris en compte, leur calcul est perdant sur le long terme.

      Répondre
  12. Vous collectez la TVA dans les règles de l’art depuis très peu de temps…

    Alors je ne pense pas que vous soyez un modèle de morale pour les autres.

    Répondre
    • N’importe quoi. J’ai commencé en autoentrepreneur et j’ai reversé sa part à l’état chaque mois. Ensuite, mon entreprise a évolué sous forme d’eurl, avec des statuts crées par un cabinet d’expert comptables lyonnais. Chaque mois, je paye mes charges, ma TVA, ma cotisations, avec la encore l’intervention d’un cabinet d ‘expert comptable qui a pignon sur rue. Je reverse la TVA collectée dans les autres pays via le mini guichet européen également, en pleine conformité. Au lieu de m’accuser faussement avec un pseudo, commencez pas décliner votre identité. Ne me comparez pas avec ces gens qui trompent,ne déclarent pas, utilisent des sociétés écrans, pour arriver à une fiscalité zéro.
      Sans blague.

      Répondre
  13. Je trouve pas terrible la teneur de vos propos, André.
    Condamner la fraude, c’est une chose. Se délecter des « dérives » des autres, bof.

    Répondre
    • je ne me délecte pas, je condamne, en effet, avec ironie parfois, je l’admets. Ceux qui se feront choper, où qui se retrouvent dans des situations périeuses par cupidité n’auront que ce qu’ils méritent. Je ne vais pas les plaindre. Ils savent parfaitement qu’ils ne sont pas dans la légalité. Quand un gars immatricule sa boite aux îles vierges britanniques, et réside en Asie, et à ouvert son compte bancaire en Géorgie, il sait qu’il joue avec le feu. Et s’il s’en vante sur instagram, il est simplement idiot.

      Répondre
      • On peut se délecter de l’erreur de quelqu’un qui fraude consciemment. Savoir c’est être responsable. Ils connaissent les risques et la teneur de leurs actes. Perso je vais pas me priver de rejoindre André et son pop-corn quand la rafle va commencer.

      • Ah oui, je n’avais pas capté que c’est surement la phrase « j’achète mon pop corn » qui est à l’origine du com. Oui, après nous avoir fait le film sur leurs cigares, leurs cabriolets, leurs costumes de maquereaux, leurs voyages, leurs hôtels, on assistera à la chute. Comme dans un film de Scorsese. La montée en puissance, le sentiment d’impunité, le gadin final. Cf Les Affranchis, Le Loup de Wall street, ou Casino. Définitivement, c’est un film qui va se jouer. Pop corn pour tout le monde.

  14. Bonjour André,
    Votre article Traficmania d’aujourd’hui m’a amusée et intéressée.
    Amusée parce que j’ai parcouru quelques youtube de super réussites dans des paradis fiscaux et comme vous le dites bien, dela fuite du plus au plus, Ferrari bien sûr ou alors jaguar, avion personnel pourquoi pas .. Pour finir au zéro et même au moins (ruine, prison……)
    C’est sûrement mieux de suivre vos conseils … avec un peu de plomb dans la cervelle. Et la fuite tout seul ce serait à la rigueur possible, en acceptant tous les risques cités mais avec une famille, des enfants… (Fuite vers l’aéroport par exemple avec madame enceinte de 6 mois et deux petits de 5 et 2 ans…sans rien emporter à part les valises de 20kg)

    Mon site Billet de Theo ne me rapporte pas un sou mais je m’en moque.J’ai eu du plaisir à le créer et à y travailler régulièrement. Il est lu dans pas mal d’endroits du monde par des gens qui recherchent des articles de fond dans la théologie chrétienne et ses applications.

