38

6 étapes pour bloguer au paradis

Je me souviens du jour où j’ai décidé de tout changer.

Au bureau. Mon chef a relevé les yeux, et m’a regardé en souriant.

« Bravo. Tu as vraiment bien travaillé cette année. J’apprécie de pouvoir compter sur des éléments comme toi ».

Tu m’étonnes coco. Après avoir bossé un an à redresser la logistique que tu étais infoutu de gérer, ces mots m’ont fait du bien.

J’attendais la suite.

« Voilà, reprit mon chef. J’ai bien compris qu’un tel boulot nécessite un geste fort, alors je me suis battu auprès de la direction pour que tu sois récompensé, crois-moi. Nous avons décidé de t’augmenter de 1.6% ».

Argh. Lui jeter mon téléphone à la tête.

Mais non. J’avale ma salive et sort « un merci », les dents serrées.

Cette année-là, J’avais fait économiser 300 000 euros à l’entreprise. Ma récompense : quelques dizaines d’euros en plus, et la reconnaissance provisoire de ma hiérarchie. Avec en plus cet idiot qui me sourit, fier comme s’il venait de d’inventer le pain en tranche. J'ai de quoi être fier: je suis un contributeur clé m'a-t-il dit. Du baratin qu'il a dû lire dans "le management pour les nuls".

Oh, je savais très bien comment marchent les entreprises. La non reconnaissance. La routine. Les réunions interminables, et les décisions lâches ou absurdes. Ce n’était même pas une surprise. Mais naïvement, je croyais encore que bien bosser suffisait pour mieux gagner sa vie.

Il fallait que cela change.

Le soir même, je créais mon premier blog WordPress. Décidé à apprendre un art qui me permettrait un jour de reprendre ma liberté.

Ce qui fait pousser les ailes des blogueurs

Un jour vous vous rendez compte que vous n’êtes qu’un mouton, dans l’immense troupeau de notre société.

Vous réalisez que le temps passe vite et que vous avez besoin de quelque chose de plus. Que la carrière, la consommation de masse ne sont que des mirages.

Un jour, il y a simplement un déclic. Vous réalisez que vous avez peut-être le confort, mais que vous n’êtes pas heureux.

Vous regardez votre ordinateur et votre box internet. Vous vous dites pourquoi pas moi. Alors vous installez WordPress, et vous commencez. Aussi simplement que cela. Peu de business demandent aussi peu pour démarrer. C’est la beauté de la chose. Pas besoin de piston. De capitaux. Juste besoin d'utiliser sa tête. Le blogging nous met tous sur un pied d’égalité.

Mais qu’est-ce qui vous pousse à travailler en ligne, de chez vous ?

Certains veulent simplement plus de temps

Il y 2400 ans, Diogène disait que ceux qui travaillent plus de 3 heures par jour sont des esclaves. Le progrès nous a fait régresser sur ce point.

Vous connaissez les journées à rallonge ? Les 12 heures au bureau ? Les postes de 7 heures devant une machine ? Les heures debout devant une classe qui pense à autre chose ?

Yep: vous avez l’impression de nourrir un système en échange de votre propre vie.

Reconnaissons-le : le blogging ne demande pas autant d’heures de travail. 20 heures par semaine.

Et ceci grâce à la technologie.

Envoyer un email à 10 000 personnes ? Deux minutes. Vendre et livrer des produits ? C’est transparent : votre blog et vos pages de ventes sont ouverts 24/24. Vous pouvez toucher des milliers de gens en quelques clics grâce aux réseaux sociaux.

Aucun business n’a une telle productivité. Vous créez une machine qui ne s’arrête jamais, qui travaille seule, et qui n’est jamais fatiguée. Sa fonction : il y rentre des lecteurs, il en sort quelques clients.

Et vous n’avez alors plus que quatre choses à faire :

  1. réfléchir à votre stratégie,
  2. vous former,
  3. produire ou faire produire du contenu,
  4. et le promouvoir.

Certains veulent retrouver un sens à leur existence

Imaginez ce que ressent un prof de philosophie que parle de Kant à une classe biberonnée à la télé réalité et à Instagram.

Imaginez ce que je ressentais durant ma première année professionnelle, lorsque je devais produire plus de 50 graphiques en tout genre qui ne donnaient lieu à pleins de réunions, et jamais aucune décision.

Imaginez ce que ressent une personne qui soude la même pièce, encore et encore, 7 heures par jour.

Un vide abyssal.

Un sentiment d’inutilité. Mon père me disait : « c’est mieux que le chômage ».

Je n’en suis pas si sûr. Ne pas travailler provoque une insécurité matérielle, c’est vrai. C’est angoissant, mais il y a quelques filets de sécurité, notre cher système de protection sociale. Et on peut toujours se débrouiller pour grappiller quelques centaines d’euros en ligne.

Faire un travail inutile est simplement abrutissant.

C’est un vers qui vous ronge, et qui provoque la détresse. Certains arrivent à se résigner et se disant que c’est comme cela. D’autres compensent en s’investissant dans des associations, ou en attendant leurs 3 semaines de liberté en août.

