44

Je vous montre comment gagner de l’argent avec votre blog (assez pour quitter votre job)

Gagner de l'argent avec un blog

Je sais que vous vous méfiez.

On ne vous la fait plus.

Il y a tellement de vendeurs sur la toile qui jacassent leurs méthodes soi-disant infaillibles pour gagner de l’argent avec un blog.

Vous les repérez de loin, et vous leur faites autant confiance qu’à un gars vendant du Vuitton à la sauvette devant la gare du Nord.

Voici le tableau : vous avez sué sang et eau, et constaté à chaque fois le même résultat. Aucune des méthodes miracle n’a été à la hauteur de vos espérances.

Vos ventes sont trop basses et trop irrégulières pour vous pointer dans le bureau de votre chef et lui dire que vous partez. Vous ne pourriez même pas vivre dans un pays low-cost. Alors ici, avec les factures et les crédits, et la place de cinéma à 8 euros, n’y pensez même pas.

Vous ne pourrez pas survivre.

Votre banquier se presserait de siffler la fin de la récréation et de vous dire de chercher illico un vrai emploi.

C’est la dure réalité les amis.

C’est difficile de gagner sa vie en ligne. Si c’était simple, la majorité des blogueurs y arriveraient. On en est bien loin.

Le pire ?

Si vous croyez qu’il suffit d’avoir un blog, du trafic et un produit pour gagner de l’argent avec un blog WordPress, vous vous mettez le doigt dans l’œil.

Vous êtes suspicieux ? Laissez-moi clarifier.

  • Oui, vous avez besoin d’un site.
  • Naturellement, vous avez besoin de trafic.
  • Et évidemment, vous avez besoin d’un produit à vendre.

Ces trois conditions sont absolument nécessaires pour vivre d’un blog.

Mais cette liste est incomplète, et tout le trafic du monde sera inutile sans une stratégie complète. Cette stratégie, c’est ce qui fait que TraficMania a généré assez d’argent pour en vivre en moins de 6 mois.

Sans ce plan d'action , votre compte bancaire ressemblera aux finances publiques de la Grèce, même si vous avez tout le trafic du monde.

Dans ce guide, je vous présente la stratégie de A à Z pour faire de l'argent avec votre blog et les erreurs à éviter. Nous allons parcourir :

  1. Le choix de la niche et du produit.
  2. Comment être crédible (obligatoire pour vendre sur internet).
  3. Mon parcours :
  4. Les dernières questions à vous poser avant de monétiser votre blog.

1. La niche, le premier secret pour gagner de l'argent avec un site internet

Le plus beau des blogs, avec les meilleurs articles et les meilleurs produits ne sera qu’un échec cuisant si personne n’est intéressé.

Pire : même si des millions de gens semblent intéressés à première vue.

J'explique.

Par exemple, je parle souvent de mon plus gros échec en blogging. Mon site dédié au recrutement.

Mon expérience en entreprise fait que je suis bon en CV, en lettre de motivation et en entretien d’embauche.

Puisque nous sommes dans un pays où les chômeurs se comptent par millions, j’étais sûr de vendre des milliers de formations et de pouvoir me pavaner au volant d’une Aston Martin en moins d’un an.

Tout était au vert. Mes articles étaient bons. Mes produits étaient bons. J’avais du trafic.

Mes gains ?

J’ai gagné en tout et pour tout 800 euros. Les promotions, les pages de vente les plus persuasives n’y ont rien fait.

Ca n’a pas marché. J’ai fermé le site, dépité.

Pourquoi ? Parce qu’à vouloir parler à tout le monde, je ne parlais à personne.

J’aurais du cibler mon site sur une niche précise. Expliquer comment bosser dans le cinéma. Expliquer comment devenir manager dans l’industrie aéronautique.

Pour réussir en ligne il faut que votre audience se sente hyper-concernée.

Voici comment faire.

Définir une niche marketing pour un blog, c’est une opération chirurgicale

Une niche est un groupe de personnes cloisonnées.

Imaginons que vous vouliez bloguer sur l'entrepreneuriat. Bonne idée, c’est précisément un sujet qui intéresse des millions de personnes.

Est-ce que cela va marcher ?

Non. C’est beaucoup trop vaste. Comme mon blog sur le recrutement.

Alors cloisonnons. Regardez ce que cela donne.

Ne bloguez pas sur l'entrepreneuriat.

  • Bloguez pour les restaurateurs des zones touristiques qui veulent exploser leur résultat.
  • Bloguez pour les blogueurs et petits entrepreneurs du net qui veulent vivre de leur site (c’est le but de TraficMania).
  • Bloguez pour les patrons d’entreprises entre 10 et 50 salariés qui n’ont pas assez de temps pour tout faire.
  • Bloguez pour les jeunes patrons du numérique qui veulent fonder et développer une start-up.
  • Bloguez pour les professions libérales qui veulent limiter leur impôt.

Vous comprenez le principe ? Vous devez limiter une niche et vous y tenir.

Un blog sur l’entreprise en général ne va JAMAIS vous faire vivre. Vous n’arriverez pas à vous distinguer du site internet de la Chambre de Commerce par exemple.

D’autres exemples ?

  • Ne bloguez pas sur la mode. Bloguez sur les robes hautes-coutures et comment elles sont fabriquées.
  • Ne bloguez pas sur la cuisine. Bloguez sur comment nourrir sainement une famille de 5 dont les deux parents gagnent le smic. Ou bloguez sur des repas hyper-pointus que seuls les fanas de grande cuisine veulent tenter.
  • Ne bloguez pas sur la santé. Bloguez pour montrer aux femmes citadines de plus de 40 ans comment rester mince sans faire de sport.

C’est la seule façon d’exister parmi les millions de blogs francophones. De faire votre trou parmi les gros. De générer une communauté. Et des clients.

Ne visez pas large. Visez ultra précis et profond.

Sans cela, quoi que vous fassiez, votre blog ne marchera pas.

Maintenant que vous avez compris le principe, regardons quelles niches sont viables.

Comment savoir si une niche de blog peut rapporter de l'argent ?

Vous avez besoin de deux informations.

  • Y-a-t-il du monde intéressé
  • La monétisation est-t-elle possible ?

Comment se faire une idée de votre future audience de blog

Il y a 11 grands segments de blogs qui concentrent la majorité du trafic.

  • Le développement personnel
  • Le marketing (en ligne, ou pas)
  • L’éducation / le couple
  • L’entreprise
  • Les finances personnelles
  • La technologie et les gadgets
  • L’actualité
  • La productivité
  • La gestion de carrière professionnelle
  • La créativité (photo, écriture, graphisme, bricolage, beauté, cuisine…) :
  • Les loisirs

Si vous trouvez une niche dans un de ces segments, vous avez de bonnes chances d’y arriver. N’ayez pas peur de la concurrence. La concurrence est un bon signe : cela montre que le marché est suffisamment porteur pour en vivre.

Un basique du webmarketing : renseignez vous sur votre marché

Imaginons que vous vouliez bloguer sur les échecs, et vendre une méthode pour apprendre et progresser à ce jeu.

Y-a-t-il du monde ? Il semble que oui, une simple recherche sur internet indique qu’il y a 5 millions de pratiquants, 50 000 licenciés et 4 magazines, rien qu’en France.

Les 4 magazines montrent que les fanas sont prêts à dépenser de l’argent pour apprendre. La monétisation d'un site semble possible.

Bon signe.

Mais vérifions tout cela.

Vérifiez la pertinence de votre niche avec Google

On voit que ce qui ressort en premier quant on tape « jouer aux » concerne bien les échecs. La niche semble plus porteuse que les dames.

volume de recherche keyword planner

Vérifiez la pertinence de votre niche avec le Google Keyword Planner

L’outil de recherche des mots clés de Google est un outil gratuit qui permet de voir les volumes de recherches sur des mots-clés. C’est donc un moyen idéal de voir si des internautes recherchent une information particulière.

Etape 1 : Allez dans Google Adwords. C’est gratuit, il suffit d’avoir un compte Google. Créez en un au besoin. Dans Adwords, allez dans outils, puis planification des mots clés.

trouver sa iche marketing avec le google keyword planner

Etape 2 : Choisissez « obtenir des tendances et des données sur le volume de recherche », et mettez un mot clé en rapport avec votre niche.

Le mot clé « apprendre les échecs » est recherché 210 fois par mois.

tutoriel keyword planner

Ok. Faites d’autres recherches.

« Jeu d’échecs », c’est 1300. Encourageant. Autant d’internautes qui sont intéressés par votre futur blog.

Le problème de cette méthode, c’est que vous devez tomber pile sur le bon mot clé. Vous risquez de passer à côté.

Heureusement, il y a une parade.

Etape 3 : Continuez à chercher des volumes de recherche avec cette la fonction « rechercher de nouveaux mots clés et obtenir des données sur le volume de recherche » du Keyword Planner :

illustration de recherche de mots clés

Mettez votre mot clé et, dans la page de destination, mettez l’adresse d’un de vos gros concurrents.

