4

Les 4 Ingrédients SECRETS d’une PAGE DE VENTE qui CONVERTIT (Par un Copywriter pro)

(Note d'André, ceci est un article invité d'Edwin Volff)

Vous venez de terminer de mettre en ligne votre page de vente. Vous envoyez du trafic dessus. Et tout à coup, votre smartphone se met à vibrer.

Imaginez :

Une fois, puis deux fois, puis trois fois. Votre bureau tremble sous les vibrations incessantes de votre portable.

La cause ?

Vos notifications Paypal qui s’affolent. Votre page de vente est en train de travailler pour vous. Vous êtes enfin récompensé pour tous vos efforts.

Le cash tombe.

Enfin.

Bon. Honnêtement ? Vous pensez que je vous fais miroiter un avenir un peu fantasmé ?

Mais vous savez quoi ?

Vous vous trompez. Parce que si vous utilisez les 4 Ingrédients Secrets que je vais vous partager dans cet article :

C’est vraiment ce qui va vous arriver.

Comment je peux vous l’affirmer avec autant d’assurance ? Grace à une raison toute bête :

Je suis copywriter professionnel depuis 2017.

Mon job, c’est écrire des mots sur une page pour des entrepreneurs.

Ensuite, ces mots leur rapportent des sous. Pendant longtemps. Très longtemps. Et aujourd’hui, j’ai décidé d’être généreux. Je vais vous partager les 4 ingrédients cachés que j’utilise à chaque fois que je veux rédiger une page de vente qui convertit.

Je pourrais vous donner une structure exacte.

Ou un script à copier-coller. Mais je ne vais pas faire ça. Parce que ça ne vous rendrait pas service. Si vous ne comprenez pas l’essence de ces 4 choses, vous ne vendrez pas.

Pour réussir à vendre, il faut que vous compreniez ces 4 ingrédients secrets. Et que vous les intégriez à votre business ou à votre activité. Ce n’est que comme ça que vous allez réussir à convertir.

Et à générer du cashflow. Trêves de bavardages et entrons dans le vif du sujet. Il est temps de vous montrer comment rédiger votre page de vente pour en faire un succès total et absolu.

Voici le premier ingrédient :

Ingrédient Secret N°1 : Le Titre Hypnotique

Je sais. « Créer un titre hypnotique », vous avez entendu ce conseil un milliard de fois.

Mais pas de la façon dont je vais vous en parler aujourd’hui.

En fait, quand vous entendez ce genre de conseils, on va être très clairs : on ne vous dit rien de concret. Au mieux on vous dit de suivre la fameuse formule : « Comment + Bénéfice »

Mais quel intérêt de suivre bêtement quelque chose que vous ne comprenez pas en profondeur ?

Je vais vous dire ce que vous devez faire très concrètement : Pour réussir à captiver l’attention avec votre titre, vous allez le rendre imaginable.

C’est ce que j’appelle un Titre Hypnotique.

Quand votre prospect lit votre titre, il faut qu’il puisse le VOIR dans sa tête.

Pourquoi ?  Tout simplement parce que l’image est plus impactante que l’abstrait.

Je vous donne un exemple : Admettons que vous soyez un coach minceur et que vous visiez les hommes.

On va dire que vous vendez une formation pour perdre du poids rapidement. La PIRE erreur que vous pourriez faire serait d’écrire un titre très abstrait, comme :

« Comment perdre du poids en 3 semaines avec cette méthode révolutionnaire ! ». En plus d’être tout sauf original, ce titre a un GROS problème : il n’est pas visuel.

À la place, créez une image avec votre titre, dîtes plutôt : « Comment faire fondre vos poignées d’amour et retrouver votre pouvoir de séduction »

Les poignées d’amour qui fondent, c’est du VISUEL. L’image passera immédiatement dans l’esprit de votre lecteur. Ce qu’il verra en lisant votre titre, c’est SES propres hanches perdre de la masse.

Il arrivera à l’imaginer. Et ça ? Cette simple astuce ?

C’est l’un des conseils les plus PUISSANTS que j’ai pu partager publiquement.

En fait, le pouvoir du visuel va bien plus loin que ce que je vous dis depuis tout à l’heure. Parce qu’il frappe directement le cerveau reptilien de votre prospect. C’est son inconscient qui le poussera à lire la suite de votre page de vente.

Vous ne parlez pas à sa réflexion en faisant ça. Vous parlez à son instinct.

Et quand on parle à l’instinct ?

On provoque des réactions instinctives. Votre lecteur ne réfléchit plus, il lit juste votre page. Sans s’en rendre compte. Trouvez un résultat VISUEL qu’apporte votre produit. Et traduisez-le dans votre titre. Avec ça, croyez-moi, vous avez une méthode proche de l’hypnose pure à disposition.

J’ai juste une simple demande à vous faire : utilisez ça avec précaution.

Ne vendez pas de la m*rde.

Je vous fais confiance.

BONUS : Vous avez remarqué ? J’ai terminé le titre que je vous ai donné en exemple par « … et retrouver votre pouvoir de séduction ».