    Bonne journée
    Theo

    Répondre
  15. Bonjour,
    Excellent articles et félicitations pour ce travail qui m’éclaire un peu plus. Moi, j’ai créé un blog (grand débutant) il y a quelques mois suite à un accident de la route pour éventuellement avoir un petit revenu complémentaire en ligne. Mais par la suite, ça n’a pas été facile de continuer à améliorer ce blog du fait de mon état de santé. De plus, avec mon statut d’emploi (petit fonctionnaire), j’ai compris que je ne pouvais légalement pas avoir une activité rémunérée en plus de mon emploi. Mais, je pense quand même garder ce blog pour me faire une petite expérience dans le domaine.
    Encore bravo pour votre article !

    Répondre
  16. Il y a du faux et du vrai …

    Déjà, le plus important, c’est de comprendre le principe de résidence fiscale (et comme les impôts français sont un peu dingues avec les fraudeurs, donc l’idée de vivre en France et ne pas y payer ses impôts c’est vouloir le beurre et l’argent du beurre, et je suis d’accord, c’est un bon moyen de se faire mal.

    De là à dire que tous les montages fiscaux ne fonctionnent pas … il y a un gouffre. Mais il faut toujours se poser les bonnes questions: pourquoi travailler sur internet?
    Si la priorité n°1 c’est faire de l’argent, il peut être intéressant de s’expatrier

    Mais la plupart du temps, si on veut vivre à long terme en France, il y a tout à fait moyen de faire ça correctement en France, donc, je suis d’accord qu’à long terme si le souhait c’est de vivre en France, ben, il faut faire ses affaires en France, avec une holding, etc… il y a moyen de s’en tirer raisonnablement (mais l’argent n’est jamais à toi, toujours à tes sociétés).

    après, les arguments en faveur de la France sont très limites:
    il y a des pays plus pauvres,
    à l’étranger, il faut frauder pour échapper au fisc français,
    combien coûtent une bonne école à l’étranger
    combien coûte la sécurité sociale à l’étranger

    Bien entendu, il y a des pays qui aimerait bien être à notre niveau, mais il y en à d’autres qui sont mieux,
    il y a tout à fait moyen d’avoir une situation fiscale optimisée et très légale à l’étranger
    combien coûte une bonne école en France (parce que l’école publique…)
    tu feras le calcul à l’occasion de ce que te coûte l’assurance santé et ce que tu obtiens en retour (il faut tout compter, ursaf, complémentaire, csg, crds, etc…)

    enfin bref, ce n’est pas un bon ou un mauvais choix (de quitter la France, pour ses impôts ou autres) mais juste un choix avec ses inconvénients et ses avantages

    Répondre
    • Mais je pense que l’on est d’accord. Le fait de partir ou de rester est un calcul qui doit tout prendre en compte. Et chacun est libre. Ce que je critique, c’est de partir et de de mettre en place de l’évasion fiscale, voire de la fraude. Car même si c’est sans doute attractif à court terme, les problèmes long termes seront redoutables. Comme je le dis, tu peux très bien aller en Estonie, mais cela ne t’empêchera pas d’échapper aux impôts, si tu fais les choses dans les règles. Tu en payeras sans doute moins qu’en France, mais il ne faut pas rêver: si le ticket est moins élevé, c’est parce que les prestations offertes sont aussi moins élevées.

      Répondre
  17. Bonjour André

    Difficile pour moi d’adhérer à ce genre d’article.

    Je trouve qu’il joue sur l’angoisse et la peur et en prime on a le droit à une belle image de menottes. Souhaite-tu faire concurrence au journal de 20 h ?

    Je regrette aussi ce côté un peu moraliste. Pour informer, il n’est pas forcément nécessaire de faire la leçon aux autres ou de les montrer du doigt.

    Ceci dit, il y a heureusement sur traficmania des articles beaucoup plus constructifs et je m’en réjouis.