Ciblez sur la langue française et cliquez sur obtenir des idées.

Voilà ce qui apparait. Des volumes de recherches liés aux échecs. Et c’est massif.

reésultat de la recherche de mot clés

« Jeux online » ne nous intéresse pas trop, descendez sur « jouer aux échecs », et cliquez.

Voilà une série de mots clés qui montrent un beau volume recherche. Note : « jouer aux échecs » est précisément le nom d’un des gros sites d’échecs français. 12100 visiteurs qui vont probablement arriver sur ce site.

résultat de la requete

Ce qui confirme le potentiel de cette niche.

Mais continuons à valider votre niche, avec une technique tellement simple, mais si efficace.

Vérifiez la pertinence de votre niche avec Amazon

Allez dans la partie livre en Français et recherchez le mot « jouer aux échecs ».

idée de blog avec des livres amazon

Voici le résultat, deux nombreux livres sur les sujets. Si les livres sont nombreux, c’est qu’il y a des lecteurs !

03 jouer aux échecs

Si vous ne trouvez rien en français, cherchez-en dans les livres anglais.

Ici, cherchez donc « play chess » dans la boutique « Livres anglais ». Vous verrez une foule de résultats.

amazon: resultat pour livre echecs en anglais

Cela confirme donc le potentiel d’un blog consacré aux échecs et qui vendrait des méthodes.

Le trafic internet n’est pas tout

C’est très important.

On pourrait croire par exemple que la niche du jeu de tarot est meilleure que celle des échecs. Après tout, quasiment tout le monde joue au tarot.

Il doit être possible de monter un site rentable, non ?

Non, je ne pense pas.

Vous verrez sur Amazon qu’il y a beaucoup moins de livres sur les méthodes de tarot que sur les échecs.

Le tarot est ce que l’on fait pour tuer le temps. Alors que les échecs sont une passion. Même si il y a probablement moins de joueurs d’échecs que de tarot, le potentiel de conversion est plus important.

Evaluez les blogs concurrents

Utilisez Google et regardez quels sont les sites qui vont concurrencent.

Voici par exemple la requête « blog sur les échecs ».

faites une liste de blogs

Mais vous devez en essayer plusieurs, comme ici « jouer aux échecs »

05 jouer aux échecs

Faites attention. Ecartez les sites comme Wikipedia, les jeux d’échecs en ligne, et les articles de journaux. Essayez de vous concentrer sur les blogs.

Listez vos concurrents dans un fichier Excel, et regardez chaque site, et ce qu’ils vendent.

Pour chaque site demandez-vous : que puis-je apporter de plus ? Comme par exemple, plus complet, mieux écrit, plus facile ?

Car pour être lu, il y a une règle : vous devez proposer mieux que ce qui existe déjà.

Sinon, c’est l’échec. Les internautes n’auront aucune raison de vous lire.

Beaucoup de blogs sur le sujet des échecs ont un design austère et un contenu assez limité. Rien de fun. Lire ce genre de blog ne fait pas rêver.

exemple de blog dans la niche des échecs

Tant mieux pour vous. Vous avez un boulevard !

Regardez ce qui existe sur le web anglophone

Pour trouver des idées, regardez ce qui se fait sur le web anglophone, souvent meilleur que le web francophone. Tapez « learn chess online » (apprendre les échecs en ligne).

Regardez le résultat :

exemple de blog américain sur les échecs

Ca donne envie, n’est ce pas ?

A mon avis, celui qui fera l’équivalent français de la « chessacademy.com » devrait faire un carton.

Alors, prenez une heure, aujourd’hui.

  • Traduisez votre thématique en anglais avec Google en tapant : traduire (votre thématique) en anglais.traduction
  • Allez sur Google et cherchez des concurrents anglophones avec la requête Top blogs about (votre thématique en anglais).trouver des blogs populaires dans sa thématique

Vous verrez plein d’articles listant les meilleurs blogs de votre thématique.

  • Plongez-vous dans ces blogs. Lisez-les, encore et encore, et essayez de voir s’ils vendent des ebooks, des formations, du coaching, des produits en affiliation. Plus la thématique semble riche, et plus cela montre qu’il y a un marché porteur.
  • Listez les problèmes auxquels font face les gens qui lisent ce genre de blog. Réfléchissez aux solutions que vous pourriez apporter. Demandez-vous si les gens seraient vraiment prêts à payer des sommes significatives pour avoir votre solution.
  • Tadam ! Vous venez de valider que votre blog est monétisable.

Cet exercice est fondamental. Il ne s’agit pas de trouver précisément le sujet de votre produit, mais juste de valider que vous allez bloguer sur un domaine qui permet la monétisation.

Cela vous évitera de bouffer votre chapeau lorsque vous réaliserez après des mois d’efforts que votre blog ne vaut pas plus que l’estime qu’on lui porte.

Attention : choisir votre niche n’est pas suffisant.

Déterminez votre client type

N’oubliez pas qu’il y a des centaines de livres sur le sujet des échecs, si vous êtes généraliste, vous entrez en concurrence avec eux.

Il faut donc cibler un peu plus.

Qui joue aux échecs ?

Il y a les joueurs occasionnels : ceux là ne vous achèteront probablement jamais rien.

Il y a les joueurs de haut niveau : ceux là non plus ne vous achèterons probablement rien, d’ailleurs, que pouvez-vous leur apprendre ?

Votre cible se situe plutôt au niveau des débutants enthousiastes et des honnêtes joueurs de clubs, passionnés mais qui ont de la marge de progression.

Ceux-là vont acheter quelque chose.

Il faut donc cibler ceux qui veulent progresser de chez eux, avec des méthodes à suivre pas à pas.

Pour vous aider, imaginez votre client idéal.

Quel est :

  • Son âge ?
  • Son sexe ?
  • Ses revenus ?
  • Marié ou pas ?
  • Enfants ou pas ?
  • Niveau d’éducation ?
  • Quelle est sa voiture ?
  • Ou habite-il ? Grande ville, campagne ?
  • Que fait-il de ses temps libres ?
  • De quoi rêve-t-il ?
  • Quels sites internet consulte-t-il ?
  • Que regarde-t-il à la télé ?
  • Quel problème de sa vie pouvez-vous l’aider à régler ?

Votre site est-il monétisable ? Que vendre sur votre blog ?

Il y a des jours où je suis désolé pour vous. Vraiment.

En général, c’est lorsque je reçois un email du genre : « Salut André, je blogue sur l’univers des téléphones Android depuis 3 ans. J’ai fédéré une communauté de lecteurs fidèles, qui lisent mes articles en masse. J’aimerais bien vendre des formations pour vivre de mon blog, merci de me dire quel genre de produit je pourrais proposer ».

Je suis désolé pour toi, Android man. Mais je ne sais pas. Fallait y penser avant. Tu aurais pu créer un blog avec du potentiel business. Là, à part vendre des encarts de pub qui te rapporteront des cacahouètes…

C’est plutôt triste, un tel gâchis. Je déteste répondre que vous avez créé le mauvais blog. J’imagine le coup poing dans le foie lorsque vous lirez ma réponse. 3 ans à trimer…pour vous rendre compte que la monétisation est quasi-impossible.

Cela semblait pourtant une bonne idée. Des millions de gens possèdent un téléphone Android. Et en effet, de nombreux de geeks vont être intéressés par cette actualité…Mais personne ne dépensera un euro pour apprendre à passer un coup de fil ou organiser ses photos.

Vous devez éviter cette erreur terrible.

Comprenez bien que contrairement à ce que claironnent bien des blogs marketing, vous ne pouvez pas monétiser toutes les thématiques. Parfois, c’est mission impossible.

La solution ?

Vous devez vous poser la question maintenant. Comme un entrepreneur. Vous devez anticiper l’aspect business de votre blog, dès le départ.

Vous devez chercher une idée de blog qui peut générer de l'argent.

Souvenez-vous des deux grandes questions auxquelles vous devez répondre.

  • Y a-t-il du monde intéressé ?
  • Est-ce monétisable ?

En ce qui concerne la taille de l’audience, cela ne fait pas de doutes, il y a des gens sur la thématique Android, mais la possibilité de monétisation est faible.

Par contre, avec l'exemple du jeu d’échec, vous savez qu'il y a une audience : les tests précédents le démontrent. Mais que pourriez-vous leur vendre ?

La liste de ce que vous pouvez vendre sur votre blog :

Déjà, oubliez la publicité, vous n’aurez jamais suffisamment de trafic pour pouvoir en vivre.

Concentrez-vous plutôt sur ces catégories de produits :

  1. Le coaching en ligne
  2. La vente de formations à télécharger
  3. La vente d’abonnement a un centre de ressources
  4. L’affiliation

Dans notre exemple du jeu d’échecs, tous ces produits sont possibles.

  1. 1 heure de coaching en ligne pour préparer un tournoi.
  2. Une formation « comment améliorer son ouverture »
  3. 40 € par mois pour accéder à une tonne de méthodes sur les échecs
  4. Vendre en affiliation des logiciels et des bouquins d’échecs

Il ne s’agit pas de trouver précisément le sujet exact de vos produits, mais de vérifier que vous pourrez vendre quelque chose.

Cette étape est critique car c’est à ce moment que vous allez vous rendre compte que vous avez une fausse bonne idée.

Par exemple :

Prenez l’exemple du bricolage. Il y a des millions de gens qui bricolent, des tas de bouquins sur le sujet. Mais je pense que vendre des produits sur le bricolage sur un blog sera très difficile.

  • Une heure de coaching téléphonique… Pour parler pose de carrelage ? Je n’y crois pas, il y a des tutoriels gratuits sur le site de Castorama.
  • Une formation payante pour poser une chaudière ? Je n’y crois pas, si c’est compliqué, vous le faites avec un plombier ou un ami qui s’y connait.
  • Un abonnement mensuel à un centre de ressources bricolage ? Trop cher par rapport à l’encyclopédie du bricolage que vous trouvez sur Amazon.
  • Vendre des bouquins en affiliation : pourquoi pas, mais cela ne rapporte pas non plus beaucoup d’argent.

Évidement, je peux me tromper. Ce n’est pas la vérité absolue, mais ce que je crois.

Attention.

Cette étape est cruciale. Si vous vous n’êtes pas 100% persuadé que des gens sont prêts à acheter vos produits, abandonnez l’idée.

Pour gagner de l'argent avec votre blog, privilégiez une niche dans laquelle l’intérêt reste constant

Par exemple, chaque entrepreneur en ligne aura un intérêt pour le webmarketing, tout au long de son activité professionnelle.

Par contre, si vous bloguez sur la grossesse, c’est plus difficile : les gens ne seront intéressés par votre blog que pendant 9 mois.

Je ne dis pas que c’est impossible : par exemple, le blog « Mergers and Inquisitions » explique comment se faire embaucher dans la banque d’affaire. Une fois que l’on est embauché, l’intérêt pour le blog diminue. Cela n’empêche pas son auteur Brian de Cesare d’avoir un joli succès, même s’il doit chercher constamment de nouveaux lecteurs.

Le meilleur moyen de le vérifier : allez sur le web anglophone. Si vous ne voyez aucun blog américain de votre thématique proposer des produits, c’est très mauvais signe.

Maintenant que vous avez compris comment nicher un site, parlons du dernier pilier.

2. Le secret pour vivre de votre blog: la crédibilité

Bon, celui-là c’est vraiment du boulot.

Pour commencer, la définition : « Crédibilité : caractère de quelqu’un qui est digne de confiance, d’être cru ».

Pourquoi est-ce si important pour faire des ventes en ligne ?

Raison n°1 : un prof doit être cru

C’est profondément lié à la nature même du blogging. Vous, les blogueurs professionnels, êtes des professeurs. Vous gagnez de l’argent en vendant du savoir. Et ni vous, ni moi, ne donnerions jamais le moindre centime pour un enseignement que nous estimons douteux.

Jamais.

Aucun baratin, aucune astuce de vente, aucune promotion ne comblera jamais ce manque de confiance.

Je suis persuadé que si mes clients acceptent de payer 200 euros pour passer une heure au téléphone avec moi pour parler de leur blog, c’est parce que mon contenu est solide comme un roc. Si j’avais fait des vidéos de 10 minutes, je n’aurais pas réussi aussi vite.

Raison n°2 : la crédibilité est devenue indispensable pour votre SEO

Regardez :

Vous savez de quoi vit Google, essentiellement ? De la pub. Google est une immense régie publicitaire déguisée en moteur de recherche.

Plus il y a de monde, plus Google est en position de force par rapport aux annonceurs. Un peu comme TF1 qui vend les pubs plus chères pendant la finale de coupe du monde.

Google est comme vous : pour cracher du chiffre, il a besoin de trafic. Google doit donc donner une bonne raison aux gens d’utiliser ses services, plutôt que Yahoo ou Bing.

Cette raison est, entre autres : Google remonte une information plus pertinente que les autres moteurs de recherche. C’est pour cela que le monde entier l’utilise, et que tous ses concurrents sont balayés.

Vous comprenez ? Pour vivre, Google a BESOIN d’articles de qualité. Tout ce que Google fait pour élaborer ses résultats de recherche tend vers ce seul but : fournir aux internautes la meilleure information possible.

Si votre contenu est crédible, Google lui fera les yeux doux. C’est une telle obsession pour eux qu’ils ont même embauché des centaines de gens (des « quality raters ») pour lire le web et pénaliser le contenu merdique !

Oui ! L’algorithme perfectionné de Google est maintenant épaulé par des lecteurs en chair et en os.

Attention, je ne dis pas qu’avoir du bon contenu est suffisant pour être premier sur Google, mais c’est absolument nécessaire.

Raison n°3 : Parce que vos compétiteurs sont des fainéants

Admettons-le : énormément de blogs francophones sont médiocres. Et pourtant, nombre d’entre eux dominent leur thématique.

Pourquoi leurs auteurs se fatigueraient? Ils peuvent vivre tranquillement sur leurs acquis, car personne ne vient sérieusement les titiller. Alors tant que ça marche, ma p’tite dame….

Grosse erreur.

Les internautes ne sont pas captifs. Ils sont même hautement infidèles. Il suffit qu’ils découvrent un site meilleur pour lâcher le blog qu’ils lisaient depuis des années.

Et c’est une excellente nouvelle pour vous.

Parce que cela signifie que vous pouvez faire un malheur dans n’importe quelle thématique, pour peu que vous soyez le plus crédible et que vous fassiez la promotion de votre contenu.

Comment créer un blog qui inspire confiance?

Formez-vous

Cela semble un basique, et pourtant.

La plupart des blogueurs ne font que ressasser ce qu’ils lisent à droite ou a gauche, en le refaisant à leur sauce. Ce qui est rigolo (ou dramatique, question de point de vue), c’est quand ils rabâchent tous les mêmes idioties.

Par exemple, dans ma niche du webmarketing, on lit toujours les mêmes âneries :

  • Combien de blogs assurent qu’il faut publier tous les jours ? Beaucoup, pourtant c’est faux.
  • Combien assurent qu’il faut faire du SEO pour bien lancer un blog? Beaucoup, pourtant c’est faux.
  • Combien assurent-ils que leur méthode marche dans toutes les thématiques ? Beaucoup, pourtant les blogs mal nichés ne vous rapporteront jamais rien.

En réalité, ils ne connaissent pas grand-chose au blogging. Chaque fois que je lis ce genre de trucs, une part de moi-même meurt.

Ne faites pas comme eux. Connaissez vraiment votre sujet. Vous n’avez que deux façons de d’y parvenir.

  • En apprenant par vos lectures
  • En expérimentant

Ces deux sources alimenteront vos idées et votre créativité.

Investissez dans un design qui fait sérieux

Votre site est comme une boutique. Il faut que cela fasse pro.

Reprenons l’exemple des l’apprentissage du jeu d’échecs.

Exemple1 :

exemple de blog dans la niche des échecs

Exemple 2 :

exemple de blog américain sur les échecs

Il est possible que le contenu du premier site soit meilleur que le contenu du second. Mais son design raté ruine toute sa crédibilité. C’est un tueur de ventes.

Comment avoir un blog au design sympa ?

Pas besoin de dépenser une somme folle avec un graphiste. Investissez dans un thème payant, propre, configurable et qui offre du support technique (entre 40 et 200 euros sur ThemeForest, ElegantThemes, ou ThriveThemes).

Vous êtes prof, assumez

Je vous le redis : en tant que blogueur, vous êtes un enseignant. Vous enseignez comment cuisiner, s’habiller, jouer de l’accordéon, comment progresser au marathon… Peu importe. Vous êtes un prof sur internet.

Faites appel à vos souvenirs.

On a tous croisé durant notre scolarité un enseignant qui était différent des autres. Quelqu’un dont vous buviez les paroles, dont les cours étaient captivants. Qui vous faisait oublier la monotonie des jours d’école.

Votre mission ?

Vous devez devenir ce prof. Vous devez magnétiser votre audience.

Comment faire ?

  • En donnant un enseignement pertinent
  • En apprenant à écrire

Evidemment, vos conseils doivent tenir la route. Mais si vous vous contentez de les livrer comme cela, brut de décoffrage, vous n’arriverez pas à devenir vraiment intéressant.

Ce qui va vous rendre sexy et irrésistible, c’est votre plume. L’émotion que vous ferez passer à vos lecteurs.

Réveillez-les. Choquez-les. Faites les rire, pleurer. Peu importe. Mais parlez-leur de ce qu’ils ressentent. Et écrivez le tout sur 2000 mots, au moins.

