27

La question sera répondue : pourquoi la vidéo de Jean-Pierre Fanguin n’est pas si idiote?

Une vidéo a fait le buzz la semaine dernière. Des centaines de milliers de vues, des commentaires à la pelle, des retweets de gros influenceurs et même des articles dans la presse.

Un jeune homme inconnu dans le marketing internet proposait de le rejoindre pour apprendre à gagner de l’argent avec un simple smartphone :

Je vous laisse regarder.

Evidemment, ce qui devait arriver arriva :

Eclats de rires, moqueries, critiques, insultes, buzz. Je vais être honnête : je me suis vraiment posé la question d’un fake. J’ai d’abord cru à une parodie de ce qu'on voit souvent sur YouTube.

Mais non. Tout ceci semble bien authentique.

Maintenant que vous avez rigolé, prenons un petit peu de recul…

Des marketeurs internet qui vous mettent une grosse bagnole, une montre, des gros chiffres sous le nez pour vendre des formations, il y en a des wagons. C’est le fonds de commerce de nombreux youtubeurs, vous les connaissez.

Ces marketeurs de la frime, eux aussi, n’ont pas fait la faculté de lettres classiques, et ont parfois une syntaxe approximative. (Là-dessus, je plaide coupable également).

Eux aussi, n’amènent pas toujours une valeur incroyable dans leurs contenus. Enlevez la montre en or et la Ferrari, et c’est le vide sidéral.

Eux aussi, ont un discours arrogant. « Les impôts, le salariat, c’est pour les truffes ».

Eux aussi, promettent la fortune sans effort.

Pourtant, ils ne font pas autant de bad buzz que le pauvre Jean-Pierre.

Et je vais plus loin : je suis certain que parmi vous, qui lisez cet article, certains leur ont acheté des produits.

Alors pourquoi ?

Pourquoi Jean-Pierre Fanguin, qui n’a fait que recopier ce que l’on voit 50 fois par jour, a créé un tel buzz ?

Quel enseignements chaque blogueur et chaque youtubeur peut-il en tirer ?

Raison n°1 : Facebook, le pire endroit pour faire ce genre de contenus

Où trouve-t-on le plus souvent des contenus similaires à ceux de Jean-Pierre Fanguin ? Dans les publicités YouTube.

Le scénario : vous vous baladez sur YouTube, à la recherche d’astuces pour augmenter votre trafic. Et à un moment une publicité de ce genre apparait :

« Une personne vous explique que votre situation craint, et qu’il a une solution incroyable, un secret, qui va vous permettre de gagner de l’argent en ligne. Cliquez là pour vous inscrire à la conférence en ligne qui s’arrête ce soir ».

C’est souvent kitsch.

C’est souvent arrogant. Parce qu’il faut en rajouter pour capter l’attention en moins de 5 secondes.

Leur chance, c’est que sur YouTube, le bad buzz ne peut pas prendre facilement. Parce qu’on ne peut pas partager les publicités.

Le plus souvent, dès que vous pouvez zapper la pub, vous la clôturez, et vous regardez alors la vidéo qui vous intéresse.

Sur Facebook, c'est différent… Une publication de ce genre sera partagée. C’est certain. Une fois, 100 fois, 10 000 fois. Et si machine s’emballe, elle devient incontrôlable. Puisque des gens qui ne sont pas intéressées par le marketing en ligne vont tomber sur la publication, et la descendre en flamme.

Si Jean-Pierre avait juste fait une publicité sur YouTube, jamais le buzz n’aurait démarré. Il n’aurait été qu’un mauvais marketeur de plus, parmi des dizaines d’autres, sans intérêt.

Raison n°2 : une accumulation de clichés sur l'argent…qui transpire le gars qui n‘en a pas

La classe moyenne a une image faussée de la vie des riches.

On pense que les riches vivent comme ceux qu’on voit dans les publicités Paco Rabanne, par exemple celle-ci, pour un de ses parfums.

Grosses voitures, fringues tape à l’œil, montres, bagouses, minettes et abdominaux saillants. En réalité, ceux qui vivent ainsi, ce sont les footballeurs.

Les riches ressemblent plus à çà :

Carlos Slim : 54 milliards

Mark Zuckerberg : 84 milliards

Je ne dis pas qu’ils n’ont pas des maisons incroyables, mais en réalité, leur apparence est plutôt sobre.

Pourquoi un tel écart entre la vision que l’on a des riches, et la réalité ?

C’est simple. C'est un vieux truc de publicitaire.

En fait, les pubs comme celle pour le parfum de Paco Rabanne que je viens de vous montrer ne visent pas les riches.

Elles visent les gens des classes moyennes et populaires.

C’est un truc vieux comme le marketing : les pubs qui vous montrent de la frime, des abdos, des jolies filles, des voitures et des montres sont destinées à faire croire qu’en achetant le produit, vous aussi, vous serez perçu comme riche, puissant, respecté.

Plus la pub est tape à l’œil, et moins elle s’adresse aux riches, mais à ceux qui les envient.

Les riches ne mettent pas "one million".

