13

Comment faire de l’email journalier avec la méthode AIDA

Vous l’avez sans doute remarqué, les blogueurs et les youtubeurs envoient de plus en plus de mails.

Depuis 2 ou 3 ans, on a franchi un cap avec l’email journalier, que j’utilise aussi.

(Personnellement, je vais même au-delà. Ce n’est pas juste un email par jour que je teste depuis quelques semaines, c’est 2 contenus par jour, et je suis le premier à le faire – en faisant de l’écrit et de la vidéo !)

Mais pourquoi tant d’emails ?

En un mot comme en cent : parce que cela vend plus, généralement.

Devriez-vous passer en email journalier ? Je ne sais pas, mais au minimum, vous devriez tenter ce mode de fonctionnement pendant 4 ou 6 semaines, et voir ce que cela donne.

Dans pas mal de thématiques, c’est un plus. Dans d’autres, pas vraiment. Comme souvent en vente, pas de réponse définitive, seule l’épreuve du test est valable.

Cela vous intéresse, mais vous vous demandez bien ce que vous allez pouvoir raconter dans vos messages ? Vous avez peur de tomber à court d’idées ?

Je vais vous aider.

Dans cet article, je vais vous expliquer comment écrire des emails à l’infini avec la méthode AIDA.

AIDA ? L’opéra ?

Non, AIDA, comme la méthode que le publicitaire Elias St. Elmo Lewis a inventée.

Je vais vous expliquer ce que c’est, et ensuite, je vous donnerai des exemples d’emails à recopier.

La méthode AIDA expliquée en un paragraphe

La méthode AIDA permet de structurer un message publicitaire, une offre, une affiche… Mais vous pouvez reprendre cette structure pour un email, ou même une page de vente.

La longueur du contenu peut s’allonger, il n’empêche que les 4 étapes se retrouvent.

Quelles sont ces étapes ? Celles de l’acronyme AIDA :

A : Attention

I : Intérêt

D : Désir

A : Action

Détaillons un peu chaque étage de la fusée AIDA.

Première étape : A, comme attention

Cette étape sert à capter l’attention de votre lecteur. Le monde est saturé de messages de ventes. Chaque jour, vous êtes soumis à environ 5000 messages publicitaires. Radio, télé, affiches, presse, internet, smartphone… C’est incessant.

La concurrence est rude, et les marques redoublent d’ingéniosité pour capter votre attention.

En emailing, c’est surtout le rôle du titre. Il s’agit de donner envie de tout lire, en quelques secondes.

Quelques conseils pour vos titres d’emails :

  • Utilisez des mots d’influence. Par exemple : « Nouveau : le livre magique pour vos pages de ventes »
  • Utilisez des données. Par exemple : « Comment j’ai fait baisser le prix d’un appartement de 6% en 4 minutes de discussion »
  • Utilisez des émotions. Par exemple : « Pourquoi Paypal peut vous balancer au fisc »
  • Utilisez l’humour. Par exemple : « Je me suis encore pris les pieds dans le tapis ! »
  • Utilisez l’urgence. Par exemple : « A minuit, l’offre prend fin »
  • Utilisez le suspense. Par exemple : « Je pensais avoir tout vu, et j’ai reçu ce message… »

Deuxième étape : I, comme intérêt

Souvenez-vous : on est toujours dans la phase « attention » de la méthode AIDA. Ces premières phrases sont essentielles, car le lecteur va prendre la décider de lire l’email en entier à cet instant précis.

Si vous ratez ce passage, tous vos efforts seront vains. Votre lecteur ne cliquera pas. Il ne découvrira pas votre contenu, ni votre produit, et n’achètera rien.

Quelques conseils pour vos premières phrases :

Comment faire pour capter son attention ?

En utilisant 2 leviers.

