16

Motivation vs discipline: le match développement personnel

Quand j’ai commencé business en ligne, mon objectif secret et inavouable était de faire 1000 € de ventes par jour.

Je ne l’ai dit à personne.

Parce que c’est tellement énorme, tellement au-dessus de ce que la plupart des gens gagnent, que l’on m’aurait pris pour un prétentieux, ou pour un illuminé.

J’ai juste demandé à ma femme de me faire confiance. Que mon idée serait suffisante pour équilibrer le budget familial.

Je considérais à l’époque que 1000 €, c’était le chiffre qui faisait la différence entre les petits joueurs, et les gros entrepreneurs en ligne. Je me disais que le jour où j’atteindrai ce chiffre, je pourrais dire que oui, je suis un professionnel d’Internet. J’aurais réussi.

J’ai commencé à monétiser en 2013, en partant de zéro.

Et en 2020, il s’est passé ceci :

Ce sont des ventes brutes. La TVA est incluse. Par contre, ce que j’ai gagné en affiliation n’y figure pas.

Je ne vous mets pas ce chiffre sous le nez pour frimer. De toute façon, je suis loin d’être l’entrepreneur en ligne le plus riche d’internet.

Je le fais pour que vous compreniez ce qui compte vraiment.

La motivation n’est rien, et elle ne sert pas à grand-chose

Je vous le dis souvent. Je ne suis pas quelqu’un de très dynamique. Je suis beaucoup plus dans le cérébral, que dans l’action. Je suis un procrastinateur.

Si vous me donnez le choix entre regarder un film ou travailler sur une page de vente, il y a de fortes chances que je prenne la mauvaise décision…

Et ce n’est pas grave.

Parce que la motivation, c’est un sprinter. La motivation, elle s’épuise vite. La motivation, c’est une pincée de piment. Cela va vous arracher la bouche, mais dans une demi-heure, vous ne sentirez plus rien.

La motivation, elle ne me sert qu’à finir une tâche déplaisante (le travail), avant de commencer quelque chose qui m’amuse.

La motivation, je la déclenche en travaillant en « time boxing ». Par exemple, je me fixe un défi du genre : « j’aurais fini cette formation ce soir, à 18 heures ». Ça me permet de me concentrer à 100 % sur ma tâche.

Mais si vous travaillez tout le temps de cette façon, vous allez très vite en avoir ras-le-bol, et vous abandonnerez. C’est le propre de la motivation : se faire violence, lutter contre sa nature, et c’est impossible à tenir dans le temps.

Au lieu de miser sur la motivation, vous devriez miser sur la discipline.

La discipline n’est pas sexy, mais elle permet de déplacer des montagnes

Prenons un exemple.

Observez le compteur kilométrique de votre voiture. Imaginons qu’il affiche 50 000 km. C’est considérable, c’est plus que le tour de la terre au niveau de l’équateur.

Peut-être que vous avez atteint ces 50 000 km en deux ou trois ans. Simplement en faisant vos trajets quotidiens pour le travail et les courses.

Cela signifie que si vous prenez votre voiture quelques dizaines de minutes chaque jour, en vous éloignant toujours de chez vous, alors en quelques mois vous seriez à l’autre bout de la planète.

C’est cela, la puissance de la discipline.

Si je vous dis de faire Paris- Nice en voiture sur la journée de demain, cela va vous saouler. Parce que se taper quasiment une journée d’autoroute, ce n’est pas franchement l’extase. Ça, c’est la motivation.

Si je vous dis de rouler 30 minutes chaque jour, sans exception, alors je peux vous emmener à Shanghai sans que vous vous en rendiez compte. Ça, c’est la discipline.

La discipline c’est un marathonien. Les marathoniens ne sont pas sexy comme les sprinters. Tout le monde connaît Usain Bolt, la star du sprint. Personne ne connait Eliud Kipchoge, la star du marathon.

Sauf que : les marathoniens vont beaucoup plus loin que les sprinters. Et leur carrière est bien plus longue.

Vous devriez faire comme mon fils

Mon fils est handicapé à plus de 80 %. Quand son autisme été diagnostiqué, des médecins nous ont dit de faire le deuil de notre enfant.

Ma femme et moi on a plutôt pensé : « qu’ils aillent se faire foutre ».

Aujourd’hui, mon fils parle. Il lit. Il compte. Il est athlétique. Il fait de la natation, du cirque.

Et on y est arrivé grâce à ce simple outil de discipline.

C’est un planning. Avec des bandes velcros. Là, ce sont les vacances scolaires. Sa seule activité de la journée est d’aller au centre aéré, avec les autres gamins.

Mais, en temps normal, vous y verriez toutes les tâches éducatives qu’il doit accomplir. L’école, son orthophoniste, son éducatrice, ses sessions de sport.

Avec un handicapé, vous ne pouvez pas vous contenter d’être motivé. Sinon, vous vous balancez du balcon, d’épuisement. Vous êtes obligés de penser constance, et petits pas.

Chaque jour, il effectue une petite tâche qui le fait progresser intellectuellement et physiquement.

Et c’est comme ça qu’on y arrive. Pas après pas, trimestre après trimestre, année après année.

Si j’arrive à écrire des articles qui touchent, ce n’est pas parce que je suis doué. C’est parce que je pratique l’écriture avec régularité.

Si j’ai progressé en arts martiaux, ce n’est pas parce que je suis prédisposé pour ces sports. C’est parce que je m’entraîne six heures par semaine. Et le chemin est encore long.

Si j’arrive à avoir ce genre de résultats business, c’est parce que je sais exactement ce que je dois faire chaque jour de la semaine, et que je me contente d’appliquer mes routines, avec discipline. Mon travail de créateur de contenu est organisé exactement de la même manière que le sont les semaines de mon fils.

À la seule différence que mon planning, est dans ma tête.

Mon prochain objectif est de réaliser 1 million d’euros de ventes sur une année, et je sais que je le ferai.

Être discipliné me permet de vaincre mes démons de procrastination.

Être discipliné m’a permis de retrouver plus de confiance en moi, grâce la pratique des arts martiaux.

Être discipliné permet à mon fils d’éclairer son avenir.

Être discipliné permet à ma fille d’avoir une aisance orale en anglais déjà remarquable pour son âge.

Être discipliné m’a permis de pouvoir acheter une incroyable maison dans le sud de la France.

Et c’est la même chose pour vous

Il n’y a aucun gros effort à faire.

Il n’y a que des petites tâches régulières.

Si vous voulez perdre du poids, pesez vos assiettes pendant deux mois. Si vous voulez dessiner des jolis portraits, griffonnez 20 minutes par jour pendant six mois. Si vous voulez développer votre entreprise en ligne, cadencez vos semaines entre création de contenus, promotion de contenu, travail sur le payant. Et continuez.

N’accordez pas trop d’importance à la motivation.

Commencez aujourd’hui, et continuez demain. Juste un petit peu. Faites monter le compteur kilométrique de votre expérience.

Être discipliné, c’est s’accorder du temps long. C’est vous offrir la chance de commettre des erreurs, de les corriger, et de vous améliorer. La motivation ne le permettra jamais : elle est trop courte.

Arrêtez de faire sprints. Contentez-vous de marcher. Reposez-vous, puis recommencez.

Et ne vous arrêtez plus. Comme un marathonien.

André Dubois
 

En ce moment, André doit être encore en train d'écrire un article de 3000 mots. Tout cela pour un objectif: vous apprendre à bloguer si bien que vous pourrez en vivre.

Cliquez ICI pour commenter 16 commentaires