    Répondre
    • Montrer du doigt? Mais je ne nomme personne. Ils se mettent eux-même en avant, dans de nombreuses vidéos/ emails dans lesquels ils t’expliquent qu’ils arrivent à une fiscalité zéro. Ensuite, pour le coté « morale », j’assume à 100%. On parle bien de délits. Oui, si le fisc se penche sur leurs cas, avec une telle volonté de dissimuler, ils risquent la prison.
      Ce n’est pas juste des gens qui ont payé un resto sur la boite. Non, ce sont des gens qui financent l’essentiel de leur train de vie, en volant plusieurs millions d’euros à la communauté, chaque année. C’est plutôt cela qui est immoral. Pour le reste, l’article est assez factuel. Mais je suis aussi content que tu apprécies le reste du blog. J’imagine bien que sur un sujet aussi sensible que l’argent et la fiscalité, tout le monde n’est pas d’accord.

      Répondre
  18. Bonjour André,

    Excellent article qui va droit au but ! Même si ça dérange certaines personnes, tout est absolument exact. Ca fait bien longtemps que je constate ces bizarreries dans les mails que je reçois. Ceci dit, ceux qui vivent réellement dans ces pays et qui sont donc des résidents fiscaux de la Thaïlande, de Maurice etc… N’ont pas à payer d’impôts en France puisqu’ils n’y vivent pas. Ils payent normalement leurs impôts dans leur pays de résidence d’où ils travaillent. Mais c’est vrai que s’ils vivent sur le territoire national Français et que leur entreprise est soi-disant ailleurs, c’est pas toujours très clair.

    Répondre
    • Résider en Thaïlande avec le visa adéquat, y créer son entreprise, payer son impôt sur les bénéfices et sur le revenu en Thaïlande, rien à dire.

      Mais là encore, il y a un problème. Souvent les blogueurs qui résident en Thaïlande utilisent le visa élite, qui interdit de travailler. Juste résider. Or, ils y bossent. Première fraude. Mais comme la boite est immatriculée ailleurs, et que le compte pro est encore dans un autre pays, il ne payent pas non plus d’impôt sur le revenu en Thaïlande. La fraude est juste déplacée.

      Autre problème: On parle de business qui font 90% de leur ventes en France, tout en Français. Le fisc Français peut donc considérer que malgré tout, le lieu d’exercice de l’activité est la France, et exiger son du.

      Répondre
  19. Article intéressant, néanmoins pour le commun, ceci reste un problème de riche ! J’aimerais bien en être à me poser ce genre de question.
    Je souris quand je lis les pseudo-défenses de ces pratiques, c’est honteux, mais….on va dire que c’est bien peu fasse aux sociétés.
    Entre les détournements de fonds publics à coup de Crédit d’impôts recherche, domiciliation d’entreprise dans des pseudos paradis fiscaux. Il n’y a malheureusement pas que les GAFAMS et les Youtubers Rolex.
    Si j’en étais à me poser ces questions, je serais déjà bien heureux.
    Notre pays n’est pas « si mal », tourner le dos aux autres ce n’est pas mon leitmotiv.

    Répondre
  20. Salut André !

    Une fois de plus un article très pertinent. Je ne commente jamais mais je ne manque pas de te lire régulièrement.

    J’avais envisagé un moment le dropshipping mais j’ai vite arrêté car la TVA est vraiment un gros soucis avec les chinois (et d’autant plus pour moi qui habitant en Guadeloupe prends le risque de faire facturer à mes clients d’ici des frais supplémentaires avec l’octroi de mer sur les importations).

    A bientôt pour de prochains articles.

    Céline

    Répondre
    • Merci Céline, en effet, tu as raison de considérer d’autres solutions que le dropshipping. C’est un gagne misère.

      Répondre
  21. Très content d’être tombé sur ton article.
    Tout jeune blogueur je suis encore loin de rencontrer ce « problème » des impôts. Mais j’y avais déjà pensé, et il est vrai que j’ai envie de garder un maximum de l’argent que je générerai, en même temps je suis bien content d’avoir le chômage pour pouvoir développer mon projet d’entreprise, les allocations pour mes enfants, les frais de maternité qui nous sont « offert » par la société, ma scolarité « offerte » également,…
    Alors quand je pense à ce que je ferai plus tard pour garder mon argent ou pas, la balance ne penche pas franchement d’un coté, d’ailleurs elle commence à pencher du coté de la fiscalité Française…

    Répondre
    • Si tu décides de partir, en tout cas, fait le dans les règles , sinon, le retour sera très compliqué. C’est la fuite en avant. J’ai fait le choix de rester, et franchement, je suis content de l’avoir fait. Oui, je paye des impots, mais franchement, je vis très bien. Et j’ai une « vraie » vie. Amis, famille, club de sport, activités sociales…

      Répondre
  22. Bravo, bien envoyé. Ce qui m’étonne le plus avec ces youtubeurs, c’est leur naïveté qui n’a d’égal que leur exhibitionnisme.Ce sont des gens qui n’ont pas encore appris que la roue tourne et que rien ne dure, surtout pas les lois fiscales et la monnaie.
    J’ai beaucoup aimé ton article, j’espère qu’il servira aux petits nouveaux qui rêvent de Ferrari et de grosses montres à Maltes, en Thaïlande ou ailleurs. Ce qu’ils ne savent pas c’est que toute ta vie tu crois que tu as trente ans, et un beau matin, tu en as soixante. Tu ne sais pas comment c’est possible , mais c’est arrivé comme ça, d’un coup d’un seul. Et là, t’as intérêt à être prêt.
    Je te souhaite une belle journée et encore félicitations pour ton article.
    Michelle

    Répondre
    • Merci Michelle. le plus triste, c’est qu’ils pourraient tout aussi bien réussir en étant en France. La Ferrari serait simplement une BMW, et la Rolex une Tag Heuer. Mais ils sont pris par leur cupidité. Ma plus grosse décision du mois de février? Me débarrasser de ma voiture. Je préfère simplifier mon existence.

      Répondre
  23. Merci pour cet article, je suis en parfait alignement avec ta philosophie des revenus passifs dù aux impôts et autres charges, les râleurs qui se plaignent constamment de ça sont insupportables.
    Je peux témoigner de la raison n°2 : je fait de la prestation de service sur 5euros.com dans le conseil en gestion budgétaire de particuliers, et malgré que je n’ai fait que 2 ventes, j’ai reçu un mail du site comme quoi les quelques euros gagnés vont être déclarés au fisc et aux organismes de sécurité sociale.

    Répondre
    • Ce qui est normal, et ce qui signifie que tu cotises à la Sécu. Si demain tu fais un crise d’appendicite, cela ne te coutera rien. Je suis d’accord avec toi, être constamment obnubilé par les prélèvements te détourne de l’essentiel, être obnubilé par le développement de ton affaire.

      Répondre
  24. Bonjour,

    Merci pour cet article « jubilatoire », au passage j’ai cru reconnaître quelqu’un (au demeurant très sympathique) jeune vivant en Estonie avec sa belle Ferrari rouge décapotable et qui vend ses formations en Français…

    J’ai toujours pensé qu’il est moins riche que moi qui ne gagne rien avec mon blog pour être obligé de fuir la France pour ne pas payer d’impôts.

    Être suffisamment riche c’est aussi pouvoir vivre sur la terre de ses ancêtres, pouvoir se recueillir sur la tombe de ses parents et transmettre ce lien familiale à ses enfants. Je trouve qu’un exil fiscale doit être bien triste à vivre loin de sa terre natale juste pour ne pas être imposé.

    Maintenant c’est autre chose si on s’installe à l’étranger par amour du pays ou par amour d’une belle étrangère…

    Bien Cordialement
    Jissé

    Répondre
    • Salut Jissé, je partage ton point de vue, beaucoup de ses richesses affichées ne sont aussi solides qu’elles en ont l’air! Et je comprends aussi ton attachement à tes racines.

      Répondre
  25. Bonjour André!
    Article très instructif comme d’habitude.
    Je suis entrain de créer un blog en français qui vise toute la francophonie, mais une bonne partie des visiteurs/clients potentiels sera fort probablement en France.
    Je suis résident légal au Gabon et aimerais savoir si j’ai l’obligation ou pas de payer la TVA sur des ventes effectuées en France.
    PS: mon entreprise est enregistrée au Gabon.
    Cordialement.

    Répondre
  26. Bonsoir André,

    Merci pour cet article très complet et très juste.

    L’argent fait tourner les têtes c’est bien connu.

    C’est tentant de vouloir en garder plus pour soi après tant de labeur… Mais honnêtement s’acquitter de ses impôts (tous les impôts confondus) c’est investir pour soi.

    C’est facile de critiquer l’état derrière son ordi mais même si tout n’est pas parfait il y a de bonnes bases.

    L’humain est ainsi fait il répère d’un coup d’œil les défauts mais pas les qualités… A bon entendeur !

    Personnellement je traverse une période difficile en ce moment et l’État est là.

    Je n’avais pas besoin d’être convaincue par le bien fondé de la fiscalité française mais ton article a attiré mon attention.

    Peut être avais je besoin d’être rassurée (par la fiscalité française). Parce que c’est quand même sacrément lourd au début ! J’imagine qu’on s’y fait avec le temps et l’expérience ?

    Au plaisir de te lire de nouveau.

    Fanny C.

    Répondre
    • Salut Fanny, comme tu le dis, il faut avoir une vision d’ensemble. Ce que tu payes, mais ce dont tu bénéficies (ou dont tuas pu bénéficié). Ce qu’il faut c’est investir un peu sur le côté. M^me en France, on peuse c réer de jolis patrimoine avec patieence.

      Répondre
  27. tu te fais des illusions sur le fisc français… ils taperont sur le plus facile à taper donc sur celui en france…

    Ils n’y comprennent rien au business, tout ce qui les intéresse c’est de trouver une faille pour te la mettre…

    Je ne te souhaite pas un contrôle fiscal, si tu penses que le fisc est ton ami et va la jouer réglo, tu vas vite déchanter

    leur boulot c’est de récupérer du cash en tordant la loi à leur avantage s’il le faut… Tout ce que tu leur fournira ou dira pourra être retourner contre toi.

    Répondre
    • Tu as raison Tom: je ne fais pas d’illusion sur le fisc, et j’ai bien conscience que ce n’est pas mon ami. Mais cela ne m’empêche pas de jouer selon les règles. Pour la suite, la tendance se dessine nettement: collecter la tva sur les presta de paiement, voire à la source (cf mon expert comptable qui suit cela de près)

      Répondre
  28. Fuir les impôts français, c’est carrément un phénomène de mode
    Aux années 2000 il y avait les stars, les Florent Pagny et les Gérard Depardieu, aujourd’hui, il y a les marketeurs…
    Ce manque de solidarité fais grincer des dents et comme tu le dis bien, il y a beaucoup de moyen d’y échapper… voir le podcast « La France est un paradis fiscal, par François de Riche à 30 ans »
    à bon entendeur

    Répondre
  29. Article intéressant, mais avec malheureusement beaucoup de demi-vérités et d’erreurs qui le rende plus dangereux qu’autre chose.

    Quelques exemples : tu mélanges allègrement la fraude à la TVA et l’exil fiscal dans ton argumentation (notamment tes 3 premières raisons), or tu peux très bien faire l’un sans l’autre (ce que tu expliques pourtant à la fin de l’article).

    Du coup, tous les risques que tu cites liés à la peur du gendarme concernent ceux qui font de la fraude, mais pas ceux qui optimisent légalement en se délocalisant.

    Il semble que tu ne connaisses pas la différence entre produit numérique et formation en ligne. Dans le 1er cas c’est un produit digital, dans l’autre une prestation de service. La gestion de la TVA n’est pas la même.

    D’expérience (je suis expatrié depuis plusieurs années et je côtoie pas mal d’entrepreneurs expatriés), la peur du fisc est davantage présente chez ceux qui restent dans leur pays que dans ceux qui sont partis.

