37

Les 4 différences entre les blogueurs riches et les blogueurs pauvres

Ce n’est pas un mythe. Certains créateurs de contenus gagnent beaucoup, beaucoup d’argent. Même en francophone. Même dans des thématiques qui semblent obscures.

Certains empilent un, deux, trois SMIC de ventes, chaque jour. Parfois plus.

Si je fais ce travail depuis 2013, c’est parce que cela me rend libre, mais aussi parce que la vente d’info-produits, c’est un business profitable.

Et de l’autre côté de la barrière ?

De nombreuses personnes qui tentent l’aventure, qui ne manquent ni d’envie ni de talent, mais qui n’y arrivent pas.

Certains blogueurs transforment tout ce qu’ils touchent en or, et pour d’autres, ce ne sont que des heures passées à écrire, sans jamais à avoir réussi à faire décoller le compte PayPal.

Pour eux, Internet c’est dur, frustrant, décourageant.

Pour les autres, c’est l’inverse. Internet est un océan dont on n’exploite pas un centième des possibilités.

Je discute avec mon comptable ? J’imagine à quel point une chaine YouTube avec du conseil fiscal de qualité pourrait marcher.

Je rencontre un consultant qui conseille les restos étoilés ? Mais imaginez juste un instant le nombre de formations pour restaurateur qu’une personne qui coache des 3 étoiles Michelin pourrait vendre. Dans le monde entier.

Je croise l’agent immobilier qui occupe le rez-de-chaussée de mon immeuble ? Mais sais-tu à quel point tu pourrais faire de la formation à la négociation, et à la vente ?

Vous aimez programmer des macros Excel ? Proposez des programmes de formation pour petites entreprises, orientés sur un type de problème, comme comment faire un budget automatisé prévisionnel avec Excel.

C’est infini. Internet est vierge. Tout reste à faire. Je vous assure. Des milliards d’euros sont à partager, à portée de clic.

Les blogueurs qui réussissent ne sont pas frustrés par le manque de trafic, mais par l’impossibilité de concrétiser toutes leurs idées. C’est mon problème. J’ai TraficMania. Ça marche. J’ai une chaine sur le Judo, avec des associés. Ça marche. J’ai un site sur le tir sportif. Ça marche. Je suis en train de lancer un nouveau projet. Ça marchera.

Mais je peux vous citer 50 idées que je voudrais développer, mais que voulez-vous, je n’ai que deux mains. Une chose à la fois.

Mais intéressons-nous à ceux qui n’y arrivent pas. Pourquoi ? Qu’est-ce qu’il vous manque, dans la plupart des cas ?

Même si chaque situation est unique, je baigne dans le milieu depuis assez longtemps pour avoir remarqué deux ou trois petites choses.

Problème 1 : ils n’ont pas de stratégie blogging

« Stratégie business » est le mot le plus creux de tous les temps. Ça ne veut pas dire grand-chose. On y met ce qu’on veut.

Pour un blogueur, il n’y a qu’une stratégie qui tienne. La voici. C’est le secret. Je suis sérieux, c’est vraiment le secret de la réussite en ligne.

Travailler sur du bon contenu gratuit.

Le promouvoir (durement).

Travailler sur du bon contenu payant.

Le proposer.

Recommencer.

Regardez.

La plupart des entrepreneurs se fixent des objectifs.

Du genre : je veux gagner 2000 euros par mois avec mon blog d’ici 6 mois. Je veux avoir un million de patrimoine net d’ici 5 ans.

Je dis : insuffisant.

Ce genre d’objectifs n’est qu’une perte de temps. De la masturbation intellectuelle. De l’esbroufe pour frimer à l’apéro.

Les blogueurs que je connais et qui font plus de 250 000 euros de CA annuel ne me disent jamais « je veux peser un million dans 3 ans ».

Jamais. Ils ont une autre approche.

Car ils ne pensent pas en objectifs,mais en habitudes.

Ils se disent, au démarrage :

« Je vais écrire 25 articles invités, cela me donnera mes premiers inscrits ».

« Je vais organiser un concours le mois prochain, pour amorcer ma liste et avoir des lecteurs ».

Quand ils grossissent, ils se disent :

« Je vais m’organiser pour produire 5 contenus par semaine et les promouvoir »

« Je vais produire 3 webinaires par mois, à longueur d’année »

« Je vais m’organiser pour travailler 2 heures par jour sur mon contenu payant. Quoi qu’il arrive. Tant pis si ma copine râle.»

Voilà leur stratégie.

Ils se creusent la tête pour organiser leur vie afin de tenir une cadence.

Je l’ai fait dès mes débuts blogging.

Le lundi a sa tâche. Le mardi aussi. Le mercredi est pour ma fille. Le jeudi a sa tâche. Le vendredi est pour l’administratif, les interviews, les rendez-vous divers.

Ma vie est d’une monotonie… Et mes ventes sont en augmentation constante depuis 2013. Je suis à fois 12. J’ai gagné ce mois de janvier ce que j’avais fait sur l'année 2014. Et ça continue.

Je ne réinvente pas la roue. Je suis dans une roue ! (Mais une roue bien plus cool que celle des salariés hamster.)

Travailler sur du bon contenu gratuit.

Le promouvoir (durement)

Travailler sur du bon contenu payant.

Le proposer.

Recommencer.

Votre action : organisez votre vie pour pouvoir travailler en mode habitude, et allez-y, bêtement, encore, et encore. Pour votre compte en banque. La régularité est plus importante que l’intelligence,.

Problème 2 : Ils ne suscitent pas d’engagement

En 2016, le candidat Trump a déclaré « Je pourrais me poser au milieu de la cinquième avenue et tirer sur quelqu’un, je ne perdrais pas d’électeurs ».

Et vous savez quoi ?

C’est tout à fait vrai.

Le fan de Donald Trump ne changera jamais d’avis. Quoi qu’il advienne.

Trump, par ses outrances, a réussi à cliver. Il y a ceux qui ont trouvé cela fantastique, ce type qui parle sans retenue. Et il y a ceux qui l’ont trouvé ignoble.

Et personne ne changera jamais d’avis.

Le contenu en ligne fonctionne de la même manière.

Regardez, j’ai publié il y a 15 jours un article qui critique les blogueurs qui pratiquent la fraude fiscale.

J’ai clivé. Certains approuvent, d’autres non.

Mais au moins, cela réveille l’audience. Cela rappelle des valeurs. Mon contenu n’est pas de l’eau tiède.

Si vous suivez quelques webmarketeurs, vous verrez que souvent ils cherchent à choquer. Dans les mails, dans les contenus. Ils le font pour une raison : ça marche. Cela resserre une audience autour de fans convaincus, donc de clients.

Vous devez réveiller votre audience. Mettez un peu d’humour. Mettez un peu de coups de gueule. Mettez un peu d’émotion. Mettez un peu de vulgarité. Mettez un peu de votre histoire. Choquez. Amusez. Enseignez. Etonnez. Bottez-leur le cul.

ATTENTION : ne faites pas que cela. Provoquer sans contenu qualitatif, c’est juste passer pour un bouffon. Faites ce que vous voulez, tant que vous ne tombez pas dans la caricature.

Ne soyez pas une machine à produire de l’eau tiède.

Soyez sucré. Soyez épicé. Je m’en tape. Mais ne soyez pas fade. Pour que ceux qui partagent vos valeurs se regroupent autour de votre blog, et deviennent des clients.

Action : apprenez à rédiger pour secouer votre audience

Problème n°3 : leur blog n’est pas une question de vie ou de mort

Vous avez un bon taf ? Vous gagnez correctement votre vie, et votre chef est supportable ?

Vous ne percerez pas en ligne.

Je le sais, parce que je suis passé par là. De 2010 à 2013, toutes mes tentatives de monétisation ont échoué. Tu m’étonnes. Avec un salaire de 4000 euros et la voiture de fonction, je n’avais pas assez le feu au cul pour y arriver.

Les blogueurs qui y arrivent ont des boulots de merde. Ils en bavent. Aller au travail est un supplice.