  • Le levier du problème. Par exemple : « Vous essayez de faire des cocktails qui surprennent vos amis, et le résultat n’est pas à la hauteur ? »
  • Le levier de l’émotion. Par exemple : « Vous aviez envie de faire plaisir à vos amis. Ce diner était important pour vous. Vous aviez une nouvelle importante à leur annoncer. A l’apéritif, vous avez essayé de concocter votre mojito spécial. Hélas, ce qui devait être un délicieux breuvage pour bien démarrer la soirée avait un gout de lavette. Et vous n’avez récolté que des moqueries. »

Troisième étape : D, comme désir

A ce moment vous allez donner envie à votre lecteur de découvrir la solution au problème. Il est bien accroché. Il s’identifie à la situation que vous avez dépeinte à l’étape intérêt.

Là encore, la palette est immense.

Quelques conseils pour éveiller le désir chez l’inscrit newsletter qui lit votre email

  • Faites une démonstration : « J’ai découvert le dosage précis qui permet de réaliser des cocktails inratables ».
  • Utilisez-le « avant-après » : Avant, vous passiez des heures à la salle de sport, et vous ne récoltiez que des courbatures. Désormais, vous allez vous entrainer moins, mais mieux, et constater que vos entrainements vous font réellement progresser en force.
  • Projetez le lecteur dans un futur idéalisé : « Imaginez. Vos amis arrivent. Les cocktails sont prêts. La dose d’alcool est idéale, c’est l’étincelle qui allume la conversation ».

Quatrième étape :  A, comme action

C’est le moment où vous allez indiquer à votre lecteur ce qu’il doit faire. Dans le cadre d’un email marketing, c’est très simple. Votre inscrit doit cliquer sur le lien.

Dites-le-lui, tout simplement !

Quelques façons d’inciter les lecteurs à cliquer sur les liens de vos emails

  • Pour découvrir comment j’ai fait, cliquez ici +lien
  • Le détail de ma méthode ? Il est dans cette nouvelle vidéo + lien
  • Vous voulez comprendre le petit truc en plus qui m’a fait réussir ? Ok, mais pour cela il faudra cliquez ici + lien
  • Si cela vous intéresse, alors cliquez ici pour découvrir ma proposition.

L’avantage de la méthode AIDA pour l’email marketing

C’est un outil de simplification, et de diversité pour vos campagnes emails.

Simplification, car la structure à suivre permet de faire des emails très courts, ou plus détaillés, sans perdre le fil, et en étant sur de faire un message convaincant, même si vous n’êtes pas un expert en persuasion.

Diversité, car elle s’applique à tout type de message, que vous colliez à votre thématique, ou que le message soit plus personnel.

J’explique.

Imaginez que vous bloguiez sur la musculation.

Vous pouvez appliquer la méthode AIDA pour tous les sujets du monde !

Email informationnel : par exemple, « comment se confectionner en 4 min une boisson protéinée post-entrainement »

Email émotionnel : par exemple, « déclaration d’amour aux culturistes qui s’assument »

Email surprenant : par exemple, « la machine de musculation la plus complète du marché ? Je teste »

Email coup de gueule : par exemple, « Mais pourquoi tous les coachs font cette erreur idiote ? »

C’est infini. Quel que soit l’idée du mail, la méthode AIDA pour permettre une habile transition entre « tiens, j’ai envie de lire ce truc », jusqu’à « j’en peux plus, faut que je clique sur ce lien, je veux en savoir plus ».

Vous pourrez donc facilement écrire un email par jour, et vous en servir pour amener vos offres sans passer pour un vendeur agressif.

Maintenant, je vais rédiger quelques exemples de mails en AIDA. En étant attentif, vous retrouverez les 4 parties énoncées plus haut.

Parfois c’est juste une phrase. Parfois, c’est un paragraphe. Vous verrez qu’on peut caser de l’information, de l’utile, et tout de même amener une action de lecture, ou une action de vente.

Quelques exemples d’emails marketing rédigés avec la méthode AIDA

Exemple de mail écrit en AIDA pour un blog cuisine

Le gâteau le plus infect de la décennie

J’ai beau tenir une pâtisserie depuis 15 ans, il m’arrive de me planter sévèrement. Et c’est une bonne chose, car cela me permet de progresser.