    Parce que le code des impôts est tellement complexe en France que même si tu as l’impression d’être ultra réglo, tu sues quand même à grosse gouttes en cas de contrôle. Et que vivre à l’étranger rend le risque de contrôle par le fisc du pays d’où tu viens moins important, car ça te mets dans la catégorie « chiant et long à investiguer pour un résultat attendu aléatoire ». Ce qui apporte de la sérénité.

    C’est une question de choix personnel, mais il y a clairement des pays avec un meilleur ratio impôts/services que la France.

    Bref, ton article est celui d’un amateur « éclairé » qui s’est intéressé vite fait au sujet, mais ne l’a pas vraiment creusé, et qui n’est jamais sorti de son pays pour mettre en pratique la théorique qu’il décrit. Tu es sorti de ton domaine de compétences, et sur un sujet aussi potentiellement dangereux tu devrais marcher sur des oeufs (mais certains de tes collègues font bien pire, c’est vrai).

    A bon entendeur !

    Répondre
    • Le problème que je dénonce, cher Jeremy, c’est que la plupart des blogueurs qui s’expatrient, justement, ne font pas simplement de l’optimisation, mais bel et bien de la fraude en ne déclarant pas la TVA, par exemple. Peu importe le taux sur de la formation en ligne, ou un produit numérique (ce qui dans l’activité blogging est bel et bien la même chose, ledit produit numérique étant une formation): si cette TVA n’est pas payée, on est 100% dans l’illégalité. Pour ma part, je suis en France, et je n’ai absolument pas peur du fisc, car je respecte les règles. Quand au fait de partir à l’étranger, je n’ai rien contre, comme tu le dis. Tant qu’on ne pratique pas la fraude. Tu te positionnes en sachant, mais en réalité, là où je montre la lune, tu regardes le doigt..

      Répondre
      • Merci pour ton proverbe, celui qui me vient personnellement à l’esprit c’est « Au royaume des aveugles, les borgnes sont rois ».

        Ton commentaire confirme le fait que tu es sorti de ton domaine de compétences : il y a bien une différence entre une formation en ligne, avec du suivi et une communauté, même appuyée par des vidéos enregistrées, et un produit numérique entièrement composé de matériel pré-enregistré.

        Dans le 1er cas c’est de la presta, et la TVA est due dans le pays du vendeur. Dans le 2ème c’est un produit numérique, et la TVA est due dans le pays de l’acheteur. La clé ici est le caractère automatique ou pas du produit. Mais ce n’est pas Jean-Michel, le comptable de ton boulanger, qui va connaître cette nuance.

        Il y a des erreurs à quasi chaque paragraphe :
        – Tu ne sais apparamment pas qu’il y a de (très) nombreuses banques qui proposent des comptes en EUR et USD dans de (très) nombreux pays du monde – aucun risque de taux de change avec des monnaies bizarres.
        – Même s’il y a fraude à la TVA, il n’y a pas besoin de blanchir l’argent, vu qu’aux yeux de tous cette TVA non payée n’est pas décelée : une banque ou un notaire n’ont pas les moyens de faire de contrôles fiscaux, c’est le boulot du fisc et pas le leur. Tout ce qu’ils demandent est que tu ais un business légitime d’où viennent les fonds, ce qui est facile à prouver même quand tu fraudes la TVA. Donc aucun problème pour nos fraudeurs supposés à investir leur argent, contrairement à ce que tu dis.

        Bon je vais arrêter ici ma consultation gratuite… Je te réitère mon conseil : reste dans ton domaine de compétences, tu fais ça très bien. La bise.

      • La condescendance du fraudeur, enrobée dans un discours posé. La turbine à ânerie, l’enculage de mouches, et les arguments foireux tourne à plein régime avec toi.

        Mon comptable de boulanger, comment peux tu connaitre son niveau de compétence, tu ne le connais pas. Et toi? Tu es expert comptable? Bien sur que non.

        Tu légitimes la fraude, avec ton c’est pas grave car « pas vu pas pris ». Et tu me fais la leçon?

