6

Les indicateurs business que je regarde régulièrement pour mon blog et ma chaine YouTube

On ne contrôle que ce que l’on mesure.

Vous n’imagineriez pas faire un régime sans passer sur la balance une ou deux fois par semaine. Histoire de voir si les heures de sport et les assiettes de poulet – haricots verts donnent des résultats.

Même chose pour votre entreprise en ligne.

Pour savoir si elle tourne correctement, vous devez brancher l’électrocardiogramme. Avoir quelques données. Juste pour savoir si vous êtes sur la bonne voie. Si l’avenir s’annonce radieux, ou nuageux.

Et les données financières ne sont pas les seules qui comptent, loin de là.

Au cours de mes années blogging, j’ai passé pas mal de temps sur cette question. Quelles infos chercher ? Lesquelles écarter ? Comment ne pas y passer trop de temps ? J’avoue avoir pas mal louvoyé…

… au début, je tombais dans le piège de la surinformation. Créer une avalanche d’indicateurs, pas tous utiles, au risque de se perdre et de ne plus savoir sur quoi agir.

Comme cela ne fonctionnait pas, il est arrivé ce qui devait arriver : j’ai arrêté de m’en occuper.

Puis au fil des années, j’ai commencé à me réintéresser à la situation. Mais au lieu de chercher à compiler le maximum d’informations, j’ai laissé faire le temps.

La main invisible du marché devait faire son œuvre. Si je constatais au fil du temps que cela était rapide et utile, je continuerai à remplir mes tableaux.

Et sans y penser, j’ai créé un système simple et utile, axé sur les données que je juge importantes.

Je vais les partager avec vous. Je ne dis pas que c’est la panacée. Mais en tout cas, cela fonctionne pour moi.

Voici donc les indicateurs de performance de mon entreprise, et comment je les suis.

Ma routine « KPI » (key performance indicators) hebdomadaire.

Chaque lundi, je rentre quelques chiffres dans un tableau Excel.

Nombre d’abonnés newsletter ainsi que le delta

Ainsi, j’ai une vision claire du nombre d’abonnés gagnés chaque semaine. Je sais si mes contenus ont engagé, si mes campagnes de pub (lorsque j’en ai), donnent du jus.

Attention, ce chiffre prend parfois une claque, puisque deux ou trois fois par an, j’épure ma liste de tous ceux qui n’ont pas ouvert un email depuis 3 ou 4 mois. Je me mets une petite note en plus quand je fais ce nettoyage.

Nombre d’abonnés YouTube

Chaque semaine, mon évolution du nombre d’abonnés. Comme je l’ai expliqué dans une vidéo, ce chiffre ne me tracasse pas. Je pourrais aller chercher des mots clés à trafic important, mais je préfère rester focalisé « blogging - YouTube hardcore ». Je récolte moins d’abonnés, mais ils sont ultra-qualifiés. La vérité n’est pas dans l’ego, mais dans les ventes. https://www.youtube.com/watch?v=yIFObAbTE1c

Mon chiffre d’affaires prévisionnel

Chiffre qui est révélateur de l’avenir. Très important ! Comme vous le savez, sur TraficMania, la plupart des produits sont vendus avec un paiement en une fois, soit en plusieurs fois.

Et effectivement, un bon nombre de mes clients choisissent la facilité de paiement.

J’aime donc savoir combien j’ai dans le tuyau (ce matin, c’est environ 40 000 euros).

Ce chiffre est un indicateur de tendance idéal. S’il monte, cela signifie que le mois prochain sera prometteur. S’il baisse, cela signifie que la tendance s’inverse. Évidemment, ce chiffre est aussi lié aux types de produits que je propose. Si c’est une formation à 99 euros, proposée uniquement en plusieurs fois, il stagne. Si c’est un coaching à 2000 euros, payé en 3 fois, il s’envole.

Comment je trouve ce chiffre ? C’est une fonctionnalité de Kooneo. Dans la partie stats, il ya ce tableau de CA prévisionnel. Chaque jour, il prend en compte le reste à percevoir. Et chaque lundi, je regarde combien, et je le consigne.

Ma routine journalière : les ventes

Le nerf de la guerre.

Je consulte mes ventes d’une façon très simple. Avec mon smartphone, sur mon compte Kooneo. Je sais instantanément combien j’ai vendu depuis minuit, et quels produits. Cela ne me prend que 2 secondes à regarder.

En général un petit coup d’œil le matin, en attaquant la journée. Et puis encore un regard à midi, et le soir. C’est vraiment le seul indicateur que je regarde chaque jour.

Si vous me demandez combien de visiteurs sont passés sur le blog la semaine dernière, je ne sais pas. Si vous me demandez à midi combien j’ai vendu aujourd’hui, je le sais, à l’euro.

Ma routine indicateur mensuelle

Je suis résident français avec une entreprise immatriculée en France. J’ai donc un certain nombre d’obligations déclaratives.

Ainsi chaque mois, je transmets un certain nombre d’informations à mon expert-comptable, qui s’occupe du reste.

A cette occasion, je regarde quelques autres chiffres :

Mes ventes affiliées :

Vous le savez, je suis affilié à Thrive Themes, une société suisse qui crée d’excellents plug-ins WordPress, très utiles à ceux qui prennent leur marketing au sérieux. Je ne pousse pas énormément à la vente de ces produits, j’en parle dans mes formations, ou au fil de quelques articles, mais cela est suffisant pour me générer entre 800 et 1400 euros de commissions chaque mois.

Chaque mois, Thrive me fait un virement PayPal que je transfère ensuite sur le compte bancaire de ma société. Et je consigne ce chiffre dans un tableau, que je transmets au comptable.

Ventes de chaque site :

Ma société centralise les ventes de plusieurs blogs / chaines. TraficMania est bien évidement le plus gros de ces business, mais chaque mois, je regarde en détail combien ma chaine de Judo / Jujitsu a généré (ouf, le confinement a pris fin, les ventes ont repris), ainsi que mon blog sur le tir sportif, qui tourne avec un simple tunnel et dont je ne m’occupe quasiment pas.

Chaque moi, je mets donc les ventes par site dans un tableau.

Les indicateurs que je ne regarde pas

Le trafic :

Je sais que cela va vous sembler dingue, mais je ne me connecte quasiment jamais à Google Analytics, et je ne regarde pas non plus le nombre de vues YouTube.

Je ne connais pas le trafic de TraficMania, c’est un comble.

Parce que pour moi, le nerf de la guerre, ce sont les inscrits et les ventes. Le trafic, c’est en fait assez secondaire…et lié aux inscrits.

Le temps de réponse email :

Mon logiciel de support client, Front App, peut me donner une quantité de donnés sur le nombre d’emails du support, les temps de réponse, etc. je ne m’en occupe pas.

Ma salariée les traite tous les jours. Elle me transmet les cas pointus. J’y réponds sous 48h max. Tant que la file est vide, cela me suffit.

Ce que je regarde de façon ponctuelle

Mes performances publicitaires

Il m’arrive de faire de la publicité pour générer du trafic et des inscrits, mais pas tout le temps. Évidemment, monitorer cette dépense importante (quand j’y vais, ce sont plusieurs milliers d’euros chaque mois) est essentiel.

Pour cela : j’ai installé les codes de tracking Facebook et Google sur mes pages d’inscription, et sur les fiches articles de mes produits.

Ainsi, je sais exactement combien la publicité me génère d’inscrits et de ventes. Je peux ainsi tester l’efficacité de mes campagnes.

Ma performance n-1

Ma solution de paiement sécurisé Stripe me donne un indicateur très intéressant : la possibilité de mesurer une performance actuelle versus une performance passée.

Ainsi, je sais que mes ventes Stripe ont augmenté de 130.5 % sur les 12 derniers mois. Que mon nombre de clients a augmenté de 38.6%. Conclusion : mes clients raffolent de mes formations, ils en achètent plusieurs.

Pas besoin d’avoir des tonnes d’indicateurs pour vérifier qu’un blog ou une chaine marche.

Si vous deviez vous lancer, je vous conseillerais 2 indicateurs : le nombre d’inscrits, dont vous devez surveiller l’évolution chaque semaine, et vos ventes.

Cela prend 5 minutes. Et à force, cela devient même un outil de motivation. En effet, lorsque vous regarderez votre tableau, sur 6, 12 mois, et que vous constaterez l’évolution positive, vous n’aurez qu’une envie : continuer vos efforts, arracher la moquette, et continuer à croitre.

André Dubois
 

En ce moment, André doit être encore en train d'écrire un article de 3000 mots. Tout cela pour un objectif: vous apprendre à bloguer si bien que vous pourrez en vivre.

Cliquez ICI pour commenter 6 commentaires