Vous aussi vous devriez tester. Par exemple…

Vous aimeriez connaitre le gâteau le plus infect que j’ai créé ? Celui que je n’ai jamais osé proposer à la vente ? Celui qui a donné un haut-le-cœur à mes enfants ?

Et bien voici la recette, avec un résultat gout de chiotte garanti. Cliquez pour la découvrir, et osez y gouter, si vous en avez le courage.

  • Lien

A tout de suite

Exemple de méthode AIDA pour un blog sur le Judo

3 conseils pour les Judokas qui veulent gagner plus de combats

Vous avez commencé à faire quelques combats d’entrainements et le résultat ne fut pas tout à fait celui que vous attendiez ?

Laissez-moi sortir ma boule de cristal, j’imagine très bien ce que vous avez vécu.

Vous avez saisi le revers de votre adversaire, vous avez tiré, poussé, aussi fort que vous pouviez. Et vous vous êtes simplement épuisé, les bras complètement congestionnés au bout de quelques secondes, pas vrai ?

Vous aimeriez progresser, et réussir à poser des problèmes à votre adversaire ?

Voici 3 conseils.

Travaillez votre garde : si vous placez vos mains correctement sur le revers de votre partenaire d’entrainement, vous prenez l’ascendant. Ce n’est pas de la force, c’est de la précision, et de la patience. Regardez les pros : ils passent la moitié du combat à s’attraper le kimono… Pourquoi ? Parce qu’une bonne prise vous permet de dominer, de tasser l’adversaire, et de trouver des opportunités.

Quand la garde est installée, déstabilisez : lorsque vous tenez bien le col, vous pouvez alors commencer à bouger. C’est basique, mais efficace. Tirez, poussez. Fatiguez-le. Bougez à droite, à gauche. Ce travail va fatiguer votre opposant, et à un moment, une opportunité d’attaque va apparaitre.

Quand un espace apparait, osez : vous allez épuiser votre adversaire, et vous allez pouvoir placer une attaque. Essayez juste de mettre un ou deux mouvements que vous aimez bien.

Cette méthode est très simple, mais elle a le mérite d’être mémorisable. Ce qui est un avantage dans l’intensité du combat.

Maintenant, autre chose.

Vous pouvez aller plus loin. Vous pouvez découvrir un système qui vous permette de gagner des combats. Les mouvements les plus simples. Les techniques pour imposer sa garde.

Vous pourriez commencer à gagner vos combats. A surprendre les gens de votre club.

C’est ce que j’ai décidé de vous proposer. J’ai créé une série de vidéo qui vous montre le système que j’enseigne à mes élèves depuis plus de 20 ans, et qui m’a permis de sortir des champions de France.

  • Lien.

A tout de suite !

Exemple de mail à envoyer pour un blog sur la randonnée

Mon amour pour le Cantal

Vous vous demandez quelles sont les plus belles randonnées du monde ? Au cours de 5 dernières années, j’ai eu la chance de parcourir la planète entière.

Je garde un souvenir ébloui de la Patagonie.

Le désert du Namib est inoubliable.

Un marais de Louisiane, au petit matin de janvier, c’est fantastique.

Mais mon endroit préféré est bien plus accessible. Vous pourriez y aller ce weekend.

Je vais vous donner l’itinéraire que je suis le seul à pratiquer, et qui révèle la beauté insoupçonnée du Puy Mary. Pour le découvrir, c’est ici :

  • Lien

A tout de suite !

Avec AIDA l’email journalier devient alors facile

Il vous suffit simplement de trouver une idée.

Même un peu éloignée de votre sujet habituel.

D’appliquer la structure, et d’arriver facilement jusqu’à l’appel à l’action.

Vous pourrez facilement inciter les gens à lire vos contenus, ou à découvrir vos pages de vente (que vous pouvez également rédiger avec ma méthode AIDA).

A vous de jouer, vous n’avez plus d’excuses !

André Dubois
 

En ce moment, André doit être encore en train d'écrire un article de 3000 mots. Tout cela pour un objectif: vous apprendre à bloguer si bien que vous pourrez en vivre.

Cliquez ICI pour commenter 13 commentaires
Elie

Bonjour André,

Encore une fois je tombe sur un article rempli d’astuces et de conseils qui m’aident vraiment. Merci

J’ai une question.

En fait l’email quotidien doit-il ressembler absolument à une page de vente avec call to action ?

On peut aussi envoyer un email sans y insérer de lien d’action non ? Ou bien ça risque d’alourdir la longueur du mail…

Encore merci !

Répondre
    André Dubois

    Absolument tu n’es pas obligé de faire une offre commerciale, tu peux envoyer vers un article, une vidéo, ou juste donner un bon conseil

    Répondre
Cédric AUTEXIER

Salut André,

Oui, la méthode AIDA est assez connue. Mais franchement, il faut avoir une sacrée inspiration pour écrire un email par jour. Je trouve que un ou deux emails par semaine, c’est déjà pas mal…

Le truc, de toute façon c’est qu’il faut déjà avoir suffisament d’inscrits a sa mailing list, et je dois reconnaître que malgré tous mes efforts pour optimiser mon blog, c’est encore très poussif de mon côté.

J’en suis à me dire que je devrais mettre une photo de nana super bandante sur mes formulaires de capture pour engendrer des inscriptions ! C’est dire…

Répondre
    André Dubois

    Salut Cedric, le trafic c’est avant tout une histoire de qualité de contenu, et de promotion de contenu

    Répondre
Fabrice

Un article de plus, mais pas d’astuces en trop!
Elles nous aident vraiment au quotidien.
Merci André.

Répondre
    André Dubois

    Merci Fabrice!

    Répondre
yaya

salut j’amairais avoir un exemplaire de votre blog pour mieux m’inspirer dans l’eleaboration de mon blog

merci

Répondre
Florian

Merci André pour cet article vraiment chouette.
Je suis vraiment attiré par la newsletter quotidienne, mais j’aurais une question : à partir de quand commencer ?
Je viens de commencer mon blog en appliquant toutes tes techniques (merci infiniment), et donc je n’ai que très peu d’inscrits pour le moment. Seulement, je me dis qu’envoyer un mail par jour alors que l’on a que 20 inscrits, ce n’est peut-être pas utile. Du coup, je n’envoie aucun email, est-ce une erreur ?
Merci beaucoup de ta réponse et de tout le contenu que tu proposes André 🙂
– Flo, du blog Existence Zen

Répondre
    André Dubois

    Oui, il faut que tu te concentres sur ta liste pour le moment.

    Répondre
Nicolas

Merci pour cette déclinaison du modèle AIDA… très intéressant !
Après c’est vrai qu’un email par jour… c’est un rythme à tenir.

Par contre je redoute juste qu’à chercher « la fréquence », j’atténue « la qualité »… Ne risque t on pas d’écorner une image ?

Merci pour ton contenu en tous cas.

Répondre
    André Dubois

    C’est une question centrale, mais si tu fais juste de l’email, le rythme ne me parait pas compliqué à tenir.

    Répondre
Jean-Pierre

Je découvre depuis peu de monde de traficmania.
C’est clair et précis. Le défi c’est le quotidien qui demande une belle créativité.

J’en profite pour donner un sentiment: je viens d’acheter ma toute première formation traficmania: Des formations qui vendent.

Une chose est certaine désormais: ce ne sera pas la dernière !
Contenu très riche et prix clairement attrayant.
Comme quoi il existe encore des grands crus à prix rikiki. Bravo !
Jean-Pierre

Répondre
    André Dubois

    Merci jean-Pierre, content que cela te plaise!

    Répondre

Commenter: