33

9 conseils d’écriture de Guy de Maupassant que vous pouvez appliquer au blogging

astuces écriture Guy Maupassant
Vous aimeriez avoir quelques conseils pour rendre vos articles puissants et irrésistibles ? Juste pour décoiffer et fidéliser vos lecteurs. Et au passage, construire l’autorité de votre blog.

Je vais vous aider.

Et je ne vais pas vous donner quelques conseils trouvés dans un vulgaire bouquin marketing, ou dans un recueil de copywriting écrit par un gourou auto-proclamé de la persuasion.

Je vais faire beaucoup, beaucoup mieux.

Je vais vous faire profiter des conseils d’un génie littéraire absolu. Le genre de personne qui a laissé son nom à des dizaines d’écoles dans le pays. Et qui aujourd’hui encore, est considéré comme un des plus grands. Guy de Maupassant.

Maupassant a écrit 6 romans et quelques centaines de nouvelles, avant de sombrer dans la démence et de mourir à 42 ans. Plus de 120 ans après sa mort, son œuvre exceptionnelle reste une des plus lues au monde, et l’une des plus adaptées au cinéma et à la télé.

Il se trouve que je suis tombé sur une pépite, au hasard d’une de mes lectures.

La préface de « Pierre et Jean ». Quelques pages dans lesquelles Maupassant donne sa vision du roman, de l’écriture et confie les hésitations du début.

Ce qui est amusant, c’est que cette préface est presque plus célèbre que « Pierre et Jean ». Nombreux sont les lycéens qui doivent bachoter sur ce passage.

Si vous voulez le lire, c’est ici : ce livre est disponible gratuitement sur la boutique Amazon Kindle (l’œuvre est tombée dans le domaine public). Plus d’excuses.

Ce qui me plait le plus dans ces pages, c’est que Maupassant ne cache absolument pas les hésitations et les difficultés qu’il a eues. Et quel point il au de la chance de pouvoir fréquenter Gustave Flaubert, qui l’a patiemment guidé pour faire de lui un meilleur auteur.

Si même Maupassant doute de son talent, nous, pauvres blogueurs, pouvons retrouver le sourire et arrêter de nous tourmenter.

Je me suis amusé à piocher 9 passages de cette préface, et j’ai essayé de faire le lien avec le blogging. Pour que chacun d’entre nous puisse essayer d’en retirer quelque chose…

Allons-y, regardons ce que conseille le maître.

Pas de vocabulaire bizarre, compliqué

« Il n’est point besoin du vocabulaire bizarre, compliqué, nombreux et chinois qu’on nous impose aujourd’hui sous le nom d’écriture artiste, pour fixer toutes les nuances de la pensée. »

Vous savez quelle est votre mission blogging ? Expliquer les choses compliquées de la façon la plus simple possible. Si vos lecteurs se disent qu’ils ne comprennent rien à ce que vous écrivez, ils ne vous suivront pas.

Eliminez le jargon technique. C’est méprisant. Prenez ce qu’il y a de plus complexe dans votre thématique, et expliquez-le, brique par brique.

Vos lecteurs se sentiront aidés, respectés, et compris. Et vous aurez prouvé votre autorité.

Faites-moi rire. — Faites-moi frémir. — Faites-moi pleurer

« Le public est composé de groupes nombreux qui nous crient : — Consolez-moi. — Amusez-moi. — Attristez-moi. — Attendrissez-moi. — Faites-moi rêver. — Faites-moi rire. — Faites-moi frémir. — Faites-moi pleurer. — Faites-moi penser. »

Oh, ce point est fondamental pour la réussite de votre blog. Informer, ce n’est que la moitié de votre travail. Je pense même que l’information n’est pas la clé du succès.

Exemple.

Imaginez que vous cherchiez des infos sur le trafic internet. Vous lancez Google et vous tombez sur des dizaines d’articles qui donnent plus ou moins les mêmes astuces. Faites des articles invités. Utilisez les réseaux sociaux. Faites du référencement. Bla-bla-bla.

Vous parcourez tout cela, vaguement.

Et si vous tombiez sur un article différent.

Quelqu’un qui vous dise ce que l’on ressent quand on a un projet fou : vivre d’un blog. Et ce que cela fait, chaque jour, de se battre pour être lu, et comment cela vous transperce, chaque matin, quand vous regardez vos chiffres faiblards.

La déception. Le rêve que vous devez ravaler.

Et si cette personne vous montrait un chemin.

Vous avez envie de la suivre. Parce que vous vous êtes senti compris. Non seulement vous avez appris quelque chose en lisant son article, mais en plus, vous avez été touché. Réveillé. Secoué. Emu.

Si vous tombiez sur ce genre de blog, vous ne manqueriez pas un seul article.

Vous devriez appliquer ce conseil de Maupassant. Consolez vos lecteurs. Amusez-les. Faites-les rire. Faites-les pleurer. Faites-les penser. Et votre succès dépassera vos espérances.

Nos yeux, nos oreilles, notre odorat, notre goût différents créent autant de vérités qu’il y a d’hommes sur la terre

Vous avez votre propre vision des choses.

Votre histoire. Votre savoir. Votre caractère.

Et c’est pour cela qu’il n’y a aucune thématique bouchée. Je suis devenu un des gros blogueurs webmarketing alors qu’il y avait déjà des centaines de blogs déjà en place.

J’ai simplement amené ma patte, ma couleur. Et ceux qui m’ont lu se sont dit : « tiens, ce qu’il dit n’est pas si bête ».

Il y a quelque chose qui vous distingue. Il y a des choses que vous voyez différemment des autres. Et vous avez la volonté de le partager avec votre audience ? Vous y arriverez.

Le talent provient de l’originalité, qui est une manière spéciale de penser, de voir, de comprendre et de juger

Attention, celui-ci est un fusil à deux coups.

Votre originalité nourrira votre talent.

Soit.

Mais honnêtement, qui, a par les génies, à une manière spéciale de penser ? L’immense majorité de la population a une pensée moyenne (moi y compris). Pareil pour la capacité de compréhension. Certains carburent plus vite que d’autres, mais ils sont rares.

Désespérant ? Cela signifie-t-il que vous votre blog est condamné à la banalité ?

Non.

Car voici venu le second coup, la solution.

Le talent n’est qu’une longue patience, travaillez

« Je ne sais pas si vous aurez du talent. Ce que vous m’avez apporté prouve une certaine intelligence, mais n’oubliez point ceci, jeune homme, que le talent — suivant le mot de Buffon — n’est qu’une longue patience. Travaillez. »

Voilà la lumière au bout du chemin.

Cette phrase est prononcée par Gustave Flaubert, qui a aidé Maupassant à améliorer son écriture à ses débuts. Amusant de penser que même Maupassant a trimé avant d’être satisfait de son travail. Et qu’il a été demander de l’aide.

Le message ? Vous avez du talent. Vous avez de l’originalité. Mais ces trésors sont cachés sous une grosse couche de glaise. Pour le moment.

Pour les faire apparaître, il n’y a qu’un seul moyen : travaillez. Lisez chaque jour, et écrivez chaque jour. Je vous assure que çà marche. Je commence à me dire que j’écris des articles de blogs corrects. Mais lorsque je relis mes premiers posts, ceux de 2010, j’ai un peu honte.

Je suis à des années lumières d’être un écrivain. Je suis juste un bon blogueur. Et c’est venu en usant mes doigts sur le clavier, chaque jour.

Dernier conseil : n’écrivez pas beaucoup. Ecrivez souvent. Vous tiendrez la distance plus facilement. L’écriture régulière fera apparaitre l’originalité et un talent dont vous n’aviez pas idée, je vous le promets.

Qui peut se vanter d’avoir écrit une phrase qui ne se trouve déjà quelque part

« Qui peut se vanter, parmi nous, d’avoir écrit une page, une phrase qui ne se trouve déjà, à peu près pareille, quelque part. »

Une invitation au plagiat ? Absolument pas.

Je pense plutôt à la lassitude du génie qui se rend compte qu’il n’est pas le seul à ce niveau. Maupassant sait écrire. D’autres grands écrivains aussi.

Et pour nous, simples blogueurs ? Prenez-le comme un encouragement à vous dépasser. Peut-être que les sujets dont vous voulez parler ont déjà été abordés par des concurrents. C’est certainement le cas d’ailleurs.

Pas grave. Faites mieux. Plus complet. Plus drôle. Plus choquant. Différent. Cet article que vous lisez en ce moment, n’est qu’une énième variation de « comment écrire un article de blog ». C’est ultra-rabâché. Pourtant, je suis certain que si vous êtes encore là, c’est parce qu’un petit quelque chose vous a plu.

Il s’agit de regarder assez longtemps pour découvrir un aspect qui n’ait été vu par personne

« Il s’agit de regarder tout ce qu’on veut exprimer assez longtemps et avec assez d’attention pour en découvrir un aspect qui n’ait été vu et dit par personne. »

Qu’est ce que je vous disais. Il y aura toujours une manière d’amener quelque chose sur n’importe quel sujet.

Ca marche aussi sur les formations. Mes concurrents ont tous pondus une formation trafic. Alors j’ai créé une formation sur les concours blogging. Le résultat est le même : le trafic. Mais mon cours est unique. C’est pour cela qu’il marche si fort.

Pour en finir, Maupassant ajoute : « la moindre chose contient un peu d’inconnu. Trouvons-le. C’est de cette façon qu’on devient original. Ayant, en outre, posé cette vérité qu’il n’y a pas, de par le monde entier, deux grains de sable, deux mouches, deux mains ou deux nez absolument pareils. »

Ne jamais avoir recours à des supercheries pour éviter la difficulté

« Ne jamais avoir recours à des supercheries, même heureuses, à des clowneries de langage pour éviter la difficulté. »

Internet est rempli de requins qui vous feront croire que gagner de l’argent en ligne est facile, et sans effort. Inratable, même. Commencez déjà par leur lâcher un peu de pognon, et découvrez la méthode secrète des millionnaires.

Il n’y pas de méthode secrète. Pas de tapis volant, ni de pierre philosophale.

Il n’y a que des efforts. De la stratégie mûrement réfléchie. Il n’y a que votre capacité à instaurer de la confiance, avec votre contenu. Avec votre support.

Votre audience est prête à entendre la vérité. Changer sa vie, c’est difficile. Gagner sa vie en ligne, c’est difficile. Progresser dans n‘importe quelle thématique, c’est difficile.

Ce n’est pas un problème. Parce que votre audience à avant tout besoin d’être motivée, inspirée. Pas manipulée.

Pousser autant que possible à tenter des voies nouvelles

« Un critique intelligent devrait, au contraire, rechercher tout ce qui ressemble le moins aux romans déjà faits, et pousser autant que possible les jeunes gens à tenter des voies nouvelles. »

La plupart des gens subissent. L’école, puis un travail pas toujours intéressant. Et ils s’auto-persuadent que cette vie ne peut pas changer. Ou que si elle ne change pas, c’est la faute du gouvernement, des autres.

Nous, les blogueurs, avons tenté une autre voie.

Quand je me suis retrouvé au chômage en 2013 , j’ai senti qu’un moment spécial était venu. Qu’il fallait que je tente autre chose. Sinon, quelques années plus tard, je me serai retourné sur ma vie et j’aurais été bouffé par les regrets.

Je sais que cela semble « bateau » : mais vous aussi, vous essayez cette autre voie. Vivre avec plus d’indépendance.

Vous savez que ce ne sera pas facile.

Mais vous savez que si vous ne faites rien de nouveau, un jour, vous aussi, vous retournerez sur votre passé. Et vous risquez de regretter amèrement les opportunités manquées.

Maupassant détestait ses premières œuvres. Il s’est fait aider par Flaubert, et il s’est accroché. Et il a fini par écrire des chefs d’œuvres lus sur toute la planète depuis plus d’un siècle.

Je ne dis pas que vous atteindrez ce genre de résultats. Je ne sais même si c’est ce que vous souhaitez. Mais ce que je sais, c’est que cet exemple est exactement celui que vous devez suivre.

André Dubois
 

En ce moment, André doit être encore en train d'écrire un article de 3000 mots. Tout cela pour un objectif: vous apprendre à bloguer si bien que vous pourrez en vivre.

Cliquez ICI pour commenter 33 commentaires