Faîtes pareil : combinez une image avec un désir profond de votre prospect. Mettez en avant ce que votre produit va pouvoir apporter à votre lecteur.

Vos résultats n’en seront que plus explosifs.

Ingrédient Secret N°2 : Ne contournez pas les objections, tuez-les.

« Répondez aux objections de votre prospect »

Là aussi, un conseil que vous avez sûrement entendu à droite à gauche. Personnellement ? Je ne contourne pas les objections, je les tue.

Et il n’y a qu’un moyen de faire ça : Répondre à l’objection AVANT que votre prospect n’y pense. C’est simple : si vous anticipez ce que pense votre lecteur, il va commencer à penser que vous êtes un expert. Pas parce que vous lui aurez fait une démonstration technique de folie.

Mais juste parce que vous lui aurez montré que vous SAVEZ ce qu’il pense… avant même qu’il y pense.

Ici, ce qu’il se passe est purement psychologique. Il aura l’impression que vous le comprenez. Que vous connaissez ses craintes, avant même que son esprit les formule consciemment.

Et grâce à ça, vous allez profiter de deux choses :

  • Vous allez augmenter votre crédibilité auprès de votre client cible
  • Vous allez tuer ses objections avant qu’elles apparaissent

Maintenant, je vais vous dire concrètement comment faire pour réussir à tuer ses objections. Voici un petit exercice que j’utilise :

Dès que votre page est rédigée, imaginez-vous être votre prospect. Fermez les yeux et inspirez calmement. (À quel moment cet article s’est transformé en exercice de méditation ?)

Puis visualisez votre prospect en train de lire votre page.

Maintenant, ouvrez les yeux et commencez à défoncer votre page de vente.

Soyez de mauvaise foi. Soyez comme ce gars qui vient de rentrer de chez lui après une épuisante journée de boulot. Critiquez tout ce que vous voyez. Et notez toutes vos objections.

De la plus classique : « Le produit est trop cher. »

À la plus superficielle : « Cette phrase est chiante à lire. »

Il faut ensuite que vous répondiez à chaque objection AVANT qu’elle soit formulée.

Je vous donne un exemple avec l’objection « Le produit est trop cher. »

Généralement, elle arrive à l’annonce du prix (logique).

Le but est donc – juste avant d’annoncer votre prix – de le justifier. Par exemple, vous pouvez dire quelque chose comme :

« Maintenant, je vais vous dire combien coûte ce produit. Mais avant ça, j’aimerais vous poser une question :

À votre avis, combien coûte cette solution qui va vous permettre d’éradiquer définitivement votre problème ?

Combien vous seriez prêt à payer si ça pouvait vous permettre de :

[Bénéfice principal], [Bénéfice secondaire] et de [Bénéfice tertiaire] ?

Sachant qu’à côté, ce problème vous coûte XXX euros ?

Et que les autres solutions vous coûteraient XXX euros ? »

Vous voyez ? En rappelant les bénéfices du produit et en le comparant aux autres solutions plus chères, l’objection du prix va disparaître avant même que vous l’annonciez. Faîtes ça pour chaque grosse objection et vous arriverez à générer des ventes EXCEPTIONNELLES, je vous le garantis.

Ingrédient Secret N°3 : Le Call-to-action Engageant

Beaucoup de débats autour du call-to-action (ou « Appel à l’action » en français).

Certains le veulent court, d’autres long.

Certains le veulent orange, d’autres bleu.

Certains le veulent à la première personne, d’autres à l’infinitif.

On s’y perd un peu avec tout ça. Alors, que choisir ? C’est simple : On s’en fout. PAS parce que n’importe quel call-to-action fera l’affaire, non. Mais parce que ces questions sont secondaires. Pour un call-to-action efficace, la première chose qui compte : c’est qu’il soit engageant.

Et pour ça, je vais vous donner un conseil UNIQUE, que vous n’aurez qu’à appliquer bêtement et simplement.

Ce conseil, c’est le suivant : Pensez à ce que va obtenir votre lecteur en cliquant sur votre appel à l’action.

Et formulez ça de manière directe et engageante. C’est tout. Je vous donne même un exemple très concret de comment faire : Admettons que vous vendiez une formation pour éduquer son chien.

Voici trois appels à l’action, qui traduisent tous ce que va obtenir votre prospect dans cette situation :

« Je commence l’éducation de mon chien ! »

« Commencer son éducation »

« Commencer maintenant ! »

Pas besoin de vous prendre la tête plus que ça. Cependant, évitez les call-to-action trop « commerciaux ».

Les choses comme « Ajouter au panier », « Commander » ou « Acheter » sont à bannir. (Sauf si vous avez une boutique en ligne évidemment). Profitez-en plutôt pour faire visualiser à votre prospect ce qu’il va avoir.

Et pour toutes les autres questions, comme la couleur, la personne à laquelle écrire, etc ? Rappelez-vous : on s’en fout.

BONUS : Contrairement à la croyance populaire, ne matraquez pas votre page de vente de call-to-action dans tous les sens. Même pour une longue page, 3 ou 4 appels à l’action suffisent.

De même, restez cohérent entre chaque appel à l’action. Répliquez le même sur toute la page, ou ne modifiez qu’un tout petit peu sa structure. Sinon vous créez de la confusion. Et la confusion est à ÉRADIQUER de votre page de vente.

Ingrédient Secret N°4 : « Stay simple »

Je vais vous dire la chose la plus vraie qui soit quand on parle de copywriting : la simplicité fait vendre. En fait, c’est même plus que ça. Plus votre page de vente sera compliquée, moins elle vendra.  Si vous utilisez trop d’arguments complexes, si le lecteur n’arrive pas à vous suivre, vous perdez littéralement vente sur vente.

Mais alors : concrètement ? Comment rédiger simplement ? Comment ne pas ennuyer son prospect avec des phrases compliquées ? Qu’est-ce qu’il faut faire CONCRÈTEMENT pour réussir ça ?

Posez-vous ces 3 règles et respectez-les à tout prix :

  • Ne faites jamais plus de 4 ou 5 lignes.

La raison est toute simple : c’est plus agréable à lire.

Point.

Ce que vous voulez : c’est que votre page soit plaisante à la lecture. Donc espacez à fond. N’hésitez pas à faire des paragraphes d’une ligne. (Oui, comme moi ici)

  • Utilisez toujours la version « enfant de 8 ans » d’un mot

Ici, je vais vous donner un exemple très facile à comprendre : quelques lignes juste au-dessus j’aurais pu utiliser le mot « complexe ».

Mais à la place, j’ai dit « compliqué ». Pas parce que je considère que vous ne connaissez pas le mot « complexe». Mais parce qu’un enfant ne comprendrait pas ce mot. En fait : les mots que nous apprenons à l’enfance sont enregistrés dans notre cerveau.

Nous n’avons pas besoin de réfléchir pour les formuler.

Alors que les mots difficiles, eux, font appel au néocortex. Et le néocortex, c’est la partie du cerveau qui réfléchit. Et nous, on ne veut pas que notre prospect réfléchisse.

On veut qu’il agisse.

Donc chassez les mots compliqués, et pensez « simple ». Parlez avec des mots qu’un enfant de 8 ans pourrait comprendre.

  • Interrompez régulièrement

Ce que j’entends par là est extrêmement bête : faîtes en sorte que votre prospect ne s’ennuie pas. Faites des sous-titres régulièrement.

Chaque « partie » ou sous-partie » d’une page de vente devrait comporter à peine quelques lignes. Pour être très clair :

Toutes les 7-8 lignes environ, il devrait y avoir soit une image, soit un nouveau sous-titre, soit une « liste à puces », soit n’importe quoi d’autre qui interrompt la lecture. Si vous parlez pendant trop longtemps d’un point bien spécifique, vous perdrez potentiellement votre lecteur.

Donc faites-le changer régulièrement d’état d’esprit.

Illustrez l’une de vos phrases avec un graphique si vous parlez d’une statistique. Si vous affirmez quelque chose, prouvez-le grâce à une image. Bref : il faut que votre page de vente soit visuellement fournie.

Note : ne tombez pas dans le côté inverse, et ne blindez pas votre page de vente d’images toutes les 3 lignes.

Conclusion

Vous voilà arrivé jusque-là.

Et si vous avez tout lu, alors je vous félicite. Parce qu’il ne vous manque qu’une chose pour créer votre page de vente rentable :

Appliquer ces 4 Ingrédients Secrets. Chacun de ces conseils vaut des ventes supplémentaires. Je le sais, c’est précisément ce qui me permet de rédiger des pages de vente redoutables pour mes clients. Et si vous n’en avez pas assez ? Si vous voulez en savoir plus sur l’art d’écrire une page de vente.

Pour faire de la vôtre une réussite totale. Alors je vous laisse l’opportunité de rejoindre ma Liste Privée. Le concept est simple :

J’envoie 3 fois/semaine (parfois plus quand je suis d’humeur) un email à tous les entrepreneurs inscrits à ma liste.

Ils reçoivent de précieux conseils sur la vente, le marketing et le copywriting. Des conseils qui sortent des chantiers battus et que vous ne trouverez probablement pas ailleurs. Et soyons clairs : si vous avez aimé cet article, vous allez adorer mes emails.

Je rejoins ta Liste Privée, Edwin !

À tout de suite.

Edwin,

Edwin Volff
 

Edwin Volff, Copywriter de l'ombre depuis 2017. Ce post t'a plu ? Alors tu vas adorer mes emails. Tu vas y découvrir comment tourner tes messages de vente et rendre tes prospects accrocs à tout ce que tu fais. Que ce soit tes pages de vente, tes emails, tes articles, tes pubs. Je vais t'enseigner mes secrets les plus rentables sur la vente et le marketing. Rejoins ma Liste Privée dès maintenant et reçois 3 emails/semaine pour augmenter tes ventes !

Cliquez ICI pour commenter 4 commentaires