Alors ils s’arrachent toute la nuit sur leur projet pour y arriver.

C’est quand je me suis fait virer, avec un handicapé à la maison, que j’ai commencé à gagner ma vie en ligne. Vous croyez que c’est un hasard ?

Bien sûr que non.

J’avais le couteau sous la gorge.

Le petit cadre obéissant n’arrivera pas à gagner sa vie en ligne. C’est comme pour les groupes de rock. Il faut les dents, pour tout donner.

Et pour ceux qui veulent tenter l’aventure malgré le confort ouaté de leur situation ? Brulez les bateaux, comme Cortes l’a fait en débarquant au Nouveau Monde. Prenez une décision radicale, si vous avez tant envie de changer de vie.

Action : demandez-vous sincèrement ce que vous êtes prêt à risquer pour changer de vie

Problème n°4 : pas de mentor

Les 10 premières années de ma vie professionnelle ? L’industrie. Et j’ai évolué plutôt vite.

Pourquoi ? J’ai eu la chance de travailler avec des gens talentueux et expérimentés qui m’ont appris les ficelles des usines. Rapidement, j’ai développé une compétence : résoudre les problèmes opérationnels.

Vous n’avez pas idée du nombre d’usines dans lesquelles c’est un joyeux foutoir, qui tient plus de l’équilibrisme que de la production planifiée et carrée.

Alors quand je me présentais à des entretiens d’embauche, je leur disais :

« Ma valeur ajoutée, c’est d’aller sur le terrain, de résoudre les problèmes, et de faire tourner. Je connais les outils. J’ai l’expérience. Je l’ai déjà fait là, là, et là, de cette façon. Oui, je suis cher. ».

C’est pour cette raison qu’à 30 ans à peine, j’étais au comité de direction d’une usine de 400 personnes. Parce que des bons mecs m’avaient pris sous leur aile, et que je buvais leurs paroles.

Je l’ai fait aussi en blogging. J’ai un mentor. Ou plutôt, nous sommes "co-mentors".

C'était un de mes premiers clients coaching, et le courant est tout de suite passé.

Mon ami est un blogueur surdoué, qui a des résultats incroyables, et des valeurs humaines exemplaires. Vous voyez ces blogueurs qui font les malins au volant de leur Ferrari et qui friment avec leurs montres, et qui chient sur leur audience ?

Ben lui, c’est l’inverse.

Et il gagne plus que ces mecs.

Chaque semaine, on s’appelle. Je lui ai passé l’adresse de mon comptable. Lui, de son avocat fiscaliste. Il m’a conseillé une nouvelle organisation de production de contenu. Je lui ai suggéré une idée de formation.

On ne vend pas de la même façon, on n’a pas la même opinion sur tout, et c’est justement ça qui est cool. On parle idées. Business. Développement. Management. Organisation. Politique. Fiscalité. Structuration de sociétés. Outils blogging.

Il m’a fait progresser, et j’espère avoir pu l’aider un peu également. Quelle chance.

Vous avez besoin de cela.

Une personne de confiance, qui connait le métier internet, pour échanger avec elle, en confiance. C’est juste une incroyable locomotive.

Nous sommes devenus des amis proches. Quand ma fille se mariera, il sera à ma table.

Action : allez à des évènements blogging, parlez aux gens, et peut-être que le destin mettra un diamant sur votre chemin.

Tout est faisable

Tout ceci est faisable. Réussir en ligne, c’est le bon positionnement, la crédibilité par le contenu, et la promotion de contenu.

C’est un travail de répétition. La répétition amène le progrès. Ce n’est pas sexy, je sais. Vous auriez voulu découvrir « une astuce », un « hack ». Il y en a peu en réalité.

Aurez-vous la ténacité de travailler en mode habitude ? A quel point voulez-vous changer de vie ? Etes-vous capable de créer une communauté par la force de vos contenus ? Avez-vous un professionnel d’internet avec qui échanger en confiance ?

C’est ce qui trace une ligne dans le sable, entre ceux qui transforment leurs idées en or, et les autres.