A lire : comment écrire un article de blog inoubliable

Préférez l’écrit

« Vlog ».

Ils n’ont plus que ce mot à la bouche. La contraction de « blog » et « vidéo ».

C’est le truc dont tout le monde parle comme de la solution ultime pour gagner sa vie sur internet.

C’est certain, c’est très pratique. On se filme une dizaine de minutes, un coup de montage et c’est terminé. On est loin de la douzaine d’heures que me demande un article comme celui-ci.

Je ne suis pas maso.

Si je le fais, c’est parce vous aimez, et que en plus, l’écrit amène une tonne de crédibilité.

La preuve ?

Jeff Bullas a fait un sondage auprès de ses lecteurs. Il leur a demandé  a demandé le contenu qui inspire le plus confiance. Résultat:

  • Les articles écrits : 44%
  • Les ebooks et autre guides : 19%
  • Le contenu visuel : infographies, tableaux : 14.8%
  • Les vidéos : 14.8%
  • Les podcasts : 3.70%
  • Etc

Il n’y a pas photo. Les gens font vraiment plus confiance à l’écrit. Si on ajoute les articles et les ebooks, on voit que 63% des gens estiment l’écrit plus crédible que n’importe quoi d’autre.

Victoire par KO de l’écrivain sur l’acteur !

Et pour une raison simple.

Si vous vouliez mettre autant de contenu que cet article dans une vidéo, il vous faudrait des heures de film. L'écrit permet de faire passer des émotions plus fortes, grâce à l'impact des mots. L'écrit permet de réaliser des articles listes (genre 50 façons de ...), qui marchent toujours.

L’écrit est un fantastique support de transmission. Il est lu, relu, il génère des backlinks. Beaucoup plus qu’une vidéo.

Je ne dis pas que les blogs vidéos ne marchent pas.

Je dis qu’il y a une confusion :

Il y a les stratégies qu’il faut utiliser au démarrage d’un blog, et celles que l’ont peut utiliser une fois que son blog est connu.

Les vidéos, c’est très bien, mais seulement une fois que votre crédibilité est établie et que votre audience vous fait confiance.

Si vous privilégiez la vidéo au démarrage de votre blog, vous vous pénalisez par rapport à vos concurrents qui font l’effort de bien écrire. Le succès rapide de TraficMania l’illustre parfaitement.

Ecrire, oui. Mais pas n’importe quoi

Ok, vous êtes d’accord pour faire le boulot. Ecrire de longs articles, émotionnels, pertinents.

Mais si vous saviez le genre d’articles que les gens préfèrent, ce serait encore mieux non ?

Facile.

Le contenu qui donne confiance est celui qui amène des preuves.

Le champion toutes catégories : les études de cas

C’est crédible car c’est concret, et le plus souvent illustré de preuves.

Voici quelques exemples :

  • « Comment j’ai créé un jardin japonais en deux semaines ». Photos étapes à l’appui.
  • « Comment Paulo a doublé son trafic en un mois, simplement en faisant la promotion de son contenu ». Print écran du compte Google Analytics à l’appui.
  • « Comment se rhabiller pour le réveillon pour moins de 100 euros ». Ticket de caisse et photos à l’appui.

C’est ce qui amène le plus de confiance. Car vos lecteurs constatent que vos conseils fonctionnent, et peuvent les recopier pas à pas. Vous répondez pleinement à leur recherche d’information. Mais vous devez absolument illustrer votre étude de cas de preuves visibles.

La médaille d’argent : les articles « comment + résultat»

Ces articles amènent beaucoup de crédibilité car vous allez expliquer une méthode. Vos lecteurs vont donc pouvoir l’appliquer et espérons le, atteindre le résultat promis.

La crédibilité est légèrement inférieure aux études de cas car vous n’apportez pas d’exemple concret et prouvé. Vous vous contentez de montrer un chemin. Mais cela marche quand même très bien.

  • « Comment finir son premier marathon, même si vous n’êtes pas un athlète »
  • « Comment négocier son prêt immobilier et économiser 1.5% »
  • « Comment installer WordPress en moins de 15 minutes »

Les autres types d’articles, comme les listes, les histoires, les interviews, les sondages, les tests, sont loi derrière, toujours selon le sondage de J Bullas.

Vous comprenez la nuance ?

Les articles listes (genre « 50 façons de faire ceci ») et les infographies sont excellents en terme de trafic, les gens les adorent. Mais en termes de crédibilité, ils apportent moins qu’une étude de cas, ou une méthodologie.

Mettez des gros chiffres

L‘être humain se sent sécurisé quand il se sent en groupe. Quant les comportements sont identiques. Les bébés apprennent en imitant leurs parents. Les ados imitent leurs idoles.

Parce que si nous voyons un chemin emprunté par des personnes qui nous ressemblent, nous nous sentons confortés dans notre choix. Nous nous sentons moins seuls.

C’est humain.

C’est une manière de limiter le risque dans un environnement qui a été hostile pendant des millénaires. Nous pensons simplement que si d’autres font comme cela, c’est pour une bonne raison.

Et cet argument nous suffit.

Lorsque vous affichez de gros chiffres sur votre site, vous créez cet argument.

Article commenté 50 fois. Ou partagé 300 fois. 10 000 followers sur Twitter. 5 000 sur Facebook. Plus de 2 000 téléchargements.

1000€ par jour grâce au blog et la chaîne TraficMania.

Les gros chiffres rassurent.

C’est pour cela que j’ai tant râlé quand Twitter à désactivé le comptage des partages au niveau mondial. Un élément de preuve sociale a disparu. Et certains de mes articles partagés plus de 150 fois n’affichent plus que 35 partages.

(Précision : Ce n’est pas parce qu’un article est partagé qu’il est bon. Par contre, il indique aux autres qu’il a eu du succès. Et cela compte.)

3. Mes échecs et mes réussites avec les blogs

Dans cette seconde partie du guide, je vais partager avec vous mon parcours, qui m’a amené du chômage à blogueur professionnel. Je vis de mes blogs et autres chaines YouTube depuis 2013. Je fais maintenant partie des anciens.

Vous avez envie de gagner votre vie avec un blog, ou une chaine. Et je sais que votre entourage vous regarde parfois avec des yeux étonnés. Quoi, vivre de çà ? N’importe quoi.

Incrédulité.

On vous prend juste pour un illuminé.

Ce qui est plutôt amusant, sachant que cela fait plus de 10 ans que ce métier existe. Et que la variété des thématiques pour gagner de l’argent est juste incroyable.

Au cours de ces années, j’ai aidé des milliers de personnes dans des thématiques en tout genre.

Cours d’anglais en ligne. Fiches de révision pour les BTS. Méthodes d’apprentissage de la lecture à destination des éducateurs spécialisés. Cours de cuisine en présentiel. Cours de guitare. Guide randonnées extrêmes. Photographie animalière. Cours de management a destination des TPE. Cours de danse en ligne. Investissement immobilier…

Et j’en passe, puisque je ne suis pas au courant du quart des thématiques de mes clients. (Faudrait que je fasse un sondage, tiens).

Pour illustrer toutes les possibilités de l’entreprenariat en ligne, voici mon parcours. J’ai monté nombre de blogs et de chaines. Je continue à en monter (je vais vous parler de mon nouveau projet).

Cela vous prouvera que oui, on peut gagner de l’argent en ligne. Même quand on est père de famille. Même quand on fait le choix de rester et payer ses impôts en France

Premier blog… premier échec et pas de revenu

Mon tout premier blog déchirait.

Franchement.

Je me suis replongé dans mes archives et j’ai relu mes premiers posts. Ils étaient vraiment pas mal. Longs, complets, assez bien écrits. Pas top, mais franchement, je méritais un bon 14/20.

J’avais du trafic, quelques milliers d’inscrits après 18 mois de publication et de promotion.

Et malgré mes efforts et sa qualité, ce blog n’a jamais rien généré de significatif. 800 euros de ventes, en 6 mois.

C’était un blog dédié au recrutement, que j’avais appelé Gestion et Encadrement. Première erreur, c’est vraiment nul comme nom. Et on ne voit pas le rapport avec le recrutement.

Deuxième erreur, beaucoup plus grave : le positionnement était raté. Parler recrutement, CV, et lettres de motivation, pourquoi pas. Problème : je parlais à tout les types de métiers, tous les âges, toutes les qualifications.

Voulant maximiser mes revenus en ayant une audience énorme, je pensais qu’en élargissant, je ferais plus de ventes, alors que c’est généralement l’inverse.

Les blogs recrutement qui vendent des formations sont ceux qui sont ciblés sur des métiers particuliers. Comment bosser dans le cinéma. Comment bosser dans la banque d’affaires. Parce qu’à ce moment-là, votre lecteur se dit « cela me concerne assez pour que je sorte la carte bleue ».

En clair, ce blog intéressant n’amenait pas plus de valeur que n’importe quel bouquin sur la recherche d’emploi vendu 12 euros chez le libraire du coin.

Ce que j’ai appris avec ce blog :

  • Le positionnement est une des clés pour gagner de l’argent sur internet.
  • La qualité de contenu et la promotion de contenu permettent de construire une liste d’inscrits
  • J’ai également appris les bases techniques Wordpress.

Malgré l’échec commercial de ce blog, le bilan reste donc positif en termes d’apprentissage.

Deuxième blog avec lequel j’ai vraiment gagné de l’argent

Quand j’ai créé Gestion et Encadrement, j’habitais dans la Somme. J’étais responsable logistique dans une assez grosse usine.

Bon, on ne va pas se mentir, la baie de Somme, c’est sublime, mais cela ne regorge pas de choses à faire. C’est à cette époque que je me suis dit que j’allais donc m’inscrire dans un club de balltrap (tir sportif aux plateaux d’argiles), histoire d’occuper mes dimanches matin.

Et j’ai tout de suite accroché à ce loisir. Mes résultats, au début ? Catastrophiques. Je me suis donc dit que j’allais prendre des cours. J’ai donc cherché un moniteur, et j’ai constaté à ma grande surprise qu’il n’y en avait quasiment pas.

Ça à fait tilt. Il y avait 20 000 pratiquants en France, peu de profs...

J’ai tout de suite identifié un besoin. Et j’ai vite décidé de créer un blog sur le sujet. Je l’ai appelé le blog du ball-trap.

Mais comment faire un blog sur un sujet sur lequel on débute ? En étant transparent. Mon message était limpide. Je suis débutant, je  « m'auto-forme », je teste ce qui marche, et je partage avec vous mes progrès et mes échecs.

J’ai donc commencé à accumuler les livres sur le sujet sur cette discipline, et le sport en général. Des dizaines. J’en ai encore des cartons remplis.

Et j’ai testé, appliqué. J’ai fait le tri entre ce qui marchait, et ce qui ne marchait pas. Mes résultats sont montés en flèche. Et je racontais tout cela sur mon blog.

Problème : j’avais peu de trafic, car je n’arrivais pas à me faire connaitre. J’ai donc lié des partenariats avec un forum « chasse » pour leur écrire des articles invités. J’ai même fait imprimer des calendriers avec les liens et les logos de mon blog, et en fin d’année, je les ai envoyés à un maximum de clubs en France, ayant récupéré leurs adresses sur le site de la Fédé !

Résultat, le trafic est monté peu à peu, atteignant quelques centaines, puis quelques milliers d’inscrits.

La vie en Somme ne nous plaisant pas, et le comportement de mon fils de deux ans commençant à m’intriguer, nous avons pris la décision de déménager et j’ai alors trouvé un job en région Lyonnaise.

La bascule 2012/2013, mon licenciement, et la monétisation réussie de mon blog

Cette époque est la pire de ma vie.

Tout a failli s’écrouler, en quelques mois.

Dans la Somme, les dames de la crèche nous avaient bien dit que mon fils avait un comportement anormal. Une absence de réponse, une isolation sociale, comme si les autres petits étaient transparents.

Nous l’avions aussi remarqué, et l’inquiétude nous gagnait. Pourquoi est-ce qu’il ne me regardait pas dans les yeux ?

Le diagnostic terrible est tombé peu après notre arrivée à Lyon. Autisme sévère. Pas de langage. Pas d’interactions. Crises.

Ma femme (surtout elle) et moi avons pris le problème à bras le corps. Mais forcément, comment ne pas être ravagé de chagrin, et épuisé par son comportement à l’époque si difficile ?

Je mets les projets blogging en pause.

Et là, le pompon : mon patron décide alors que chaque salarié de l’entreprise devra solder ses congés… sans vérifier que dans mon service, la moitié des gars ont de reliquats de malades, entre 15 jours et 40 à prendre.

Résultat, je perds 30 à 50% de mon équipe pendant 3 mois environ.

Merci patron, brillante décision.

Ce qui devait arriver arrive : la qualité du service baisse. Les clients râlent.

Et je suis si fatigué.

Mon boss fini par me virer à l’été 2013, me traitant d’incompétent, la baisse du taux de service résultant de la décision qu’il a prise dans son coin.

Ecœuré, je prends la décision radicale de quitter le salariat, et de tout miser sur mon blog de tir sportif. J’ai des inscrits, ils sont fidèles, je reçois des mails positifs, ça pourrait le faire…il faut que cela le fasse. Sinon… sinon, je ne sais pas. J’ai peur, pour la première fois de ma vie.

Je me fais virer en juin. Juillet et aout, je créé un premier produit. En septembre, je le propose à mes inscrits… et je gagne plus de 6000 euros.

Vous n’avez pas idée du poids qui s’est enlevé de mes épaules.

J’ai compris alors que je serai blogueur professionnel. Que je travaillerai de chez moi. Que je serai disponible pour fils. J’ai envisagé l’avenir, à nouveau.

J’ai passé les 3 années suivantes à fond sur ce blog. Générant un revenu annuel de 32 000 euros.

Pas dingue, mais de quoi payer le loyer et vivre normalement.

Vendre pour plus de 100 000 euros de formations tir sportif, c’est pas mal quand même pour une micro-niche.

Ce que j’ai retenu de ce blog

  • Une petite niche bien ciblée vaut mieux qu’un large positionnement.
  • S’organiser pour produire du gratuit, du payant, et en faire une promotion de façon régulière est une des clés de la réussite en ligne. Mon expérience en industrie m’a énormément aidé là-dessus.
  • J’ai tout testé sur ce blog. Espace abonnement, ebooks, vidéo, écrit, produits premiums, tunnels, méthodes marketing variées… Ce qui m’a donné une énorme expérience en marketing internet.

2 autres tentatives pour gagner de l’argent en ligne, ratées

32000 euros de ventes, c’est pas mal. On en vit, en faisant gaffe, surtout que maintenant que je bossais à la maison, ma femme avait pu reprendre son travail.

Même si c’était inférieur à mon salaire de cadre, je ne serai JAMAIS revenu en arrière. Je vous le dis : une fois que vous commencez à simplement gagner votre vie en ligne, vous ne revenez pas en arrière. La liberté est bien plus appréciable que l’argent.

Mais je voulais développer mon entreprise.

Et je ne sais pas pourquoi, j’ai recommencé mes erreurs de débutants avec 2 projets qui n’ont jamais décollé, pour là encore, des problèmes de positionnement.

J’ai donc créé un blog sur le recrutement des seniors ayant en tête de reprendre mon contenu de Gestion & Encadrement, en l’adaptant au plus de 50 ans.

Par manque d’envie principalement, ce blog n’a jamais décollé.

J’ai ensuite voulu créer un blog dédié au « réseautage ». Pour apprendre aux freelances comment trouver des clients en se créant un réseau. Celui-ci aussi, mal positionné, peu abouti, à été vite abandonné.

Ce que j’ai retenu des 2 échecs blogging

Ces deux échecs ont eu une prise de conscience fondamentale. Au lieu de tenter d’autres projets sans y réfléchir, j’ai décidé de répondre à une question simple.

Pourquoi le blog sur le tir sportif marchait ?

L’idée était de trouver une structure, des raisons objectives du succès, pour dupliquer le modèle sur d’autres thématiques.

Après quelques semaines à me gratter la tête, j’ai découvert et retenu les 3 critères qui ont changé ma vie à jamais, et fait de moi un homme riche.

Un business en ligne marche si 3 piliers sont respectés, et cela ne changera jamais :

  • Il faut le bon positionnement, pour répondre à un besoin du marché
  • Il faut avoir assez de crédibilité, pour convaincre l’audience que vos produits et méthodes vont vraiment les aider. En clair, proposer du contenu qui prouve votre expertise
  • Il faut promouvoir, pour se faire connaitre

Un peu plus d’explications :

C’est le triangle magique. Depuis que j’ai découvert cela, tous mes business en ligne ont réussi.

Car je n’allais pas m’arrêter en si bon chemin.

La création de TraficMania en 2015, le blog qui me fait gagner de l’argent

Tous mes succès et mes échecs, acquis en plusieurs années, m’ont donné une forte expérience en marketing internet.

Et la découverte du triangle magique a été le déclic.

J’avais découvert de quoi alimenter un blog webmarketing qualitatif, à contre-courant, loin de la frime sur internet, et des formations vite fait mal fait qui pullulaient. Et pullulent toujours, hélas.

Ma stratégie ? Long terme.

Contenu qualitatif et testé. Utile. Pas de sur-promesse. Respecter le client. Promotion de contenu.

En 6 mois, TraficMania générait deux fois plus que mon blog de tir sportif.

Pour me motiver à pousser la bête, j’ai décidé de fermer mon blog balltrap. Pour être 100% dédié à mon projet, et me forcer à vaincre ma tendance à procrastiner.

Après une année à vendre uniquement des coachings et des prestations de rédaction, j’ai créé mes premiers cours en ligne.

Puis, pour aller chercher du trafic supplémentaire, j’ai créé la chaine YouTube.

Puis, j’ai embauché une salariée.

TraficMania n’a jamais cessé de croitre. Et aujourd’hui, mes résultats me placent dans le haut du panier webmarketing. Sans avoir eu besoin de mettre en place des stratégies d’évasion fiscale.

Et je continue. Sans le coronavirus, j’aurais proposé un séminaire blogging à Lyon, en juin. Pas grave, ce sera pour plus tard. Mon but est de remplir des grosses salles d’ici 2 ans. Pour le moment, on commencera avec 30 participants.

J’étoffe mon offre produit régulièrement. Cher, mais bon. Je publie plus, puisque la promotion de mon contenu passe désormais à 100% par l’activation de ma liste.

Mon organisation est militaire, et je le redis, c'est la capacité à mettre en place des processus réguliers et les tenir dans le temps fera la différence à long terme.

Et j’ai créé d’autres projets blogging et YouTube pour gagner ma vie.

Puis, quand les process furent stables avec TraficMania, j’ai ré-ouvert mon blog de tir sportif, après une pause de presque 3 ans.

Ce que je retiens de ce blog et chaine YouTube

Le travail long terme créé une accumulation lente et irrésistible. Plus vous êtes qualitatif, régulier, plus vous construisez des succès incroyables, patiemment. L’onde devient une vaguelette, puis une vague, puis un tsunami.

Création éclair d’un blog sur la chasse

Une idée qui aurait pu générer 200 000 euros par an, mais qui ne l’a pas fait.

Un an après le lancement de TraficMania, je me suis dit que j’allais reprendre les techniques de mon blog sur le tir sportif, et les transposer sur un blog dédié aux chasseurs.

Avec 1 millions de pratiquants rien qu’en France, le potentiel est énorme.

Lancement avec un concours , 2190 inscrits en 1 mois. Création de contenu, promotion, création d’un produit.

Ventes totales : 10489 euros. Bof bof.

Alors, échec, ou réussite ?

Coupons la poire en deux. J’ai réussi le lancement, eu du trafic et des inscrits, et fait de jolies ventes. Mais pourquoi pas plus ?

Parce que je n’aimais pas la thématique. Je pensais que j’arriverais à être régulier et persistant sur une thématique qui me gonflait, mais c’est beaucoup plus dur que ce que je pensais. Ce n’est pas juste du business.

Très vite, j’ai publié en dents de scie. Puis de plus en plus rarement. Franchement, je pense que si j’avais été vraiment intéressé par le sujet, j’en aurais fait un gros succès. Mais ce n’est pas mon truc.

J’ai donc fermé ce site il y a quelques semaines, pour passer à autre chose.

Ce que j’ai retenu de ce blog :

  • Ne jamais bloguer sur une thématique dont vous ne partagez pas les valeurs.
  • Les concours marchent et sont des accélérateurs.
  • Je suis capable de créer du contenu sur une multitude de sujet, car j’écris en ligne depuis presque 10 ans.
  • Ne jamais s’attacher à un blog. C’est du business. Si cela ne marche pas, si on aime pas, on ferme, on fait autre chose.

Création d’une chaine YouTube rentable sur les arts martiaux

Il y a quelques années, je me suis inscrit dans le club de Judo et de Jujitsu de mon quartier. J’ai eu le coup de foudre pour le Jujitsu. C’est un sport incroyable. Le MMA, mais avec le respect des valeurs du Judo. Une sorte de fusion entre les coups du Karaté, les projections et le travail au sol du Judo, et les clés de l’Aikido.

Ceinture blanche, je m’y suis mis régulièrement. 6 heures par semaines. Sans le covid19, j’aurais sans doute eu ma ceinture marron en juin. Ce sera pour plus tard.

Je me suis investi dans le fonctionnement du club, et j’ai énormément sympathisé avec mon professeur et la présidente.

Jusqu’à ce que nous ayons eu cette idée : pourquoi ne pas créer une chaine sur le Judo et le Jujitsu, et vendre des cours en ligne.

Banco.

Concours. Lancement de la chaine dojo en ligne. Création de produits. Et çà marche. Je ne communique pas les chiffres de ventes car mon contrat d’association me l’interdit, mais si vous allez voir la chaine, vous verrez que nous avons plus de 21 000 abonnés, et pas mal de vidéos qui ont fait plus de 30 000 vues. Jusqu’à plus de  100 k pour certaines.

Ce que je retiens de ce projet

  • Toujours s’associer avec des gens dont vous partagez les valeurs. Si cela marche, c’est parce que nous sommes alignés, et que nous aimons travailler ensemble.
  • J’ai appris à concevoir des vidéos à plus de 100 000 vues, et j’ai compris les ressorts de leurs succès. Ca, je le garde pour ma formation YouTube 😊
  • Ah oui, il y a eu une autre association volontairement ponctuelle, un projet sur un seul produit, avec Lilian du site de VTT Utagawa (80 000 abonnés). Pfiou, j’en ai fait des choses.

Et maintenant, comment vais-je gagner ma vie en ligne ?

Je suis en train de lancer un nouveau bébé. Un nouveau blog est sur le point d'apparaitre... en effet...

...Passer de chômeur au bout du rouleau, avoir tant appris du handicap de mon fils, et vivre une vie heureuse malgré tout, cela m’a tanné le cuir.

J’ai assez de bouteille pour tenir un blog/ chaine de développement personnel intéressant.

Il démarre dans les prochains jours.

Je vise très long terme. J’ai fait un petit concours de lancement, et je vais m’appuyer sur de l’écrit et YouTube, comme TraficMania. Je vous laisse chercher, car je ne veux pas mêler les audiences. Ne vous y abonnez pas si vous n’êtes pas vraiment intéressé par le sujet.

Pour le moment, je n’ai rien à y vendre. Je veux monter l’audience, créer du lien avec mes inscrits, et ensuite y vendre des produits économiques en masse. Je ne suis pas pressé. Les affaires sont bonnes et TraficMania est la preuve que le vrai succès sur internet, c’est de durer.

Mon entreprise va donc reposer sur TraficMania, le Judo / Jujitsu, et ce nouveau projet. Les séminaires prendront une grande part à côté de la vente de cours en ligne. La plupart des séminaires sont bidons et hors de prix, et partent dans tous les sens.

 Je veux en faire où je suis le seul intervenant, et sur des sujets précis. Pour que les gens en retirent vraiment du concret. D’abord avec de petites salles, et de plus en plus grandes. A Lyon, je peux monter jusque 3000 participants. J’ai de la marge de progression...

4. Les dernières questions pour gagner de l'argent avec votre blog

On arrive bientôt à la fin de ce guide.

Bravo. Vous avez déjà lu environ 10 000 mots (oui, j'aime écrire).

Et vous vous y connaissez mieux que 90% des blogueurs. Vous n'êtes plus loin de gagner vos premiers euros avec votre blog.

Maintenant, vous n’avez plus qu’une seule envie : créer un produit au plus vite et le vendre. Je sais que vous êtes malin (ou maligne). Je sais que vous voulez réussir votre projet pour changer votre vie. Mais ne vous précipitez pas. Réfléchissez encore un peu avant.

Parce que ces 6 questions vont vous éviter de faire des grosses conneries irréparables.

C’est un peu comme si vous partiez un tour du monde à pied. Vous devriez prendre un peu de temps pour organiser votre projet. Si vous oubliez de partir avec des soins anti-ampoules, vous n’iriez pas plus loin que le département d’à côté, banane.

Alors voici les questions que vous devez vous poser, très vite.

Question n°1 : devez-vous créer un blog, ou juste une chaine YouTube ou une page Facebook ?

Ah, le débat.

Les blogs sont morts, c’est la guerre atomique, tous sur Youtube et Facebook !

Cela a été un message très entendu au cours des 24 derniers mois. Plusieurs marketers ont ainsi décrété qu’avoir votre propre site n’était plus vraiment utile, qu’il suffisait de publier sur d’autres plateformes. Là où se trouverait le trafic aujourd’hui. Plus de blogs. Tous vlogueurs sur YouTube et Facebook.

Bonne idée ou pas ?

Je vais vous donner mon avis, et vous en ferez ce que vous voulez. En tout cas voici pourquoi je ne ferai jamais, au grand jamais, reposer mon business entièrement sur Facebook ou YouTube.

Un exemple.

Imaginez que vous êtes fromager (j’aime aller chez le fromager, la bonne bouffe, c’est mon péché mignon). Vous louez votre local commercial dans une rue passante. Les affaires tournent bien car vous vendez le meilleur Livarot de la ville.

Et paf. Du jour au lendemain, votre loyer triple. Parce que votre propriétaire l’a décidé.

Lamentez-vous, car en une journée, votre business est mort, et vous ne pouvez rien y faire. Votre fromagerie fermera. Et dans 3 mois, il y aura un affreux Starbucks à la place.

Je sais que l’exemple est caricatural. En France, on ne peut pas tripler un loyer professionnel comme cela. Mais si vous faites reposer votre business en ligne uniquement sur Youtube, vous prenez le même genre de risque. Vous êtes à la merci du proprio.

C’est-à-dire ?

Du jour au lendemain, un directeur de Youtube peut changer les règles, et vous pouvez perdre la moitié de votre trafic. Idem avec Facebook. Un matin, Mark Zuckerberg peut décider en se grattant les fesses qu’il en a marre des vidéos de vente sur son réseau social.

Terminé, votre affaire juteuse.

Tout miser sur YouTube ou Facebook, c’est faire la même erreur que ceux qui ont mis toutes leurs économies en actions Eurotunnel il y a 25 ans.

D’ailleurs, panique chez les vidéastes, c’est déjà arrivé! YouTube a changé les règles du jeu et les youtubeurs râlent déjà.

problèmes entre youtube et les youtubeurs

Merde, on gagne moins, juste parce que YouTube a changé son algorithme !

conflit youtube youtubeur

Alors retenez bien :

Le business en ligne, c’est comme l’investissement boursier.

Pour éviter les naufrages, il faut diversifier.

Si les gogos n’avaient mis que 5% de leur argent en Eurotunnel, ils n’auraient pas perdu beaucoup. Ils auraient investi le reste un peu en actions variées, un peu en obligations diverses, un peu en matières premières et un peu en immobilier. Le résultat, c’est que lorsqu’un secteur baisse, un autre compense.

Idem avec votre business en ligne. Regardez TraficMania. Mon trafic vient de Google. De ma liste d’inscrits. De la pub Facebook. Des articles invités. De Twitter. Des opérations de promotion que j’organise pour faire connaitre mon site. De mes clients qui parlent de moi dans les évènements blogueurs.

Donc si demain, au lieu d’être premier Google sur la requête « comment faire connaitre son blog », je passe en page 10, je m’en fous.

Ma grand-mère me disait de ne pas mettre tous mes œufs dans le même panier. Mon blog, c’est mon gagne-pain. Un banquier m’a suivi pour acheter un appartement, dans Lyon. J’ai deux gosses dont un autiste. J’ai besoin de sécuriser mes revenus.

Avertissement :

Je ne dis pas que vous ne devez pas mettre de contenu sur YouTube ou Facebook. Je dis que vous devez avoir un blog, et utiliser YouTube et Facebook comme des à-côtés. Un peu comme les moteurs auxiliaires d’une fusée. Mais surtout pas comme moteur principal.

Le moteur principal de votre business, c’est votre liste. Un inscrit à votre liste à bien plus de valeur qu’un inscrit à votre chaine, ou un follower Twitter.

Les blogs ne sont pas morts. Ceux qui ont coulé, ce sont les blogs merdiques avec des articles de 800 mots déjà vu 1000 fois. Les gros, les bons, sont toujours là. Les gros, aux Etats-Unis, ceux qui ont 100 000 inscrits et plus, continuent de publier leur contenu, chez eux. Car ils y sont maîtres. Sur Facebook, c’est Zuckerberg le maître.

Non, le trafic des bons blogs n’a pas chuté. TraficMania va très bien, merci. Copyblogger (le plus gros blog marketing du monde) a même fermé sa page Facebook. Ça sert à rien, a dit Brian Clark, qui n’est pas le dernier des glandus.

Alors faites attention. Celui qui vous dit que le blogging est mort et que l’avenir c’est le vlog YouTube a peut-être simplement besoin de renouveler son stock de formations.De la promotion : c’est la raison pour laquelle votre audience vous découvre.

Question nº2 : votre message est-il clair pour les gens que vous visez ?

Là encore, un exemple sera parlant. Je coachais une blogueuse qui vendait des formations sur les méthodes alternatives d’éducation.

Son blog parlait de méthodes Montesorri, d’algorithme cognitif…Et cela ne marchait pas. Un résumé de notre discussion :

"- Pour qui veux-tu vendre ?

- Pour les profs, mais aussi pour les mamans qui retirent leurs enfants de l’éducation nationale et qui font les cours chez elles.

- Crois-tu que les profs, qui sont formés par l’Etat vont dépenser leur propre argent pour acheter des méthodes qui ne feront pas l’unanimité dans leur école et auprès des parents ?

- Ah, non.

- Et crois-tu que les mamans qui veulent faire les cours chez elles comprennent quelque chose à des titres qui parlent d’algorithme cognitif ?"

On a là en fait un cas classique de mélange éditorial. Une maman qui lit ce blog à l’impression qu’il est fait pour les professionnel de l’éducation, et les professionnels de l’éducation ne vont pas y acheter de produits.

La solution ? Simplifier le contenu et l’orienter vers les mamans qui veulent faire la classe elles-mêmes à leurs enfants. Concrètement, voici des exemple de titres :

« Comment apprendre l’alphabet à votre bambin en une semaine, la méthode alternative »

« 10 problèmes que les enfants hyper-actifs rencontrent dans les salles de classes classiques »

Etc.

Et en produit à vendre, quelque chose du genre : « La classe à la maison : faites suivre vous-même le programme de CP à votre enfant ».

C’est clair, et cela s’adresse à une clientèle en particulier.

Le positionnement est diablement important. Vous pouvez avoir le meilleur contenu du monde, vous pouvez mettre en place des campagnes de promotion assourdissantes pour vous faire connaitre, si votre blog est mal positionné, cela ne peut pas marcher.

Si vous voulez gagner de l’argent en ligne, si vous voulez fédérer une audience composée de clients, je vous en supplie : prenez vraiment le temps de réfléchir à votre positionnement.

Et si le positionnement n’est pas bon ? Essayez de recadrer le tout en virant vos vieux articles. Ou même, fermez votre blog et refaites en un qui aura de réelles chances de succès.

Je sais que c’est dur à entendre, mais encore une fois : agissez en entrepreneur si vous voulez en faire votre métier. Si cela peut vous réconforter, j'y suis passé: j'ai du fermer des blogs pour des problèmes de positionnement, donc je m'efforce de ne plus faire cette erreur.

Question n°3 : qu’allez-vous apporter de plus que vos concurrents ?

La concurrence est une bonne chose. Si vous hésitez sur le sujet de votre blog, voici mon conseil : allez dans une thématique où il y a plusieurs blogueurs qui gagnent leur vie.

Pourquoi ? il est moins risqué de choisir un sujet porteur que de vous positionner sur une thématique qui ne marche pas.

Mais s’il y a du monde, comment réussir à vous imposer ?

En deux mots ? Faites mieux. Faites plus complet. Plus sincère. Bousculez les idées reçues.

Par exemple ?

Il y a des nouveaux blogs webmarketing toutes les semaines. Il y en avait des tonnes quand TraficMania a déboulé il y a 20 mois. Et pourtant, j’ai fait mon trou très vite. Pourquoi ? Parce que mon contenu est bon.

Pas parce que je promets des résultats rapides pour devenir riche. Pas parce que je fais le buzz en me filmant sous les tropiques. Pas parce que je publie à haute fréquence. Bien au contraire.

J’affirme que le blogging est un art difficile. Je blogue de chez moi, en ayant une vie presque normale de père de famille, et je ne publie que 20 posts par an.

Et honnêtement, financièrement, je cartonne.

Ça marche pour la simple et bonne raison que vous, mes chers lecteurs, trouvez mon contenu valable.

Maintenant que vous avez compris pourquoi vous devez faire mieux, vous vous demandez surement comment y arriver.

Il faut tout simplement que vous appreniez à rédiger pour internet. Et le mieux est de suivre des structures éprouvées. Voici quelques pistes :

Vous avez peur de perdre en originalité ?

Suivez des structures, mais mettez-y vos mots. Et pratiquez, encore et encore. L’écriture a ceci de cool : en s’y mettant tous les jours, vous atteindrez un niveau correct en quelques mois.

Question n°4 : Devez-vous parler de votre super idée de blog autour de vous (ou même sur internet ?)

Vous avez eu l’idée du siècle. Vous avez une idée de niche porteuse. Une idée de produit. Vous avez une stratégie trafic.

Vous en êtes certain, vous allez cartonner. Un produit à 300 euros, une cinquantaine de ventes par mois. Vous aurez sans doute avoir des revenus supérieurs à un pilote d’Air France.

Le problème ? Vous n’avez jamais tenu un business basé sur un blog. Malgré toute votre intelligence et votre volonté, je vous le dis en face, vous n’êtes qu’un débutant.

Et une des grosses erreurs que font les entrepreneurs débutants, c’est de rester seuls dans leur coin parce qu’ils ont peur qu’on leur pique leur idée.

Laissez-moi vous raconter une histoire. Un de mes meilleurs amis est un de mes anciens collègues, lorsque je n’étais qu’un simple chef de projet dans un groupe aéronautique.

Il a toujours parlé de devenir son propre patron, comme un rêve. Un jour, il m’a appelé, ravi d’avoir trouvé l’idée du siècle. Une idée de logo fantastique, à imprimer sur des vêtements. Aucun doute, ce flash allait lui permettre de fonder le nouveau Zara.

Il n’a jamais voulu me dire en quoi consistait son idée de design. Secret défense.

5 ans après, rien n’a été concrétisé. Il est toujours dans la même boite. Aucun T-shirt n’a jamais été imprimé.

Je ne dis pas qu’en parler avec moi l’aurait fait réussir. Je ne connais rien au business de la mode, et je n’envisage pas de me lancer là-dedans. Mais en tout cas, si nous avions échangé, j’aurais pu lui suggérer des idées, des contacts. Il aurait avancé.

Mais la peur de se faire piquer son idée était trop forte.

C’est idiot. Parce qu’une idée, ce n’est rien. La preuve?

Imaginez que vous croisez Victor Hugo.

  • Salut Victor, quoi de neuf ?
  • Oh, je prépare un nouveau bouquin. L’histoire d’un bagnard, qui, après une rencontre décisive, se met à faire le bien autour de lui.
  • Oh, ça a l’air prometteur. A plus, vieux. Et bonne chance pour ton nouveau livre.

Si vous aviez piqué l'idée de V. Hugo, auriez-vous été capable d’écrire les Misérables pour autant ? Jamais de la vie. C’est le génie d’Hugo d’avoir brodé un récit sublime, universel, autour de cette simple idée.

Il y a 20 mois, j’aurais pu vous dire que j’avais le projet de créer un blog webmarketing hyper-qualitatif, pour que les blogueurs puissent enfin réussir.

Et alors, l’auriez-vous fait à ma place ?

L’idée de business, ce n’est qu’une simple pierre dans la cathédrale de votre blog.

Alors échangez. Allez sur les forums. Sur les groupes Facebook. Parlez avec ceux qui ont l’expérience de la vente en ligne. Vous pourriez vous rendre compte facilement que vous êtes sur une mauvaise voie, et éviter de saccager votre idée prometteuse.

Question n°5 : dans quel domaine avez-vous besoin d’aide ?

Je vais vous faire un aveu.

Il y a des choses sur lesquelles je suis une quiche. La technique, par exemple. Je ne sais pas bien coder, et dès que je dois bidouiller du HTML, j’y passe des plombes et je le fais mal. Ça me soule.

Idem pour la compta. Lorsque j’étais autoentrepreneur, tout allait bien. Une déclaration de chiffre d’affaire par trimestre, un virement, terminé. Mais une fois que vous avez une vraie société, ça devient autre chose. Immatriculation, statuts de l’entreprise, TVA, RSI. C’est un métier et vous aurez besoin d’un expert-comptable.

Il y a forcément des choses que vous ne savez pas bien faire.

Et souvent, ce sont des basiques du blogging.

Par exemple, savez-vous vraiment ce qu’il faut faire, étape par étape, pour avoir du trafic ? Publier souvent ? Raté.

Savez-vous rédiger des articles qui vont captiver votre audience ? J’ai de gros doutes, désolé.

Savez-vous vendre une formation ou un ebook ? Je ne parle pas d’envoyer un email à votre liste et de pomper une page de vente, mais d’organiser une campagne complète. Oui ? Non ?

Pourtant, vous en aurez besoin. Autant que d’un thème WordPress premium et responsive.

Alors investissez.

Je ne cherche pas à vous pousser à l’achat, mais le meilleur de TraficMania n’est pas gratuit. Ce sont mes formations. Agissez en entrepreneur, et apprenez ce qu’il vous manque pour avoir une audience et faire des ventes.

Je me revois à mes débuts de blogueur. On est toujours réticent à se former. On pense qu’en y passant un peu de temps, on va y arriver.

Alors vous lisez un, deux, trois, dix blogs marketing. L’un vous parle de SEO, alors vous commencez à installer des plugins référencement. Puis un autre vous parle de la pub Facebook, et hop, vous dépensez de l’argent dans une campagne. Un autre vous parle de campagnes evergreen, et vous vous y mettez.

On a l’impression que chaque jour, des génies de la vente trouvent 20 nouvelles méthodes pour créer et vendre des produits en ligne. Pour vendre 10 fois plus, et tripler son trafic en un mois, et bosser 5 fois moins.

Dans votre tête, cela donne quoi ? De la confusion.

En fait, vous ne faites que de la soupe marketing. Une pincée de ceci, un zeste de cela. Mais vous n’avez pas la moindre idée de ce que vous devez faire, quand le faire, comment le faire.

Au lieu d’avoir une stratégie solide, vous êtes dans l’improvisation et vous vous sentez perdu.

Cette différence, c’est la différence entre l’échec et la réussite, tout simplement. Le blogging est un art difficile. Il ne s’agit pas de balancer quelques lignes de texte sur un site 1&1, et d’empocher la mise.

Prévoyez un budget formation conséquent, chaque année. Parce que votre chiffre d’affaire n’aura rien à voir si vous faites les choses correctement.

Question n°6 : voulez-vous gagner trois sous, ou gagner votre vie ?

Je pense que vous pouvez deviner la suite.

Je vous ai dit de bien réfléchir à votre thématique. De vous former pour attirer une audience et la fidéliser. De concevoir du contenu qui écrase en qualité celui de vos concurrents. D’apprendre à vendre sur internet.

La suite logique : tout cela prend du temps, et demande vraiment des efforts. J’adorerais vous dire que c’est facile de faire fortune en ligne. Cela ne l’est pas.

Alors réfléchissez bien. Si votre but n’est que de gagner 500 ou 1000 euros par mois, peut-être que le blogging n'est pas une bonne idée. Honnêtement, bosser aussi dur pour un si petit résultat c’est simplement idiot.

Le blogging demande du temps. Vraiment. Construire votre audience vous prendra 20 heures par semaine. Bosser 20 heures par semaine pour se faire quelques centaines d’euros, il y a plus intelligent à faire.

Un temps partiel dans un fast food et c’est fait. Et vous en baverez moins.

Pensez aux sacrifices. Si vous avez déjà un emploi, il va falloir trouver ces 20 heures dans votre emploi du temps chargé. Regardez cet article, que vous lisez en ce moment. Plus de 4300 mots. J'y ai passé deux jours.

Il faudra sacrifier des week-ends et des sorties. Votre famille vous reprochera d’avoir moins de temps pour elle. Vos amis tiqueront parce que vous devrez refuser une invitation, tout cela pour fignoler des emails de vente.

C’est juste la réalité.

Vous vous demandez peut-être si cela vaut le coup.

Mon avis ?

Putain, oui cela vaut vraiment le coup.

Mais arrêtez de considérer votre blog comme un hobby. Pour vous motiver, dites-vous  que lorsque vous vivrez de votre blog, vous ne bosserez plus que 20 heures par semaine.

Encore une fois, vous devez penser en entrepreneur. Un entrepreneur ne se dit jamais qu’il va monter un business pour se faire 800 euros par mois. Mais 8 000. Ou 50 000. Le blogging est un moyen minable de se faire 500 euros par mois, mais c’est le meilleur job si vous voulez commencer à gagner plus de 3000 ou 4000 euros par mois.

Parce que ces chiffres sont relativement faciles à atteindre une fois que vous savez ce que vous faites. Parce que cette vie offre une souplesse et une liberté que très peu de jobs peuvent offrir.

Je vous l’ai dit. Une fois que vous aurez fait l’équivalent de votre salaire, vous ne voudrez plus revenir en arrière.

Il est 11 heures, un vendredi. Je viens de finir cet article. Je vais aller faire du sport, et ensuite, un petit ciné. Puis j’irai chercher ma fille à l’école. Je n’ai pas prévu de bosser lundi. Juste un ou deux coups de fils. Je verrai avec ma femme comment passer cette journée à deux.

C’est ma vie, depuis 4 ans.

La vôtre sera celle que vous voulez.

Il suffit que vous évitiez l’improvisation. Il suffit que vous preniez quelques jours, pour réfléchir à ces questions. Cela fait des années que vous trimez dans votre boulot ou vos études. Vous n’êtes pas à 1 mois prêt.

Ça y est. J’ai l’honneur de vous annoncer que vous n’êtes plus un salarié ou un étudiant. Vous êtes un entrepreneur masqué qui mûrit son projet et qui passera à l’action, appliquant une feuille de route précise.

Avez-vous le feu sacré ? Voulez-vous enfin vivre cette bascule ?

J’en suis ravi.

À vous de tracer votre chemin.

D'autres ressources pour monétiser et gagner de l'argent avec votre blog

André Dubois
 

En ce moment, André doit être encore en train d'écrire un article de 3000 mots. Tout cela pour un objectif: vous apprendre à bloguer si bien que vous pourrez en vivre.

Cliquez ICI pour commenter 44 commentaires