Je préfère avoir un travail qui me plait.

Car le blogging a du sens. Bloguer, c’est aider les autres. Bloguer, c’est maitriser son destin. C’est communiquer sur un sujet qui vous intéresse. Se connecter aux lecteurs. Voir que votre audience progresse, grâce à vous.

Je n’ai jamais ressenti de vide depuis que je blogue. Alors que ma vie professionnelle avait tendance à me rendre amer.

Certains veulent plus d’argent

Un millier d’articles ont été écrits sur la possibilité de gagner sa vie en ligne. Je suis encore étonné que des gens en doutent.

Oui, on gagne sa vie avec un blog (je gagne ma vie confortablement depuis presque 4 ans de cette façon). Oui, on peut s’enrichir en rédigeant pour les autres. Oui, on peut coacher des clients que l’on trouve en ligne. Oui, on peut vendre la quasi-totalité des biens et services via un site web.

Ce qui change le plus quand on est blogueur, c’est le regard à l’argent.

J’ai toujours gagné ma vie correctement sur le net. Je ne me suis jamais retrouvé dans une situation où j’aurai dû me dire : « j’abandonne, ça ne marche pas, je vais passer dans le rouge».

Jamais. Il m’est arrivé de faire des mois hallucinants, et j'en fait de plus en plus. Et il m’est arrivé aussi de gagner moins que dans mon ancienne vie.

Ce qui change, c’est que vous reprenez le contrôle. Vous avez le pouvoir de vous dire : « ok, le mois prochain, je mets le paquet. Je créé un produit, je lance un nouveau coaching, et je fais un pack en promotion. »

Et là, l’argent pleut littéralement. Vous gagnez en une semaine ce que vous mettez deux mois à dépenser.

Vous avez aussi le pouvoir de vous dire : « ok, là c’est bon. J’arrête, et je finis le mois à la cool. Prenons 3 semaines et voyageons. »

Vous ne vous retrouvez plus jamais dans la situation de bosser dur et d’être augmenté de 2.5% dans le meilleur des cas. Parce que lorsque vous faites les choses intelligemment, vous savez que le mois prochain vous pouvez gagner 10 ou 15 fois plus.

Vous devenez pleinement responsable de votre stratégie, et de vos revenus. Vous savez pourquoi vous vous défoncez. Les discussions des autres, parlant de leur participation ou de leur intéressement vont vous sembler sans intérêt.

Le temps, l’argent sont souvent des motivations pour travailler en ligne.

Mais le vrai moteur, c’est celui-ci.

Tous les blogueurs veulent être libre

Ok, vous voulez peut-être devenir riche. Ou avoir du temps pour vos enfants. Ou voyager, en travaillant en vous connectant au wifi d’un chalet de Patagonie.

Mais il y a autre chose, beaucoup plus puissante, qui vous pousse.

L’emprise.

Voici un exemple qui semble idiot mais qui montre bien le changement des mentalités lorsque l’on gagne suffisamment avec un blog.

A 37 ans, je me laisse pousser les cheveux. J’ai une touffe que je n’avais pas même à l’adolescence. Ils sont bien plus longs que sur la photo du blog. Mes clients en coaching sur Skype sont souvent étonnés. Pré-crise de la quarantaine ? Pas sûr.

Je pense plutôt que c’est l’affirmation que l’on a plus d’emprise sur moi. Pas de patron qui pense qu’un responsable de service doit avoir une chemise repassée et les cheveux bien nets. Plus de carcan de l’entreprise et de son assommante normalité.

Je m’en tape.

Les discussions de mes amis qui comptent les semaines de congés restantes me font hausser les épaules. Est ce qu'il me restera une semaine à poser en décembre? En réalité, je ne sais même pas combien j’ai pris de journées et de semaines pour moi l’année dernière.

Admettez-le.

Je suis persuadé qu’il y a quelque chose qui a une emprise sur vous, que vous ne le supportez plus.

Votre travail. Votre lieu de vie. Une routine. Une tenaille qui vous serre, et dont vous voulez-vous libérer. Larguer les amarres et vous exploser cette entrave. Et je le vois chez tous les blogueurs que je connais.

Travailler à son compte permet de retirer cette putain de laisse.

Franchir la barrière est incroyablement terrifiant

C’est un lieu commun, mais la liberté à un prix.

Le système déteste ceux qui sortent du cadre. Car ils le remettent en cause en montrant qu’un autre chemin est possible. Il faut taper fort sur les têtes qui dépassent, et c’est le rôle de la morale et des institutions. On vous mettra la pression, et vous vous la mettrez aussi.

Mais pensez à cela : je vis de mes blogs depuis quasiment 4 ans maintenant. Je suis marié. J’ai deux jeunes enfants.  Et le fait d’être blogueur plein temps n’a pas empêché un banquier de me financer l’achat d’un appartement à Lyon. Bon, il a quand même fallu que je lui explique mon travail. (Et j’ai vu la lueur de jalousie dans ses yeux.)

Moi aussi, j’ai eu quelques sueurs froides au début.

Ce qui est terrifiant, en fait, c’est la bascule entre votre boulot normal et le blogging. Ce saut dans l’inconnu.

Je vais vous aider à rationaliser. Pour passer de votre travail actuel à votre job, il y a 2 rochers à contourner pour éviter le naufrage.

  • Votre capacité financière à passer le cap
  • Votre capacité à avoir un blog qui marche

Voici comment faire.

Comment s’assurer que vous passerez le cap vers le blogging financièrement parlant

Prenez une feuille et un stylo.

Prenez vos relevés de banque, et regardez vos dépenses.

Soulignez en rouge les dépenses que vous pouvez éviter. Genre abonnement Bein Sport, vacances coûteuses et autres conneries.

Essayez de trouver le chiffre incompressible de vos dépenses. Loyer, santé, impôts, dépenses courantes. Tout ce dont vous avez besoin pour avoir une vie normale.

Notez ce chiffre minimum de dépenses mensuelles. C’est ce que vous devez générer.

Maintenant, imaginez le scénario du pire, le plus extrême.

Par exemple : vous demandez une rupture conventionnelle pour devenir blogueur. Imaginez que votre blog ne marche pas. Le pire scénario.

Combien de temps pourriez-vous tenir ?

Simple. Il suffit de calculer vos revenus :

Indemnité pôle emploi + épargne éventuelle dans laquelle vous piochez + salaire du conjoint.

Vous allez probablement vous rendre compte que vous pouvez tenir très longtemps, des mois, voire des années, avant que la situation ne devienne réellement critique. Et vous allez réaliser que votre blog ne devra pas générer tant que cela pour atteindre votre seuil de dépenses incompressible. Parfois, il suffit de faire 500 ou 600 euros de vente sur un blog, et vous arrivez à joindre les 2 bouts sans trop limiter votre niveau de vie.

Le ciel ne va pas vous tomber sur la tête.

Surtout si votre blog marche.

Comment avoir un blog qui génère assez de revenus pour en vivre durablement.

Ah désolé. Il n’y a pas de secrets. Il faut apprendre ce métier.

Vous ne deviendrez pas boucher sans formation. Vous ne serez jamais blogueur sans formation solide. Le blogging mérite un enseignement, et c'est ce que j'essaye de faire sur TraficMania. Vous avez besoin de cet investissement en savoir.

La solution la plus simple pour passer de salarié à blogueur professionnel

Vous n’êtes pas obligé de claquer votre démission demain.

Personnellement, j’ai dû m’y mettre après un licenciement, je peux vous assurer que ce fut abominablement angoissant.

Il vaut mieux faire les choses ainsi. Voici les 6 étapes vers la semaine (libre) de 20 heures:

  1. Gardez votre job.
  2. Dégagez-vous 20 heures par semaine. Levez-vous plus tôt, supprimez la télé, annulez le repas dominical, débrouillez-vous. Mais trouvez 20 heures par semaine, pour votre projet.
  3. Formez-vous avec des gens compétents qui vont vous montrer comment trouver la bonne idée, lancer votre blog, être crédible, créer du lien de confiance, et promouvoir votre blog. Comme moi, par exemple.
  4. Commencez à bloguer. Ne commencez jamais un blog sans savoir exactement ce que vous faites, vous allez prendre une gamelle, promis.
  5. Bloguez correctement. Commencez à vendre. Assurez-vous que ces revenus couvrent bien vos besoins financiers (reprendre vos savants calculs).
  6. Au revoir Président.

Pour le cycle complet, comptez 6 mois pour les plus doués, une année pour les autres. Je ne crois pas à la fortune facile en 6 semaines.

Le blogging, c’est comme traverser un océan en bateau

J’ai lu que seuls 5% des gens sont vraiment satisfait de leur boulot. Tous les recruteurs nous vendent le contraire, des photos de winners, qui s’éclatent dans leur job.

Mon œil.

Parmi vos connaissances, combien de salariés ou de fonctionnaires adorent vraiment ce qu’ils font ? Pour beaucoup, c’est plutôt une routine, une obligation.

Ce système n’est pas indépassable.

Une fois que l’on goute au travail en indépendant, une fois que l’on se libère de l’emprise qui nous tenait, on ne remet jamais sa laisse.

Le plus dur est de traverser ce cap de la peur. Cet océan est inquiétant, je suis d’accord. Mais il vous faut juste un bateau solide. Il vous faut juste une bonne préparation. Il vous faut juste de la volonté.

Est-ce dur ?

Oui.

Alors je vous fais une promesse : quand vous verrez, mois après mois, que votre business est pérenne, votre vie changera, en mieux.

Alors rejoignez-nous sur l’autre rive. La vue est sublime.

André Dubois
 

En ce moment, André doit être encore en train d'écrire un article de 3000 mots. Tout cela pour un objectif: vous apprendre à bloguer si bien que vous pourrez en vivre.

Cliquez ICI pour commenter 38 commentaires