André Dubois
 

En ce moment, André doit être encore en train d'écrire un article de 3000 mots. Tout cela pour un objectif: vous apprendre à bloguer si bien que vous pourrez en vivre.

Cliquez ICI pour commenter 37 commentaires
Natacha Besel

Entièrement d’accord avec cet article so punchy ! Comme toujours 🙂 Pour ma part il ne me manque plus que le mentor. Pas toujours facile de trouver la bonne personne. La valeur ajoutée de cet article, selon moi ? La stratégie secrète du blogueur efficace dévoilée (et plutôt deux fois qu’une). C’est ça. Et le truc que j’ai remarqué c’est qu’on a beau révéler des secrets, parfois les gens passent à côté. Merci André, c’est toujours un plaisir de te lire.

Répondre
    André Dubois

    Merci Natacha, en effet, le succès est avant tout une histoire de persistance!

    Répondre
Claire

Bonjour André,

Merci pour cet excellent article.
Tu es déjà un mentor pour moi
Merci pour toutes les connaissances dont tu nous fais profiter.

Bonne journée,
Claire

Répondre
    André Dubois

    Merci Claire, ca fait plaisir à lire.

    Répondre
Sébastien

Bonjour André,
Votre article est vraiment très enrichissant.
Merci pour tes conseils qui me font toujours du bien.

Répondre
    André Dubois

    Merci Sébastien.

    Répondre
Benjamin Doumerc

Merci pour l’article André !
J’ai beaucoup apprécié le passage sur la raison pour laquelle un blogueur dos au mur aura plus de chance d’y arriver.
C’est malheureusement triste à dire mais oui il faut parfois des baffes pour se concentrer et se focaliser sur la croissance…

En tout cas, ça fait plaisir de se faire remettre les idées en place avec tes articles ahah

Bonne journée !

Répondre
    André Dubois

    Oui, je pense que si tu mets tout dans le projet, c’est sans doute plus efficace…

    Répondre
Natacha Guillaume - Heureux Sans Couches

Ça y est j’ai trouvé mon mentor : toi! 😉
Sans rire, merci pour tes articles et vidéos, ça fait avancer!
Natacha

Répondre
    André Dubois

    C’est gentil!

    Répondre
Hermann

Merci André. C’est un plaisir de t’avoir connu et tu as été toujours là.

Répondre
Adrien HOUIZOT

Bonjour André,

Encore un article d’une précision chirurgicale. Bravo.

Sur la partie stratégie et sur le fait de se fixer des objectifs concrets, je rajouterais qu’il est indispensable de mesurer ses performances, et principalement le nombre d’inscrits à sa liste d’emails dans un premier temps. C’est l’indicateur qui compte vraiment quand on débute.

Et comme on dit, « tout ce qui se mesure, s’améliore ! »

Au plaisir de te lire,
Adrien
niches-detective

Répondre
pierre

Super article !
Bon je viens de comprendre pourquoi ça ne décolle pas dans mon cas. Je suis salarié et très bien payé.
J’ai 50 ans et j’ai fait le tour de mon métier; le travail n’est plus passionnant mais n’est pas non plus un calvaire.
Mais de là à tout lâcher, c’est chaud !

mais je pense que tu as raison sur le fond: c’est au pied du mur que l’on voit le mieux le mur !

Répondre
    André Dubois

    Oui, c’est chaud, et c’est une décision lourde, à réflechir.

    Répondre
Fabrice

Contenu impactant comme d’habitude !!
Maintenant il ne reste plus qu’à adopter ces bonnes habitudes et s’y tenir.
Il faut impérativement que j’y arrive.
Merci André

Répondre
    André Dubois

    J’espere que tu y arriveras Fabrice.

    Répondre
Lisa

Merci j’ai adoré cet article!!! C’est la routine que j’ai le plus de mal à installer. je me laisse disperser. Tu as tellement raison, c’est la clé. D’autant que j’adore travailler sur mon support. Merci

Répondre
Pascal

Encore un excellent article.
merci André. oui, il faut savoir brûler les bateaux.
Mais c’est tellement difficile, surtout quand tu es dans une situation confortable ( comme le dit Pierre plus haut).
Et parfois le destin pousse à passer à l’action.