Autre exemple:

Cette publicité Louis Vuitton n'est pas destinée aux multimillionnaires, car ils ne vivent pas ainsi, et pour la plupart d'entre eux, ne le veulent pas.

Cette pub est destinée à Nathalie, chef de projet dans une société qui fabrique des tondeuses à gazon, et qui veut un joli sac pour ses 30 ans:

Et c’est là que les marketeurs de la frime sont tordants. En réalité, avec leurs voitures, leurs montres, leurs abdos, ils trahissent le fait qu’ils ne sont pas si riches que ça.

Ils imitent juste ce qu’ils imaginent être la richesse, car la seule chose qu’ils en connaissent, ce sont les pubs Paco Rabanne. (Tout comme les footballeurs qui reproduisent ces clichés).

Jean-Pierre Fanguin est tombé dans le panneau.

Pour lui, être riche, c’est être arrogant, avoir un costume tape à l’œil et cintré, c’est rouler en Range Rover, avoir des muscles, avoir une montre en or et boire du champagne.

Je connais des riches. Des vrais, pas des blogueurs (plusieurs dizaines de millions d’euros de patrimoine). Ils roulent en Peugeot. Ils ont des fringues simples. Ils cherchent l’objet durable, élégant et utile. Leur argent est un outil de liberté et de tranquillité.

Non seulement Jean-Pierre Fanguin joue au riche sans probablement l’être, et tout le monde le voit, mais il a commis une autre erreur : il a cumulé trop d’indices.

C’est un peu comme les touches d’originalité lors des entretiens d’embauche

J’explique.

Certaines personnes aiment avoir une touche d’originalité dans leur look, n’est-ce-pas ?

Maintenant, imaginez un entretien d’embauche pour bosser dans une banque.

Que se passe-t-il si une personne arrive avec une cravate flashy, des lunettes oranges, des chaussettes multicolores ?

C’est un peu trop pour le poste. Cela va inquiéter le recruteur. Il va se dire qu’il a un créatif devant lui, alors qu’il a avant tout besoin d’un gestionnaire.

Lors d’un entretien d’embauche, il ne faut jamais avoir plus d’une touche originale.

Les lunettes jaune fluo, c’est ok, mais le reste de la tenue doit être sobre.

Jean-Pierre Fanguin en a trop fait. Le costume + la montre + la voiture + le champagne, c’est too much.

Non, sérieusement, qui s’arrête au bord de la route pour boire une coupe de champagne ?

S’il avait limité les signes de richesse, cela serait sans doute mieux passé.

Une voiture de luxe, ok, mais une tenue normale, pas de champagne, et un langage posé. On l’aurait alors plus écouté.

Une autre erreur de Jean-Pierre ? Il n’a pas expliqué son background.

Et c’est fatal.

Si vous mettez en avant des résultats impressionnants, dites toujours d’où vous venez

C’est le truc que les marketeurs de la frime ont compris, et que Jean-Pierre Fanguin n’a pas fait. Et cela l’a grillé.

Imaginez qu’il ait tenu ce discours.

« Il y a un an, j’arrêtais mes études, et j’étais complètement fauché. Mon compte en banque : 200 francs suisses. J’ai alors décidé de me prendre en main. J’ai découvert et appliqué une méthode qui permet de gagner de l’argent sur internet, grâce à son téléphone. Après avoir appliqué ma stratégie avec acharnement, j’ai réussi l’année dernière à m’offrir la voiture qui me faisait rêver depuis tout petit. Si vous voulez découvrir les détails de ma méthode, cliquez ici ».

Cela change tout.

Les gens comprennent tout à fait qu’un mec qui galère, puis qui réussit, ait envie de se faire plaisir.

On peut trouver idiot de se payer un Range Rover ou une Rolex , mais après tout on est libre de faire ce qu’on veut de son argent.

Le souci, c’est que Jean-Pierre ne parle jamais de comment il a fait fortune.

Pire, il dit très clairement qu’on peut se faire de l’argent « très rapidement ».

L’argent facile, le mec qui semble sortir de nulle part, les signes extérieurs de richesse en trop grand nombre, et boom : tous les voyants du baratineur sont allumés…

…Et le buzz commence.

L’erreur fatale de cette vidéo ? Ne pas avoir retracé un parcours entrepreneurial sincère (qui n’existe surement pas, je doute que Jean-Pierre ait fait fortune avec sa méthode).

Ça cela entraine forcement…

…Une absence totale de crédibilité

Jean-Pierre affirme qu’il connait une méthode pour gagner de l’argent avec son téléphone.

Ok, pourquoi pas.

Après tout, on peut gagner de l’argent en vendant des formations en ligne, du coaching, en s’appuyant sur un blog, une chaine YouTube, ou un podcast. C’est le sujet de TraficMania et la manière dont je gagne ma vie depuis 2013.

Alors avec un smartphone, je ne dis pas que c’est impossible.

Mais il aurait dû détailler un peu.

  • Je gagne de l’argent avec mon téléphone en étant prestataire sur swagbugs.
  • Je gagne de l’argent avec mon téléphone en faisant de l’achat-revente sur Ebay ou le bon Coin…

Cela aurait permis aux gens de comprendre que ce n’est pas juste une promesse. Qu’il y a un savoir, une stratégie, une réalité que l’on peut apprendre, et reproduire.

Au lieu de cela, Jean-Pierre choisit le pire…l’arrogance.

Ceux qui prennent le bus ? Ils font pitié.

Personnellement, je n’ai pas de voiture. J’utilise les transports en commun et les voitures en autopartage. Et je vous parie ce que vous voulez que mon entreprise réalise bien plus de bénéfice que celles de Jean-Pierre.

Si Jean-Pierre avait un peu détaillé sa méthode, le principe, expliqué combien cela générait, en insistant qu’il y a un savoir à acquérir, il aurait tout changé.

En effet, si c’est si facile et si rapide, pourquoi alors rejoindre Jean-Pierre ? S’il n’y a pas de savoir à acquérir, pourquoi aurait-on besoin de ses conseils ?

(J'ouvre une parenthèse: un journaliste du Parisien a enquêté, et voici comment JP gagne de l'argent en ligne. En fait, il recrute des pauvres gens dans un système pyramidal de conseil en investissement douteux)

Le reportage du Parisien:

…Et de l’humour involontaire

Et enfin, le coup fatal.

Comme je l’ai dit plus haut, nous faisons tous des erreurs de syntaxe, nous pouvons tous bafouiller.

Mais les perles comme « la question est répondue », les cyclistes qui gueulent pour le verre sur la route (pourquoi ne l’a tu pas coupé au montage), le costume trop serré, l’air important, et les signes extérieurs de richesses visiblement loués…c’est rigolo.

Il n’en fallait pas plus que pour la vidéo devienne virale.

Elle colle à la plupart les éléments que Jonah Berger détaille dans son livre « Créer la tendance », le livre qui explique les mécanismes de viralité.

Sauf que Jean-Pierre a décidé de surfer la vague

La première vidéo m'a beaucoup fait rire, car elle semblait contenir une dose de spontanéité. Je ne suis cependant pas 100% convaincu que la coupe de champagne sur les cyclistes, ce n'est pas bidonné. Ça me parait un peu gros.

En tout cas, la vidéo est devenue virale.

Et Jean-Pierre est en train de commettre une autre erreur: il pense avoir trouvé un filon, et il se répète.

Il a ainsi publié cette vidéo peu de temps après, puis encore une autre dans le même esprit. Le parapluie, à la fin, est jeté, comme la coupe dans la première vidéo. Et des gens se le prennent, et ralent.

Ok, on a compris, c'est maintenant scénarisé.

JP Fanguin va exploiter son filon à fond. Sauf que c'est toujours la même chose. Le costume, le discours arrogant... Encore une ou deux vidéos, et le soufflé va retomber.

Attention, PJ, renouvelle-toi. Sinon tu vas sortir des radars très, très vite. Tu vas passer "mecs un peu naïf qui joue au millionnaire" à "manipulateur qui sait très bien ce qu'il fait ".

Pour autant je compatis

J’imagine que Jean-Pierre a simplement voulu tenter l’entreprenariat en ligne. Qu’il a vu des marketeurs de la frime qui utilisent exactement les mêmes leviers que lui, mais un peu moins maladroitement.

Qu’il s’est dit : « moi aussi. Je peux le faire. Je vais avoir un discours cash. Je vais prouver que ma méthode marche avec la montre et la voiture. Je vais le faire sur les réseaux sociaux, et les clients vont se précipiter ».

Lui aussi a été abusé. Franchement, il y a bien pire en ligne. Pour moi, il a péché par maladresse.

Il aurait juste fallu :

  • Le faire avec une pub YouTube et pas une publication Facebook
  • Remplacer le discours arrogant par un parcours entrepreneurial sincère, et le chemin accompli
  • Détailler un peu plus le fonctionnement et les résultats de sa méthode pour gagner de l’argent avec son téléphone
  • Ne mettre qu'un seul signe extérieur de richesse dans la vidéo
  • Montrer sa soi-disant réussite comme une source d’inspiration mais pas un moyen d’écraser autrui
  • Couper les moments kitsch avec les cyclistes, et éviter les phrases involontairement cultes
  • Faire un appel à l’action pour s’inscrire à une newsletter

Que peut faire Jean-Pierre ? Après tout, il a réussi à faire plus de vues en une journée que moi en un an. Il a eu son quart d’heure de célébrité.

Le coup est-il rattrapable ?

Pourra-t-il vendre ses produits ou ses services en ligne ? Peut-être. En amenant un peu plus de simplicité. Mais cela risque d’être dur. Il est marqué.

 Je parierai plutôt qu’on va revoir JP à la télé. Il a un bon profil télé-réalité.

La partie est loin d’être finie pour lui.

L’avenir nous le dira. En attendant, faut que je demande 100 balles pour aller au resto en bus 🙂

André Dubois
 

En ce moment, André doit être encore en train d'écrire un article de 3000 mots. Tout cela pour un objectif: vous apprendre à bloguer si bien que vous pourrez en vivre.

Cliquez ICI pour commenter 27 commentaires