        Je le redis: une formation en ligne peut être composée uniquement des fichiers téléchargeables. Donc au lieu de jouer avec les mots, va jouer avec tes comptes offshore, on en reparlera quand tu seras sur la paille car tu seras infoutu de payer les sommes fraudées et les amendes.

        C’est sur. Habiter dans un pays avec un visa qui n’autorise pas le travail mais y travailler, c’est légal!
        Frauder plusieurs centaines de milliers d’euros de TVA par an, on s’en fout tant que personne ne le sait!
        Immatriculer la boite dans un lieu réputé bien opaque, c’est pour jouer la transparence!
        Mettre son compte bancaire dans un autre pays bien tricard, c’est pour le coté pratique!
        Et les signalements trafin, ça n’existe pas! Car oui, les banques sont tenues à la déclaration de soupçon. Et ensuite le fisc redresse.
        Et c’est tellement légal que ces mecs investissent leur immobilier dans les pays les plus douteux. C’est surement parce que parce qu’ils sont très sereins, hein?

        Parce que oui, tout ceci est légal et sans risque, comme tu le dis. Et ceux qui appellent à la prudence n’y connaissent rien. Gnarf.

        Maintenant, retour au réel: pour avoir discuté avec plusieurs blogueurs / youtoubeurs adeptes de ces montages, TOUS admettent en off qu’ils ne sont pas dans la légalité. Ils parient juste sur le fait de ne pas se faire choper.

        Pari risqué.

        Donc jouons la transparence. Au lieu de te planquer derrière un prénom et un faux email dis nous tout:
        Ton nom.
        Ton lieu de résidence, le type de visa.
        Le lieu d’immatriculation et le nom de ta / tes société(s).
        Ton CA, ton résultat.
        Ce que tu payes en IS et en IR, et où tu le payes.
        Le montant de ventes en France et le montant de TVA que tu y déclares.
        Le pays de domiciliation de ton compte professionnel et de ton compte personnel, le nom de ces banques.
        Comment et où tu investis ton argent.
        Je montrerai cela à mon avocat fiscaliste, il me dira le degré de légalité de la chose.

        Pas besoin de ta consultation gratuite, je préfère payer un avocat fiscaliste qu’échanger avec un péquin qui traîne sur internet.

        Et ton petit « la bise » condescendant, tu peux te le garder. Je suis pas ton pote. Continues à me prendre la tête et tes commentaires passent à la trappe. C’est pas un délinquant qui va venir me faire la morale, chez moi.

  30. Mais du coup je ne comprends pas, s’il est aussi évident que ces gens sont dans l’illégalité, pourquoi ne sont-ils pas condamnés ?

    Répondre
    • Parce qu’ils sont à l’étranger, et qu’ils ne sont pas encore sous les radars du fisc. mais cela viendra dès que les plateformes de paiement seront responsables des versements de la tva.

      Répondre
  31. Bonjour André
    Votre article est à l’évidence plein de bon sens et la règle est évidemment d’inciter chacun a obéir  » aux lois de César ». Reste que le monde actuel s’est tellement ouvert aux voyages et itinérance que la situation physique et  » pays de résidence » pour établir des règles d’imposition permettant a chaque pays ou l’on s’établit de demander sa quote-part a chaque résident pour bénéficier des services publics de l’état devient très compliquée. Je suis Français, résident en Afrique mais désormais pas au moins 6 mois de l’année, quelques mois en France, le reste entre divers pays. Una activité en Afrique dans un des pays les plus corrompus de monde et les revenus de ma retraite Française, le centre ou périmètre de mes intérêts économiques et très large.Le plus facile pour rester serein est de me servir d’une entité juridique étrangère pour gérer mes activités légalement et donc respecter l’obligation de rendre a César ce que je lui doit mais dans des lieux ou les règles sont claires. L’article est a mon avis a sens unique car la plupart des expatriés ont des stauts fiscaux parfois compliqués a gérer malgré les règles qui régissent nos obligations.

    Répondre

Laisser un commentaire