Répondre
    André Dubois

    Je partage ton point de vue. C’est le coté positif de mon licenciement. Sans cela, pas sur que j’aurais atteint mes résultats.

    Répondre
Tirelire

Pour ma part, je me suis volontairement mit face au mur. Le RSA et 2000€ de côté, me donnant 6 mois pour ranker. Si je ne rank pas, je devrais retourner travailler et je ne conçois pas cette alternative. Donc je vais faire tout ce qui est en mon pouvoir pour ranker et manifester plus de détermination que tous mes concurrents.

Répondre
    Geoffrey

    Brûler les navires est une bonne technique pour arriver à de beaux résultats !

    Répondre
      André Dubois

      Un peu radical, mais cela force à avancer.

      Répondre
    André Dubois

    Bravo, c’est très courageux.

    Répondre
Timothée

Super article, comme toujours !
Les petites vannes sur les blogueurs rolex font toujours du bien.
Merci André !

Répondre
    André Dubois

    Merci Thimothée. Ah oui, le marketing de la frime… Bon cela marche, mais c’est tout de même très court terme. Si demain un autre arrive avec une plus belle montre, comment faire…

    Répondre
Geoffrey

Un de tes meilleurs articles.
L’essentiel est la.
Bravo.

Répondre
    André Dubois

    Merci Geoffrey.

    Répondre
QUENTIN BOULET

Merci André pour cet article très inspirant.
J’ai trouvé que le fait d’avoir le fait d’avoir pas d’autres choix que développer correctement sa plateforme avec une bonne stratégie lorsqu’on a plus de travail est vraiment une réalité. Le blogging c’est un sport de battant!

Répondre
    André Dubois

    Oui, c’est du sport, on peut le dire 🙂

    Répondre
Paul Pierrin

Bravo pour cette article ! très enrichissant et intéressant, j’adhère complétement à ce que tu décris 🙂

Répondre
Alex

Salut André,

Je viens de découvrir ton blog (via la recommandation de la chaîne Marketing Mania) et je dois dire que je suis impressionné.

J’ai consulté énormément de blogs et de sites web sur les thèmes centraux de mon activité (rédacteur web / copywriter) et AUCUN ne m’a donné une telle sensation. J’ai lu un article, puis, évidemment, un second, puis un troisième. En fait, je ne pouvais pas m’arrêter. Tout ce que tu écris est tellement d’une grande qualité qu’il n’y a pas moyen de quitter ton blog sans remord.

Tu t’es placé en une telle référence de ton domaine que tes visiteurs sont obligés de mettre ton blog en favori par peur de passer à côté de quelque chose.

Les informations que tu fournis, couplées à ton écriture persuasive et intense, sont extrêmement puissantes.

Je n’ai pas de blog pour le moment, c’est dans mes projets sur le long terme, donc je ne suis pas réellement ton lecteur-cible, et pourtant, je vais quand même suivre assidûment ton travail.

Encore merci pour cette découverte, qui apporte une vraie plus-value, en comparaison des milliers d’autres blogs sans intérêt qui traînent sur le web.

Répondre
Nicolas GALLI

Très bon article (comme toujours), OUI MAIS… Je ne suis pas tout à fait d’accord pour dire que la seule solution pour réussir est d’être au bord du précipice et d’avoir le couteau sous la gorge. Perso, dans cette situation je ferais de la « m…de » affolé par l’urgence. Certes je serais plus motivé que jamais mais pas forcément plus efficace.

Je blogue, avec un CDI, justement pour pouvoir être libre de mes choix.

Plus je te lis plus je sens que tu es cérébral, en ce sens que tu ne prends pas de décision en te laissant dépasser par tes émotions… Ta tête a toujours le dessus. J’admire ton parcours (vie pro + vie perso) mais je suis convaincu que MOI cela ne me convient pas de « brûler mes bateaux ».

Pour la dernière partie / au choix d’un Mentor, je suis 100% aligné, si ce n’est qu’on peut en avoir plusieurs 🙂

Merci encore

Répondre

Commenter: